Yonne Lautre

Hymne Paysan (Air de la Madelon), de Laduce

jeudi 30 juillet 2015 par Blonde Bruno

Nous paysans qui labourons la terre
qui préparons les plus belles moissons
et les vendanges, le vin qui désaltère
qui fait la joie, quand nous en récoltons
Nous n’mangeons qu’notre nécessaire
un pain très durement gagné
quand jouissent une bande de corsaires
à nos dépens sans s’fatiguer
les gros industriels
et les gros commerçants
Sénateurs, Députés
et le gouvernement.

Refrain
Allons debout ! Travailleurs de la terre
Groupés unis, par notre volonté
Terrassons ceux qui nous font la guerre
Et imposons à tous l’égalité
Ils nous prennent pour des bêtes de somm’
Devant nourrir toute l’humanité
Montrons leur que nous sommes des homm’s
et imposons à tous l’Egalité

Ils ont promis de grandes économies
De supprimer d’inutiles budgets
ils ont promis au nom de la Patrie
une quantité de très justes projets
Projets qui restés lettres mortes
Comme les promesses des Candidats
Si bien que nous sommes de la sorte
Roulés comme chapeaux d’Auvergnats
Ils ont fait dernièr’ment
Pour le Gouvernement
Trente quatre postes de Minisses
Où en suffirait dix

Notre ennemi c’est l’exécrable finance
Le sac d’argent dont les représentants
Domptent le Pays et imposent à la France
Leurs créatures pour le Gouvernement
Ils augmentent les matières premières
Engrais, machines et les impôts
Il nous faut payer sans manière
Sans rouspéter sans dire un mot
Ils se paient notre tête
Ils font toujours la fête
Envoyons les prom’ner
Refusons de payer.

Ils font la baisse sur toutes nos denrées
Ils nous paient l’blé moins de cent vingt cinq francs
Tous nos produits ont la même destinée
Vot’ bénéfice ? Cherchez-le paysans
Protestons, soyons énergiques
Non contents seulement de signer
Par l’action non par politique
Ayons raison des flibustiers
N’ach’tons plus de nitrate
Ni de superphosphate
Pendant dix ans s’il faut
Ne payons pas d’impôts

Pendant qu’nous subissons à travers la plaine
Les dures travaux et les chaleurs de l’été
Ils s’en vont eux tous courir la prétentaine
Soit à Deauville ou autre séjour doré
L’hiver à Nice ... en Algérie
Ils sont lassés d’aller aux Eaux
R’tournent à Paris, en Italie
Et pendant la guerre à Bordeaux !
Disons leur sans retard
Avec not’ pied quèqu’part
Allez-vous en ailleurs
Faites place aux travailleurs

LADUCE*.
Dyé, Mars 1930,
et en bas de page : Tonnerre – imprimerie R. Sabot
* Anagramme de Claude

Quand je l’ai numérisé, J’ai reporté les majuscules de l’imprimé d’origine, ajouté qqs apostrophes là où traînait un pied de trop.
Bruno Blonde « Notre ennemi c’est l’exécrable finance » ... c’est assez marrant de lire ça, après avoir vu comment Hollande s’est ironiquement fait élire ... quand Eva Joly récoltait 2,7% ....


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 109 / 3960837

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Agriculture Elevage Pêche & Souveraineté alimentaire  Suivre la vie du site Agriculture Brèves  Suivre la vie du site Yonne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.6 + AHUNTSIC

Creative Commons License