Yonne Lautre

« Altermondialisme : terrorisme ? » par Eric Jousse

lundi 27 août 2007 par Jousse Éric

Dans un communiqué datant de jeudi 23 août, la FDSEA et la JA du 82 (Tarn et Garonne) emploient mine de rien les grands moyens en qualifiant José Bové de « grand gourou » et les fauchages d’« actions terroristes ». Une fois l’analyse effectuée, on voit que tout est fait aujourd’hui pour convaincre l’opinion que l’altermondialisme est assimilable au terrorisme.

Dans un communiqué datant de jeudi 23 août [1],
la FNSEA du Tarn et Garonne n’y va pas par quatre chemins en qualifiant José Bové de « grand gourou » et les fauchages d’« actions terroristes ». Rappelons d’une part que José Bové est un syndicaliste et que le droit syndical existe encore en France. Loin d’être à la tête d’une secte, c’est auprès de 80% des français qu’il trouve un soutien aux revendications qu’il porte. D’autre part, les actions de fauchage n’ont jamais visé ni attenté à l’intégrité des personnes. La désobéissance civile consiste à s’opposer à des lois jugées injustes ou iniques et sa force réside dans l’action symbolique et non-violente dans l’objectif de provoquer le débat citoyen et le changement des lois. On voit donc qu’accuser les faucheurs de terrorisme est un contresens parfait. C’est le rôle de la propagande de nous y faire croire pour nous convaincre d’accepter les OGM en plein champs et partant dans nos assiettes.

Allons plus avant. Il n’y a dans cette affaire ni secte ni terrorisme qui vaille mais cette dérive sémantique que l’« exaspération » des professionnels de l’agriculture transgénique ne saurait excuser est d’une grande gravité et même dangereuse pour la démocratie. Le moins grave c’est que par cette charge diffamante, les troupes contreviennent à l’appel au dialogue de Jean-Michel Lemétayer lui même, aussi Président de la FNSEA. Du coup cet appel apparaît comme une proposition insincère et sans fondement. Il ne peut donc pas s’agir d’un simple glissement du vocabulaire lâché sous le coup de la colère. En fait, on vise d’abord à tenir les faucheurs pour responsables du suicide de Claude Lagorse sans jamais en apporter la preuve.

Puisque le « terrorisme » ici n’a jamais tué personne, il ne peut s’agir que d’accusations portant sur les « pressions » que peuvent toujours opérer les actions comme les pique-niques et pas seulement les fauchages. Ces accusations de pressions sont toujours proférées à charge contre ceux qui ne veulent pas des 21 200 hectares ensemencés en maïs OGM. A aucun moment, par exemple, dans la presse et les médias dominants, n’a été évoqué la pression que peuvent exercer les semenciers eux-mêmes sur les exploitants dans l’objectif de les convaincre d’aller en fait contre leurs propres intérêts. Et pourtant, pas besoin d’avoir fait HEC pour comprendre que l’avenir du développement d’une transnationale comme Vilmorin & Cie (groupe auquel appartient Limagrain) passe par la dissémination des pollens porteurs de transgènes. On ne parle pas plus de la pression à laquelle font face les paysans bio qui voient le risque de pollution encouru pour leur culture. Quand ceux-ci se suicident, on n’en parle pas sauf dans les statistiques qui nous disent que cette profession perd un des leurs chaque jour en moyenne.

Depuis le 11 septembre 2001, on ne peut plus qualifier de terroristes ses adversaires sans vouloir leur nuire gravement en en appelant ainsi aux forces de répression les plus dures dont sont dotées dorénavant quasiment tous les Etats modernes. C’est aussi vouloir contribuer de fait à l’escalade des moyens de coercition en soutenant des gouvernements dont les politiques et les législations sont de plus en plus sécuritaires et liberticides.
On est donc loin du débat nécessaire et urgent. Tout contribue au contraire à ce qu’il n’ait pas lieu sinon à l’interdire. Les accusations en obscurantisme, par exemple, relèvent de la basse besogne propagandiste car une fois proférée, plus aucune discussion ne peut avoir lieu. Et pourtant, pourquoi ne pas se demander bien plutôt qui en l’occurrence est en train de cacher les connaissances scientifiques au peuple [2] sinon ceux qui détiennent les brevets sur le maïs MON 810 ? La criminalisation se trompe de porte et l’arbitraire est en marche pour venir lui frapper dessus.

C’est aussi une caution claire apportées aux actions répressives grandissantes à l’égard des altermondialistes. Les exemples ne manquent pas. Dernièrement, la Sûreté du Québec (SQ) a été obligée de reconnaître que trois hommes accusés de provocation par des manifestants lors du Sommet de Montebello étaient bien trois de leurs agents infiltrés. Rappelons aussi qu’à l’occasion du G8 à Rostock en Allemagne des perquisitions parfois avec saisie de biens comme des ordinateurs ont été conduites contre plusieurs associations dont Attac Allemagne sous couvert de législation anti-terroriste et motivées par de simples présomptions [3].

En cette période de préparation du Grenelle de l’environnement, les propos scandaleux que tient la partie industrielle de l’agriculture dont la FDSEA 82 et la JA 82 [4] sont ici les porte-voix est aussi un soutien aux politiques irresponsables des gouvernements français successifs en matière d’OGM depuis une dizaine d’années. Semer en plein champs des OGM est aussi une manière chimérique de contraindre toute l’agriculture à se convertir à terme et de manière irréversible à une technologie de manipulation du vivant dont la quasi totalité des européens ne veulent pas dans leurs assiettes sous une forme ou sous une autre. Il est à craindre que cette dissémination forcée et cachée des transgènes, si elle n’est pas stoppée sans délais, soit aussi un risque majeur encouru pour la santé publique. Un dommage pour lequel, comme dans d’autres affaires touchant à la santé et à l’alimentation des animaux et des humains, les responsables et les coupables seront bien difficiles à extirper de la machine de l’agro-alimentaire industriel et de l’appareil de l’Etat.

Soutien d’Attac France au rassemblement des faucheurs de Verdun sur Garonne

[1Montauban, le 23 août 2007

COMMUNIQUE DE PRESSE FDSEA 82 & JA 82

La FDSEA, les Jeunes Agriculteurs de Tarn-et-Garonne et le Syndicat des Producteurs de Semences de Maïs du Quercy se mobilisent pour exprimer leur exaspération.

Malgré le drame qui s’est déroulé dans le Lot au début du mois d’août, les faucheurs récidivent. En effet, ils organisent un rassemblement à Verdun-sur-Garonne où la venue de leur « grand gourou » est annoncée.
Nous disons ras-le-bol aux actions terroristes qui portent atteinte à notre travail, à notre dignité et au respect de la propriété qui sont le ciment de notre société.

Nous réagissons et voulons montrer que nous ne nous laisserons pas faire.

Nous restons vigilants et empêcherons toute action qui se produirait dans notre département.

Nous donnons rendez-vous à tous les agriculteurs et non agriculteurs ce samedi 25 août à Verdun-sur-Garonne à partir de 11 heures aux Platanes. Nous vous y attendons nombreux !

Nous défendrons notre propriété et le fruit de notre travail.

Dehors Bové, dehors les faucheurs.

FDSEA 82 - JA 82
SPSMQ

[2Définition de l’obsucrantisme

[3pour présomption de formation d’une organisation terroriste selon le paragraphe 129a du Code criminel

[4Pas de site internet consultable


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1327 / 3957924

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Démocratie  Suivre la vie du site Démocratie & liberté d’expression  Suivre la vie du site France   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License