Yonne Lautre

« Toutes des salopes ! » par Marie Montard

samedi 19 février 2005 par Yonne Lautre

Toutes des salopes ….

Que les conservateurs et les nostalgiques du bon temps se rassurent :
Rien n’a changé au royaume du mâle dominant.

Comme avant, si une
fille dit OUI c’est une pute et si elle dit NON, c’est une salope.

Entre
les deux, elle a tout latitude pour se faire violer. .. Car c’est bien connu,
elle adore ça !

Aujourd’hui, 11 février 2005, la presse nous fait part de l’évolution des
Crimes et délits chez les mineurs publiée par l’observatoire de la
délinquance. Et le constat est sans appel.

Le nombre de violeurs
mineurs a augmenté de 55,12% en 10 ans.

Pour donner une idée,
S’il y avait dix violeurs mineurs en 96 dans Avallon, il y en a quinze
aujourd’hui. A part « Bravo Sarkozy » , ça se passe de commentaires !!!

Il faut dire que pendant que le marché du porno se porte à merveille, le
Guide pédagogique promis par le gouvernement à l’association « Ni putes
Ni soumises » est resté lettre morte.

D’un côté, on entretient la fantasmagorie masculine de la femme soumise
et forcément consentante,
De l’autre, on ne propose aucune valeur de référence sauf des condamnations
pénales dont l’exemple ne semble pas freiner les ardeurs des mineurs impliqués,
au contraire.

Et tandis qu’on dépense des millions pour la prévention des drogues et qu’on
gave les jeunes filles d’anti-dépresseurs, les violeurs continuent de violer.

Et le mal ne s’arrête pas là. Pour la gamine qui peut parler, qui peut compter
sur ses parents, un autre calvaire commence avec la plainte : menaces, pression,
insultes, déménagement, jugement, vengeance…En fait, on ne peut mesurer ce
que cette partie de l’Iceberg suppose de souffrance, d’échecs scolaires, de
dépressions … de suicide …

Mais c’est pas grave, c’est des filles !

Face à cette violence qui se généralise, il faudrait peut-être poser le vrai
problème ?

Qu’est ce qui fait qu’un adolescent ne respecte pas des personnes
du même âge, du même niveau intellectuel, sous le seul prétexte que ces
personnes ne sont pas équipées du même matériel génital ?

Faut-il avoir un truc
qui pend entre les jambes pour avoir droit au respect ? Si c’est ainsi que notre
civilisation a évolué on n’est pas sorti de l’auberge !

Pour répondre à la question, on peut d’ores et déjà évoquer 3 facteurs déterminants :

1. L’environnement familial

Identification au père macho et reproduction de son attitude vis-à-vis de la
mère. Si celle-ci est soumise, cela le conforte encore plus dans son rôle de
mâle dominant.

2. L’environnement religieux et politique

Conditionnement souvent à l’origine du conditionnement des parents et qui
Justifie en quelque sorte l’infériorité de la femme.

3 Le besoin de conformité

C’est le syndrome de la bande où chacun affiche volontiers son mépris. C’est
Le lieu des plaisanteries salaces, des paris débiles, critiques sur le physique…

Une chose est sûre, beaucoup trop passent à l’acte parce qu’ils n’ont pas conscience
de la monstruosité de la chose. Et le pire, c’est qu’ils sont convaincus que la victime
disait non en voulant dire oui.

Et les larmes qui coulent sur les joues de leur victime, ce sont
des larmes de joie peut-être ?

N’y a-t-il plus rien ni personne pour dire à ces jeunes gens qu’ils sont une honte pour
leur sexe ? NON. Et c’est là que le bât blesse. ..

Dans la dilution totale des valeurs
morales et des règles républicaines de la vie en société.

Dans l’absence de toute
prévention, de tout discours explicite de la part des politiques.

Quand un ado cumule
tous les handicaps (les 3 facteurs), il ne trouve rien en face qui resitue la femme en
tant que sujet. Ni à l’école (où on leur bourre le crâne de savoirs souvent inutiles), ni
à la maison (où Maman courbe l’échine), ni à la TV où des femmes sensuelles et à
demi nues,vantent des shampoing-douches et des cafés nommés désirs …

Combien de gamines foutues, de femmes traumatisées à vie faudra-t-il pour
qu’on comprenne qu’il faut faire quelque chose ?

Je suis une soixante huitarde. A cette époque, on pensait que les femmes
allaient enfin être respectées à défaut d’être aimées.

On croyait éradiquer
cette graine de facho en mal de domination. On se baladait avec des fleurs
dans les cheveux et on avait du « peace and love » plein la bouche.

Et que reste t-il ? La débâcle totale.

La guerre que les hommes font aux femmes est pire qu’une guerre civile …
C’est une guerre si omniprésente qu’on ne la voit plus. Une guerre à laquelle il
n’y a d’autre alternative que la cessation des hostilités de la part des violents,
des violeurs.

Marie Montard.

Je propose un texte sur le thème macho=Facho ou autre qui servirait de
tremplin pour une action plus concrète. .. Un clip vidéo ?


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4416 / 3707397

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Droits  Suivre la vie du site Droits de la Femme  Suivre la vie du site France   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License