Yonne Lautre

Poster un message

En réponse à :

Gérard Robert : PRIVATIONS DES ENTREPRISES DE L’ETAT, OU DE LA PROPRIETE DES FRANCAIS.

Brèves et chroniques
samedi 20 avril 2019 par Robert Gérard

C’EST ENTRE NOUS...

PRIVATIONS DES ENTREPRISES DE L’ETAT, OU DE LA PROPRIETE DES FRANCAIS.

Depuis 1986/88, c’est sous la présidence Mitterrand, que son premier ministre de la cohabitation, le très droitier libéral, serviteur du capitalisme Jacques Chirac, revient partiellement sur les nationalisations de 1981/82. Il lance pour l’équivalent de 100 milliards d’euros de privatisations partielles ou totales. (Source AFP). Sont concernées des grandes entreprises, emblèmes de notre savoir faire industriel.

SAINT GOBAIN, (Manufacture créée en 1665 par Louis XIV). D’abord spécialisée dans les glaces et miroirs, elle deviendra leader dans la fabrication du verre industriel.
CGE : Compagnie Générale des Eaux. Distribution et traitement des eaux aux collectivités.
HAVAS : Société spécialisée dans la publicité et la communication, et aussi agence de voyages.
TF1 : Chaîne de télévision N° 1, vendue au groupe Bouygues.
SUEZ : Exploration et production de pétrole et de gaz. Pôle annexe mais très conséquent économiquement, la distribution et le traitement des eaux pour les collectivités françaises et étrangères.
Viennent ensuite les banques :
PARIBAS, connue aujourd’hui sous le patronyme BNP/PARIBAS. Cotée au CAC 40.
BTP : Banque du bâtiment et des travaux publics.
BIM, qui deviendra BIMP, banque industrielle et immobilière privée et rentrera dans le giron de DEXIA.(DEXIA est la banque qui a plombée les collectivités en leur proposant des prêts indexés sur le franc Suisse. Cette affaire-là, a coûté des milliards d’euros aux contribuables.
Puis la société MATRA, spécialiste de l’armement (missiles). Plus tard, MATRA fusionnera au sein de Aérospatial-Matra, qui deviendra EADS. Lagardère revend ses parts. Au passage, il s’enrichit de 1,8 milliards d’euros.

La période bénie pour les financiers revient en les années 1993/1997.
Gouvernements Balladur et Juppé.
Privatisations pour 154 milliards d’euros (source : l’état de la France).
TOTAL et ELF-AQUITAINE sous Balladur. De l’ordre de 114 mds d’euros.
PECHINEY, USINOR-SACILOR, LA COMPAGNIE GENERALE MARITIME, sous Juppé, soit 40 mds d’euros.
Durant ces 5 années, ces deux-là ont vendu nos pépites industrielles et financières.

(1997/2002)
Avec le gouvernement socialiste, c’est l’apothéose. Tous les recors seront battus avec deux cent dix milliards de ventes ou ventes/cessions de nos biens au privé. (source : l’état de la France)

Ce sont principalement des ouvertures du capital aux investisseurs privés par la cession de
parts de l’Etat. Ce système vicieux facilitent plus tard le rachat par ces mêmes investisseurs privés qui se retrouvent au 1er rang. Le loup sera dans la bergerie, il mangera les moutons.
Les prises de participations partielles minoritaires concernent d’abord :
France Télécom, Air-France, Autoroutes du Sud, Aérospatial, Crédit Industriel et Commercial.
Les privatisations globales :
Crédit Lyonnais et Société Générale, (banques), Eramet (société minière transnationale), Thomson Multimédia (électronique), GAN et CNP (assurances), plus d’autres petites entités à fort potentiel financier.

Pour encore et toujours le bonheur des financiers, revient l’ère Chirac et ses deux contempteurs de l’Etat qui les a pourtant nourrit toute leur vie et les nourrit encore, Mrs Raffarin et Juppé.

Ces deux-là jouent pourtant petit jeu, (seulement 28 mds) mais n’empêchera pas le scandale connu à ce jour avec la privatisation totale ou partielle des autoroutes.
Raffarin ( 2002/2005) privatisera pour seulement, si l’on peut dire, 13 mds d’euros.
De Villepin (2005/2007) privatisera pour 15 mds d’euros et fera un cadeau d’au moins 10 mds aux concessionnaires, entre autre, les Sociétés Vinci, Eiffage, Cofiroute et Abertis, (société Espagnole.)
Le montant financier des privatisations des 2 gouvernements ne dépassera pas les 30 mds d’euros.
Sous ces mêmes gouvernements néolibéraux, les privatisations partielles de France-télécom et EDF/GDF sont engagées. Ont connaît la suite et les sources d’ennuis qui frappent les citoyens(e) consommateurs.

