7 mars 2019 Touchez pas à notre loi de 1905

(...)
Car derrière cette agitation se profile la question de la loi de 1905*. Certains aimeraient assouplir la rigueur de ce texte pourtant très bien conçu, pour épargner à l’Islam le plus intolérant de s’y conformer, comme sont pourtant parvenues à le faire depuis longtemps les autres grandes religions monothéistes.
https://resistanceinventerre.wordpress.com/2019/03/07/touchez-pas-a-notre-loi-de-1905/


4 janvier 2019 La laïcité, sauvegarde de la paix civile

C’est dans un contexte tourmenté, marqué par un conflit social d’une nature inédite, que se sont déroulées les « Controverses de Descartes » édition 2018, il y a quelques semaines, dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne. La première controverse portait sur la question : « Peut-on concilier laïcité et spiritualité à l’école ? »

Elle a offert l’occasion de mieux comprendre ce qui fait de la laïcité une urgence pour aujourd’hui, en lui donnant son sens profond, à savoir : la sauvegarde de la paix civile.
La laïcité, comme défense contre les discours monolithiques

https://theconversation.com/la-la-cite-sauvegarde-de-la-paix-civile-108615


8 novembre 2018 Macron osera-t-il s’en prendre à la laïcité ? 0

Selon le quotidien L’Opinion, un projet de loi (gouvernemental) serait en préparation, visant à modifier la loi de 1905, à laquelle le Président de la République s’était pourtant engagé à ne pas toucher.

La publicité faite aux mesures, sans doute utiles, envisagées pour contrôler les financements des associations musulmanes et lutter contre la radicalisation, ne doit cependant pas faire perdre de vue une grave remise en cause des principes mêmes de la loi de séparation.
https://www.ufal.org/laicite/macron-osera-t-il-sen-prendre-a-la-laicite/


9 avril 2018 Emmanuel Macron reçu par les Évêques de France

C’est officiel, et c’est ce lundi 9 avril : le Président de la République française, et néanmoins laïque, sera reçu à la Conférence nationale des Évêques de France. « Un évènement inédit » selon Ouest-France : de fait, les esprits chagrins y verront une infraction provocatrice à l’art. 2 de la loi de 1905 : « La République ne reconnaît… aucun culte ». D’autant que, selon le journal, il s’agit de « redonner une place de choix aux cultes dans le cadre d’une laïcité apaisée ».
http://www.ufal.org/laicite/laicite-breves/en-marche-arriere-vers-la-reconnaissance-des-cultes/


30 décembre 2017 Les propos sur la laïcité attribués au président Macron sont mal ficelés

Radicalisation et radicalité. La République est laïque, la société n’est pas tenue de l’être

À l’issue de l’entretien du 21 décembre auquel le président de la République a convié des dignitaires religieux, certains d’entre eux ont fait état de propos qui auraient été tenus en leur présence par Emmanuel Macron. Il aurait notamment mis en garde contre une « radicalisation » de la laïcité, et résumé sa doctrine par la maxime « La République est laïque, mais non la société »1. Invitée par plusieurs lecteurs à donner mon sentiment à ce sujet, je m’appuierai sur des outils conceptuels déjà mis en place aussi bien dans les colonnes de Mezetulle2 que dans divers articles et dans mon livre Penser la laïcité. Quelle que soit la manière dont je les envisage, ces propos rapportés et fragmentaires me semblent mal ficelés.
http://www.ufal.org/laicite/les-propos-sur-la-laicite-attribues-au-president-macron-sont-mal-ficeles/


12 décembre 2017 La laïcité, une construction dans la durée

La journée de la laïcité a été célébrée ce samedi 9 décembre, date anniversaire de la promulgation en 1905 de la loi dite « de séparation des Églises et de l’État ». Le principe de cette journée comme moment de célébration nationale ne date toutefois que de 2011. Le Président François Hollande a voulu lui donner une solennité particulière en 2015, en réponse aux attentats qui venaient de frapper le pays en décidant que cette journée serait célébrée dans tous les établissements scolaires.

L’évocation de la loi de 1905 nous est devenue bien familière. Lors notamment de la campagne présidentielle de 2017, comme entre autres dans le tweet de Benoît Hamon (voir ci-dessous), une formule frappante – « La loi de 1905, toute la loi de 1905, rien que la loi de 1905 » – est revenue en boucle dans le discours d’interlocuteurs appartenant à des bords pourtant bien éloignés du paysage politique.

https://theconversation.com/la-la-cite-une-construction-dans-la-duree-88878


4 décembre 2017 La « Société de confiance » de Darmanin-Macron : une nouvelle attaque contre la loi de séparation de 1905 !

Méfiez-vous de la « société de confiance » que nous prépare le pouvoir macronien ! Le projet de loi ainsi nommé, étudié en procédure accélérée par l’Assemblée Nationale, recèle des dispositions contraires à la laïcité, qu’on essaye de faire passer subrepticement. Elles se trouvent à l’article 38 (voir encadré ci-après) : l’UFAL en fait une première analyse.
Une remise en cause directe de la loi de 1905
http://www.ufal.org/laicite/la-societe-de-confiance-de-darmanin-macron-une-nouvelle-attaque-contre-la-loi-de-separation-de-1905/


15 décembre 2016 Un théologien catholique président de l’Université de Strasbourg : une atteinte à la liberté de conscience, de recherche et d’enseignement

Un théologien catholique président de l’Université de Strasbourg : une atteinte à la liberté de conscience, de recherche et d’enseignement
15 décembre 2016, par Yonne Lautre

L’UFAL dénonce l’élection du professeur de théologie catholique Michel Deneken à la présidence de l’Université PUBLIQUE de Strasbourg.

