Yonne Lautre

Laurent Grisel : Mardi 13 février, Peter Weiss, L’Esthétique de la résistance : « la résistance se développa de nouveau durant l’automne et l’hiver »

mercredi 3 janvier 2018 par Grisel Laurent
  • et pour finir, en 2018, les mardis 9 janvier, 13 février
  • ultime et toute dernière lecture mardi 13 mars.

Mardi prochain 9 janvier ce sera la lecture la plus dure, la plus difficile, et pourtant l’une des plus fortes, le courage est contagieux, nous assisterons à l’exécution, par guillotine pour les femmes, par pendaison pour les hommes, de Libertas, Ilse Stöber et Elisabeth Shumacher, de Heilmann, Coppi, Schulze, Graudenz, Harnack, Scheliha, Schulze Boysen et Kurt Shumacher.

Cette tuerie légale et ordonnée a lieu le 22 décembre 1942 à Berlin-Plötzensee, au quartier général de la police secrète. Au paragraphe suivant nous sommes déjà deux ans plus tard, fin septembre 1944, avec Bischoff, « à la campagne, à Buch, » où « règne la paix de l’été indien », alors que les Alliés occupent Paris, que l’Armée rouge occupe la Roumanie, qu’« en Bulgarie, partout, les unités allemandes sont en fuite ».

Du groupe qui a disparu c’est elle la survivante. Elle pense à eux, à leur lutte commune :
« Elle savait à quel point l’oubli finissait par occulter ceux qui étaient morts en combattant. Il en avait été ainsi lors des révolutions après la guerre précédente et maintenant, à la fin de celle-ci, cela risquait d’arriver à ceux qui avaient emporté leur secret dans la mort. L’ennemi qui préparait sa survie dans la paix future était déjà en train de minimiser, de dénaturer, de bafouer, tout ce qui d’eux pouvait passer à la postérité, à déclarer que tout cela pesait peu dans la lutte des grandes puissances. C’est pour cette raison qu’elle avait noté tout ce qu’elle savait de l’existence et de la mort de ses compagnons dans un petit cahier qu’elle enfouissait ensuite sous les framboisiers. Même si ce n’étaient que des notes sèches et des dates qui ne disaient rien des efforts réellement fournis, elle y voyait néanmoins l’assurance de leur éternité. » (p.848)
Lisant cela, il est impossible de ne pas penser que le roman de Peter Weiss est ce cahier de Bischoff lui-même, déterré et transcrit, développé, donné, autant que possible, dans ses dimensions historiques et politiques, de recherche artistique, de lutte pour l’émancipation.

Mais « la chaîne ne s’était pas rompue, (...) l’énergie contenue dans la chaîne subsistait toujours », « (...) alors que n’existaient plus les points de jonction habituels, elle avait été aussitôt sollicitée par d’autres cellules, la résistance se développa de nouveau durant l’automne et l’hiver ».

Le rendez-vous est à 19h00 à la librairie Bis Repetita, 41 rue Guillaume Cortel à Joigny.
Les deux dernières lectures, nous conduisant aux derniers mots de ce grand roman, auront lieu les mardis 13 février et 13 mars.

Bien cordialement,
Laurent Grisel

  • L’association C3V qui programme cette lecture au long cours tient sa liberté et son indépendance de ses adhérents ; il n’est jamais trop tard pour adhérer ou renouveler son adhésion : https://c3vmaisoncitoyenne.com/spip.php?rubrique59
  • C3V organise jeudi 18 janvier à 19h45 à la salle Agnès Varda à Joigny une projection de Le roundup face à ses juges de Marie-Monique Robin suivie d’un débat avec Francis Houchot, ancien président du Gaby (Groupement des agriculteurs bio de l’Yonne) et Benoit Maury, agriculteur à Neuilly.

forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2298 / 4129515

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se cultiver, s’émouvoir  Suivre la vie du site Culture(s) Yonne & Bourgogne Franche-Comté  Suivre la vie du site Littérature Auteurs Bibliothèques Librairies 89 & (...)  Suivre la vie du site Auteur(e)s 89 & Bourgogne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License