Yonne Lautre

La Lettre de l’Adeny : 2ème trimestre 2018

dimanche 27 mai 2018 par ADENY

La transition, c’est pour quand ?

La France s’est dotée, il y a un an environ, d’un ministère de la Transition écologique et solidaire, en lieu et place du ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer, lui-même ayant succédé au ministère de l’Environnement et du développement durable. La transition, nouveau concept porteur, en remplacement du développement durable ringardisé, donnerait-elle un nouvel élan à l’action gouvernementale ?
Toujours est-il que depuis trois ans au moins, le Commissariat Général au développement durable (CGDD), dont on remarque au passage qu’il n’a pas changé de nom, s’intéresse de très près aux initiatives citoyennes et à la transition écologique. Jusqu’à produire* des documents de synthèse éclairants et fouillés sur la question.
Nous en témoignons régulièrement : Un peu partout, associations, SCOP, SCIC, souvent inscrites dans le cadre de l’économie sociale et solidaire, fourmillent d’initiatives diverses, à plus d’un titre bénéfiques pour l’environnement et le lien social. Parallèlement, villes et territoires en transition ont engagé de profonds changements : approvisionnement de cantines scolaires en produits bio majoritairement locaux, recherche de l’autonomie énergétique, fabrique de liens sociaux et intergénérationnels, connexion des habitants avec leur environnement naturel, passage du mode dirigiste au mode collaboratif... La remise en question de la croissance qui sous-tend ces démarches est salutaire, à l’échelle locale elle apporte des résultats tangibles, concourt à une moindre consommation de ressources naturelles, à une plus grande résilience face au changement climatique.
Il est heureux de constater que le CGDD s’intéresse à ces « initiatives qui marchent » et se demande de quelle façon l’action publique devrait évoluer pour les conforter, les généraliser afin d’engager résolument le pays sur la voie de la transition. Il serait plus heureux encore que le CGDD suggère, au plus haut niveau de l’état, qu’un brin de cohérence dans l’action publique ne nuirait pas. Parce qu’en fait, le plus grand frein à la transition, ce sont les politiques nationales et régionales, toujours basées sur la profitabilité, qui concourent à toujours plus d’extractivisme, plus d’émissions de gaz à effet de serre, plus de pollution et moins de biodiversité. Il pourrait par exemple être opportun de geler l’ensemble des projets commerciaux en périphérie urbaine, grands dévoreurs d’espaces, sage de ne pas autoriser de nouvelles extractions d’or en Guyane, raisonnable d’interdire l’importation d’huile de palme pour en faire des carburants (raffinerie Total à La Mède), il faudrait aussi cesser de considérer notre forêt comme un simple réservoir de matière première… Ou arrêter de prétendre incarner les valeurs de la transition écologique.

* THÉMA : « Initiatives citoyennes et transition écologique : quels enjeux pour l’action publique ? », Commissariat Général au développement durable. Juin 2017.

Sommaire

Air Page 2
Biodiversité Page 3-7-12
Eau, pesticides... Pages 3 à 7
Ondes électromagnétiques Pages 8 & 9
Artificialisations Pages 9 à 11
Brèves Page 12

Pour recevoir cette lettre en version complète par courrier, adhérer à l’association avec le bulletin en pdf joint à cet article.


titre documents joints

Bulletin d’adhésion 2017

5 décembre 2016
info document : PDF
53.8 ko

forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 225 / 4486700

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site S’engager pour les alternatives partout et maintenant, (...)  Suivre la vie du site Associations, Mouvements & Actions Après-Développement à  Suivre la vie du site Yonne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License