2007/2012 :
Ce n’est pas un doute d’efficacité qui stoppera les privatisations en cette période très ouverte au capitalisme sauvage. Ce moratoire est dû à un paysage économique peu favorable, la crise financière de 2008. Conséquence majeure, pas de privatisation sur cette période qui impact encore aujourd’hui les pays et les hommes les moins armés contre ce qui s’apparente à une guerre froide.

2012/2017 :
arrive le retour du PS au gouvernement, un président libéral « socialiste », trois 1er ministre plus libéraux que « socialistes ».
Mr JM Ayrault, il vendra des bijoux de la république pour 4 mds d’euros, puis Valls fera de même, 4 mds aussi. Mr Caseneuve semble ne pas avoir pu en faire autant. Question de temps certainement ?

Vient le temps Macronien et de son 1er ministre Édouard Philippe, tous deux en place depuis mai 2017.
Septembre 2017, vente de 4,5% des actions ENGIE, Entre de trésorerie 1,53 milliards Novembre 2017 cessions de 14 millions d’actions Renault pour un gain de 1,2 milliards d’euros. Octobre 2018, cessions de 2,35% du capital SAFRAN, entrée de trésorerie = 1,24 milliards d’euros.

2017, prévisions dogmatiques de ce gouvernement ultralibéral :
Vente des actifs de l’Aéroport Charles de Gaulle : 50,6%, valeur environ 7,5 milliards d’euros.
Vente de 72% des actifs de la Française des Jeux, valeur estimée : 3 milliards d’euros.
Vente de 28,7% des actifs d’ENGIE, (énergie). Valeur : 7,8 milliards d’euros.
De 1985 à ce jour, les gouvernements successifs, ont spolié les français (e) pour une valeur estimée (les petites cessions ne sont pas comptabilisées) de plus de 503 milliards d’euros.
A ce jour, aucune trace du bien fondé de ces cessions dogmatiques, à part l’appauvrissement avéré de l’Etat. La sécurité sociale est toujours en déficit, il en est de même pour les caisses de retraites et la dette de la France est chaque année toujours plus abyssale.
Avant les premières ventes politiques des actifs des français(e), en 1986, pour les années 1981/1985, la dette publique était inférieure à 25% du PIB. Dès 1986, et après la première vente des actifs de la France, (100 milliards), la dette passe à 31% du PIB. En 1995 après de nouvelles ventes, (154 mds), elle s’établit à 55,8%. A la veille de la crise financière de 2008, et 452 milliards de vente d’actifs cumulés, la dette s’élève à 66,8% du PIB. Aujourd’hui, avec 38,5 mds de cessions supplémentaires, la dette publique atteint 2300 milliards, ou 99% du PIB. Le PIB est la richesse totale réalisée chaque année par la nation France.
Les godillots du capitalisme débridé savent tous que ces actifs vendus sont incorporés à des consortiums, dont les sièges sociaux sont basés dans des paradis fiscaux, souvent infra européens d’ailleurs, et qu’ils pratiquent l’optimisation fiscale et aussi la fraude fiscale, ce qui est du pareil au même. Constat : Impôt sur les sociétés nul, pas de rentée d’argent pour l’Etat, appauvrissement !

Aujourd’hui, avec un petit rendement net de 2%, c’est au bas mot, 10 milliards d’euros qui abonderaient chaque année les caisses de nos services publics ! Ce système relève de la spoliation, il est comme le partenariat public privé, perdant perdant pour l’ Etat !

Gérard ROBERT,
20 avril 2019.
Sources : Wikipédia, AFP, l’état de la france.


En réponse à :

Gérard Robert : LA TRISTE FIN D’UNE IDOLE DE L’ECOLOGIE !

21 avril 201819:40, par Yonne Lautre

C’EST ENTRE NOUS...
LA TRISTE FIN D’UNE IDOLE DE L’ECOLOGIE !
Depuis sa présence contre nature, par rapport à son parcours pseudo écolo, au gouvernement Philippe, Nicolas Hulot avale et ravale les couleuvres, pour ne pas dire des boas. Compte tenu de son parcours, ou de ce qu’il a voulu faire croire, il n’était pas possible que celui-ci accepte d’entrer dans un gouvernement ultralibéral, sachant que cette famille politique prône une économie à cours terme, et se fiche de l’écologie comme de sa première chemise.
Qu’est devenu son non !!! d’octobre 2016, jeté devant le site Cigeo de Bure en Meuse. Le (...)


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5088405

Suivre la vie du site fr    ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License