Yonne Lautre

Pétition : Refusons, modifions ou différons le projet de la « passe à poissons » sur le Branlin qui risque de nuire à la vie de la rivière. Demandons en priorité l’entretien des biefs !

mardi 20 octobre 2020 par Yonne Lautre

Cette pétition est à l’identique signée sur papier ou sur ce site

Signatures papier Signatures en ligne Total
195 69 264

I. À Mézilles, un projet d’aménagement du Branlin qui nous sera prochainement imposé si la population ne réagit pas, vise à creuser un canal artificiel qui contournera la digue du déversoir au lieu dit le « trou de bonde », juste en dessous de l’ancien pressoir, pour rejoindre, en amont, le bief du Moulin rouge. Ce projet, qui vise à appliquer la directive-cadre sur l’eau de la Communauté Européenne, a été conçu par l’Épage (établissement public d’aménagement et de gestion des eaux) du Bassin du Loing, à la demande de la Fédération des Eaux de Puisaye-Forterre.

Le coût annoncé est de 181 400 euros pour les seuls travaux de Mézilles.

Une enquête d’utilité publique de quelques jours a eu lieu au mois de février. Le projet déposé à la mairie étant illisible pour les profanes, il aurait fallu, pour l’éclairer, un débat public qui n’a pas eu lieu.

II. La justification (ou le prétexte ) de ce projet est de permettre « la libre circulation des espèces piscicoles » et de favoriser la circulation des poissons migrateurs.

En fait, ces travaux auront pour résultat très prévisible de saccager un des plus beaux endroits de Mézilles, d’affaiblir et peut être même d’assécher le bief qui longe la rue des Ferriers jusqu’au Moulin de Corneil, ou tout au moins de diminuer son débit. En ce moment, à cause de la sécheresse, comme l’an passé à la même époque, et sans même les travaux projetés, le bief, laissé à l’abandon , n’est déjà plus qu’un filet d’eau.

L’attractivité, le charme et l’activité du village, vont en souffrir, et la richesse en poisson de la rivière en sera gravement affectée.

III. Le commissaire–enquêteur a répondu aux mémoires qui ont été déposés à la mairie de Mézilles pendant l’enquête d’utilité publique. Il a reconnu :

  • que l’administration n’avait pas jugé utile d’organiser un débat d’information ;
  • que le coût des 17 travaux analogues prévus sur l’ensemble du cours du Branlin se situera entre un et deux millions d’euros  ;
  • que le statut de rivière de première catégorie accordé au Branlin reste une fiction juridique, car la population des salmonidés y est toujours minoritaire.

Mais il persiste cependant à affirmer que la première catégorie reste « l’objectif-cible » de l’administration.

Ainsi, l’administration cherche en vain à réaliser sa fiction depuis la fin des années cinquante. Avec les sécheresses récurrentes et l’abaissement du débit de la rivière, il y a peu de chances qu’elle y parvienne jamais.

IV. D’autre part, l’arrière plan de ces travaux n’avait pas été révélé pendant l’enquête d’utilité publique. Il vient de l’être par le Canard Enchaîné du 19 août 2020. Il s’agit d’un vaste projet visant au démantèlement, dans toute l’Europe, du système des biefs et des moulins. Ce legs séculaire, qui a façonné nos paysages et qui, avec la sécheresse qui s’installe, va prendre une importance écologique vitale, risque ainsi d’ être détruit à la sauvette, sans débat, ce qui constitue un véritable scandale.

V. Jadis les biefs étaient régulièrement curés et nettoyés, ce qui n’est plus le cas, et le mouvement régulier des eaux, réclamé par le fonctionnement des moulins, en faisait des endroits vivants.

Si le Branlin fut jadis une rivière extrêmement poissonneuse, c’est précisément parce que son cours était ponctué par une série de moulins et de biefs, qui fournissaient aux poissons une profondeur suffisante pour vivre, se reproduire et se nourrir, avec des chutes et des déversoirs profonds qui leur servaient de refuges. C’est ce système que l’on s’apprête à démanteler.

