Yonne Lautre

Dessertes forestières

mercredi 27 janvier 2016 par Beuniche Isabelle

Les dessertes forestières (et cloisonnements) sont censées protéger les sols lors de l’exploitation forestière, mais elles ne font au final qu’accompagner une sylviculture de production, qui se mécanise à outrance et dont les méthodes (choix des essences, traitements sylvicoles etc) portent de graves atteintes à l’équilibre forestier.

Ces équipements fonciers artificialisent les espaces forestiers (jusqu’à 30% dans certains massifs de production alsaciens avec les cloisonnements et plate-formes) et constituent de véritables barrages à la migration et aux échanges de la vie organique des sols, la privant ainsi de ses ressources d’adaptabilité face aux dérèglements climatiques.

Les ouvertures qu’elles constituent et qui hébergent une biodiversité spécifique ne compensent pas les espaces naturellement ouverts que la sylviculture productive a fermés.

Ce qui fait que tant dans l’esprit (développer la mécanisation) que dans ses effets délétères sur les équilibres forestiers, elles doivent rester l’exception et la tendance qui consiste à quadriller les massifs doit être inversée vers une réflexion basée sur le ratio bénéfices économiques / dégradations environnementales / intérêt social.

Leur financement, pourtant largement public (jusqu’à 80% et même 100% avec le jeu des déductions fiscales), ne pousse pas vers ce type de considération. La pertinence économique est à peine envisagée, avec une légère graduation selon les surfaces et le nombres de propriétés desservies. Quant-à l’évaluation des impacts écologiques...

Dans le Morvan, les première routes forestières ont été imposées aux mairies (et aux petits propriétaires riverains peu ou pas subventionnés, dont certains ont fini par vendre Dessertes forestièresleurs parcelles, alimentant ainsi le regroupement dans les mains des gros investisseurs), qui ont subi de lourdes pressions pour « équiper » les massifs forestiers prioritaires. Ces premières routes forestières ont souvent été construites sur des chemins ruraux séculaires (les seuls permettant une desserte optimum à un coût réduit au vu du relief). A peine construites, elles ont immédiatement ouvert la voie aux coupes rases et à la transformation de la forêt naturelle ancienne de feuillus en plantations de résineux. Elles ont également permis l’accès motorisé d’un public peu respectueux de la forêt.

Par la suite, de regroupement en regroupement, de projet en projet, elles ont commencé à quadriller les espaces forestiers, sans concertation, sans même respecter les anciens chemins ruraux qu’elles ont souvent absorbés en partie, ou dont elles ont interrompu la continuité en les coupant de profonds fossés d’écoulement des eaux. Et, à chaque fois, la forêt naturelle desservie disparaît au fil du temps.

Les pistes et routes forestières ne sont qu’un outil de mécanisation au service d’une sylviculture purement productiviste, qui tient très peu compte de la fragilité des espaces forestiers, ni des autres usages de la forêt. Et pourtant, la France s’apprête à lancer un ambitieux plan d’aménagement forestier, pour valoriser la ressource jusque dans les parcelles les plus reculées...

Forêt naturelle ancienne du Morvan

Transformation en massif de production

Quadrillage des espaces forestiers

(à gauche, massif en cours de transformation, encore quelques parcelles

de forêt naturelle dans le paysage, à droite, transformation aboutie...)

Ce qui n’empêche nullement la sur-mécanisation de déborder sur les petites routes communales

ou sur les chemins ruraux (dont l’entretien reste à charge des finances locales) :


titre documents joints

Dessertes forestières (pour lire ce texte avec la mise en page de l’auteur)

30 janvier 2016
info document : PDF
1 Mo

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 72 / 3999002

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Forêts  Suivre la vie du site France  Suivre la vie du site Pillages, surexploitation, destruction des forêts   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License