Yonne Lautre

« Agir après l’incendie de la SBM Formulation à Béziers » par Régis Faguelin

dimanche 7 août 2005 par Yonne Lautre

Bonjour,

Voici juste un mois que l’incendie de la SBM Formulation a eu lieu. Toujours aucune nouvelle d’une quelconque étude de sols, sauf une promesse (voir plus loin). Rien sur les légumes, les fruits, les animaux d’élevage destinés à la consommation. Qu’en disent les instances agricoles et vétérinaires ?

Par contre, nous avons droit aux mensonges flagrants et maladroits du sous-préfet Huchet, de Béziers, qui ose annoncer le 19 juillet en pleine première réunion du CLIC (Comité Local d’Information et de Concertation) « qu’il n’y a eu aucun cas d’intoxication décelé par les hôpitaux ni par les médecins libéraux » (Midi-Libre du 21 juillet), alors que le Service Communal de Santé Publique de la ville de Béziers annonce à Francis GLÉMET (AMIES - Association des Médecins Indépendants pour l’Environnement et la Santé publique) le 15 juillet 2005 « qu’à ce jour 143 personnes se sont faits connaître auprés des médecins de la zone concernée pour des troubles pulmonaires, cardiaques ou cutanés ».

Cela augure bien de la pratique du « parler vrai » qui aura cours dans les prochaines réunions de ce comité.

On nous annonce (Midi-Libre du 21 juillet) qu’« en octobre pourront être aussi donnés les résultats des analyses plus approfondies sur les fumées et leurs retombées éventuelles, demandées par la DDASS à l’Institut National des RIsques Sanitaires (Ineris). » Cela signifie que cette étude - qui devrait être faite depuis les premiers jours de l’incendie - ne sera publiée qu’après la récolte des fruits et surtout après les vendanges qui sont - de loin - la principale activité agricole de la région. Les raisins éventuellement contaminés seront alors déjà passés par les pressoirs des caves privées ou coopératives et plus personne ne pourra venir se plaindre d’un quelconque préjudice auprès des assureurs de la SBM. Et qu’adviendra-t-il de la santé des populations et des consommateurs ? La réponse se trouve dans la souffrance des personnes et le trou financier de la sécurité sociale.

Rappel :

La loi du 30 juillet 2003 (loi 2003-699, parue au Journal Officiel le 31 juillet 2003) impose :
Pour chaque bassin industriel comprenant un site Seveso, un Comité Local d’Information et de Concertation (CLIC) doit être mis en place par le préfet. Ces instances regroupent pouvoirs publics, industriels, élus et associations. Elles peuvent demander des tierces expertises. Elles participent à l’élaboration des PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques). Un périmètre d’exposition doit être défini, à l’intérieur desquels s’exercent des droits de délaissement pour les propriétaires, de préemption et d’expropriation pour les pouvoirs publics. Pour les sites industriels regroupant plusieurs établissements à risques, doivent être mis en place des Comité Interentreprises de Santé et de Sécurité au travail. Qu’en est-il de cette dernière instance à Béziers ?

De retour de Béziers, où j’ai passé un week-end prolongé, j’ai installé sur la liste quelques photos de l’usine à l’adresse suivante :

http://fr.photos.groups.yahoo.com/group/incendie-sbm/lst?.dir=/
050722-Photos+du+hangar&.src=gr&.order=&.view=t&.done=http%3a//
briefcase.yahoo.com/

J’ai ajouté également quelques articles de presse, dont un entretien-bilan entre le Midi-Libre et l’actuel Préfet Francis IDRAC en fin de mission, qui montre comment la gestion de l’affaire de la SBM (dont il n’est pas une seule fois question dans le texte, comme si elle n’existait pas) pourrait bien s’inscrire dans le cadre d’un conflit plus vaste avec le colonel des pompiers.

Détails intéressants pour les amateurs d’enquêtes policières : l’adresse du directeur de l’usine se trouve dans l’annuaire et son habitation est située sous le vent extrêmement près de l’usine. C’est donc étonnant que l’odeur forte signalée par une correspondante (qui habite aussi à La Devèze) depuis dimanche au début de la nuit ne l’a pas alerté. Il n’y avait pas de gardien non plus dans l’usine ? Alors qu’on ne peut pas y entrer sans passer par une barrière style péage d’autoroute.

Le Monde vient enfin de sortir l’article d’Hervé KEMPF. Merci à lui de s’occuper de cette affaire.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-675457@51-659314,0.html

Corine Lalo de TF1 pourrait également faire un reportage sur Béziers.

Pour conclure, je rappelle le texte de la toute nouvelle Charte de l’environnement (Loi constitutionnelle relative à la Charte de l’environnement)
Texte adopté le 28 Février 2005 par le Parlement réuni en Congrès et promulgué le 1er Mars 2005 par Jacques Chirac, Président de la République .

La Charte de l’environnement de 2004 est ainsi rédigée :

« Le peuple français,
« Considérant,
« Que les ressources et les équilibres naturels ont conditionné l’émergence de l’humanité ;
« Que l’avenir et l’existence même de l’humanité sont indissociables de son milieu naturel ;
« Que l’environnement est le patrimoine commun des êtres humains ;
« Que l’homme exerce une influence croissante sur les conditions de la vie et sur sa propre évolution ;
« Que la diversité biologique, l’épanouissement de la personne et le progrès des sociétés humaines sont affectés par certains modes de consommation ou de production et par l’exploitation excessive des ressources naturelles ;
« Que la préservation de l’environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation ;
« Qu’afin d’assurer un développement durable, les choix destinés à répondre aux besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures et des autres peuples à satisfaire leurs propres besoins ;

« Proclame :

« Art. 1er. - Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé.

« Art. 2. - Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement.

« Art. 3. - Toute personne doit, dans les conditions définies par la loi, prévenir les atteintes qu’elle est susceptible de porter à l’environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences.

« Art. 4. - Toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu’elle cause à l’environnement, dans les conditions définies par la loi.

« Art. 5. - Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en oeuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage.

« Art. 6. - Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social.

« Art. 7. - Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement.

« Art. 8. - L’éducation et la formation à l’environnement doivent contribuer à l’exercice des droits et devoirs définis par la présente Charte.

« Art. 9. - La recherche et l’innovation doivent apporter leur concours à la préservation et à la mise en valeur de l’environnement.

« Art. 10. - La présente Charte inspire l’action européenne et internationale de la France. »

Combien d’articles de cette loi constitutionnelle ont-ils déjà été bafoués avec l’incendie de la SBM ?

Bien cordialement,

Régis FAGUELIN
58 rue de Tocqueville - 75017 PARIS

faguelin1 mac.com - faguelin alicemail.fr

Merci de participer au groupe de discussion et de partage des informations à propos de l’incendie de SBM Formulation à Béziers, dans l’objectif :

  • de pratiquer ensemble le « parler vrai »,
  • de tenter l’apprentissage du partage d’une confiance méritée entre citoyens et pouvoirs publics,
  • de respecter les populations concernées et de réparer leur santé,
  • de respecter l’environnement et le réparer,
  • d’expliquer la loi et ses limites au stade actuel,
  • d’apprendre ensemble comment procéder pour les autres sinistres à venir.

forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4914 / 4056807

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Pollutions et santé  Suivre la vie du site Risques & Accidents & Catastrophes écologiques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License