VI. Nous sommes donc devant un projet technocratique absurde : car
pour permettre la « libre circulation » vers l’amont de quelques dizaines de truites de pisciculture, on risque, en asséchant ou en affaiblissant la profondeur des biefs, et en laissant leurs pelles se détériorer, de contribuer à la raréfaction de tous les poissons de la rivière. Et pour atteindre ce résultat, on va dépenser 200 000 euros !

VII. Oui, il y a des travaux urgents à conduire sur le Branlin ! Mais hélas, ce ne sont pas ceux que proposent les auteurs du projet. L’urgence est de sauver le patrimoine des biefs que nous ont légué nos ancêtres. Pour se préparer aux sécheresses futures, qui, selon les climatologues, vont se multiplier, il faut curer les biefs, réparer leurs pelles, les utiliser pour reconstituer des biotopes, des réserves d’eau, et préserver le poisson.

VIII. Il faudra inventer un dispositif pour que l’argent public gaspillé par le projet d’ aménagement puisse être dirigé vers le financement de ces travaux. On pourra d’autre part installer des turbines électriques aux chutes d’eau, et leur production pourra contribuer à l’entretien des biefs .

Je sous-signé, demande :
– que l’on abandonne ou que l’on modifie ce projet coûteux et préjudiciable ;
– qu’on utilise les sommes qui seront gaspillées pour entretenir les biefs, et non pas pour les détruire.

Quelques remarques :
Merci de signer de votre nom et non pas d’un pseudonyme qui ne pourrait être retenu pour une signature citoyenne.
Attention : signature en deux étapes : le robot du site va vous demander par mail une confirmation de votre signature (pour éviter que quelqu’un signe à votre place) : vous devez confirmer votre signature pour qu’elle soit comptée.
Une adresse mail ne peut être utilisée qu’une seule fois.
Votre adresse mail ne sera pas rendue publique et ne sera pas utilisée pour autre chose que de garantir votre signature à cette seule lettre de soutien. Une fois l’action terminée, le fichier des signatures sera détruit.
Si vous écrivez un commentaire, il ne peut être diffamatoire contre telle ou telle personne ; il s’agit de présenter des arguments par rapport au dossier, ainsi évitons les attaques personnelles.
Si vous indiquez un site web, il ne peut être un site commercial.
Vous pouvez aussi nous écrire pour toute question y compris nous demander de retirer votre signature.


Identifiants personnels
Lien hypertexte :

Un message, un commentaire ?

71 Signatures

Date Nom site web
21 octobre GUILLON Alain
  Tout à fait d'accord. Il est plus que temps de cesser de détruire patrimoine et biotopes au prétexte de protéger ces derniers. Halte au néologisme "renaturer" et à la langue de bois "effacer", ainsi qu'au vocabulaire fallacieux : "moulin = obstacle". Voir le site d'Hydrauxois : http://www.hydrauxois.org/
21 octobre Simon Charbonneau
 
20 octobre leonard 8 rue des écoles
 
20 octobre MANGET PASCALE MANGET
 
20 octobre Thorel Sandrine I THOREL
 
20 octobre Christine Brusson www;christinebrusson.fr
  Un projet coûteux qui produira le contraire de ce qu'il prétend et détruira la beauté. Les gens du cru connaissent et aiment cette rivière, ils devraient être consultés. Ne sont-ils pas les meilleurs connaisseurs de ses eaux et de ses poissons?
20 octobre marin celine
 
20 octobre Fabrice Brusson
  Sauvons ce qui est sauvable, et commençons ici et maintenant.Je soutiens ce combat de la raison de ceux qui connaissent leur environnement ancestral et qui ne veulent pas voir cette richesse détruite.
20 octobre Marin Jacqueline
 
20 octobre driviere corine
 
20 octobre BROHM Jean-Marie
 
20 octobre Jean-Claude Besson-Girard
 
20 octobre Francis Mobio
 
20 octobre Escarmant
  Contre tout projet de démantèlement de ce type bien entendu, qui concerne toutes les rivières. Christine Escarmant
20 octobre Judith Wolfe
 

0 | 15 | 30 | 45 | 60

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 511 / 6198682

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Agir pour la biodiversité & pour refroidir le (...)  Suivre la vie du site Agir pour la biodiversité  Suivre la vie du site Défense des sites naturels  Suivre la vie du site Yonne Bourgogne Franche-Comté   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.8 + AHUNTSIC

Creative Commons License