Si rien ne paraît empêcher un prêtre d’exercer des fonctions publiques dans l’enseignement supérieur, encore faut-il qu’il ait les qualités et diplômes requis — ce qui fut le cas d’illustres savants, en astrophysique, biologie, ou préhistoire, notamment. Or Michel Deneken ne peut se prévaloir que de ses diplômes en théologie catholique, et d’un titre de professeur d’université, qu’il ne doit qu’au cadre unique et dérogatoire de la « faculté de théologie catholique de Strasbourg ». Cet établissement, seul exemple en France, est intégré à l’Université publique de Strasbourg grâce au « statut local des cultes » d’Alsace-Moselle. L’UFAL milite pour que le Concordat, survivance d’un autre âge, atteinte permanente à la liberté de conscience et à l’égalité des citoyens, soit aboli et le « droit local des cultes » harmonisé avec le droit commun de la République laïque.
http://www.ufal.org/laicite/un-theologien-catholique-president-de-luniversite-de-strasbourg-une-atteinte-a-la-liberte-de-conscience-de-recherche-et-denseignement/


8 décembre 2016 Tribune : Avec l’arrêt du Conseil d’Etat sur les crèches, le détricotage de la loi de 1905 continue…

Le Conseil d’Etat a admis, par deux arrêts d’Assemblée du 9 novembre 2016(1), la possibilité d’installation par les personnes publiques de crèches de la nativité dans les bâtiments et espaces publics, dès lors que certaines conditions, qu’il a définies, sont réunies. Il s’inscrit ainsi délibérément dans la veine de sa jurisprudence qui, depuis une dizaine d’années, conduit à faire des interdits formulés par la loi de 1905 une sorte de « peau de chagrin »(2). On cherchera donc un meilleur gardien pour la liberté individuelle.
http://www.ufal.org/laicite/tribune-avec-larre%cc%82t-du-conseil-detat-sur-les-creches-le-detricotage-de-la-loi-de-1905-continue/


30 août 2016 La laïcité schizophrène

L’application de la laïcité, a rappelé le Conseil d’État, doit garantir les libertés. Elle a pourtant encore été invoquée pour servir des discours discriminatoires. Comment en est-on arrivé à des interprétations et une instrumentalisation aussi nocives ?
http://www.regards.fr/web/article/la-laicite-schizophrene


1er août 2016 Ne pas sacrifier la laïcité sur l’autel du terrorisme 2

Après les divers attentats de par le monde et sur le sol français, en particulier, on ne peut sacrifier la laïcité des institutions pour la légitime émotion sur l’autel du terrorisme. On ne peut abandonner nos principes constitutionnels pour un retour à une logique concordataire. L’État ne saurait imposer à tous les citoyens un œcuménisme réducteur et trompeur autour de la « Conférence des responsables de cultes en France ». La vie politique et civile de tous les citoyens ne peut se réduire à la seule appartenance présupposée à six religions. Sur 66 millions d’habitants, on compte moins de 4 millions de pratiquants réguliers toutes religions confondues. Près de la moitié de la population se déclare sans religion. On ne saurait, sauf à exclure ou communautariser, enfermer la diversité des citoyens dans ce seul domaine religieux.
http://www.ufal.org/laicite/ne-pas-sacrifier-la-laicite-sur-lautel-du-terrorisme/


15 mars 2016 “Laïcité : le défi du XXIe siècle”, de Gérard Delfau

Voilà un ouvrage à la fois militant et érudit, comme son auteur, notre ami Gérard Delfau, président de l’association EGALE (Egalité, Laïcité, Europe). Même si le « XXIe siècle » ne fait plus rêver grand monde, le contenu est passionnant, et, ce qui ne gâte rien, écrit d’une plume aisée par un universitaire pétri d’histoire et de littérature. On aime y reconnaître la marque de l’enseignement français des « humanités »(1).

http://www.ufal.org/laicite/laicite-le-defi-du-xxie-siecle-de-gerard-delfau/


15 octobre 2015 Laïcité sur la Seine, crèche de noël sur la Loire ? 3

Une justice administrative à géographie variable.

Les élus locaux de droite et d’extrême droite comptent beaucoup sur l’affichage de crèches de la Nativité dans les locaux publics pour relancer la « France chrétienne » (le petit Jésus étant de race blanche…) à l’approche des élections régionales. D’où le prurit d’installation de crèches constaté en 2014 : Conseil général de Vendée, Mairie de Melun, Mairie de Béziers. Évidemment, en contradiction totale avec la loi de 1905, qui interdit l’apposition de tout « signe ou emblème religieux sur les monuments publics ».

http://www.ufal.org/laicite/laicite-sur-la-seine-creche-de-noel-sur-la-loire%E2%80%89/


24 août 2015 L’Observatoire (gouvernemental) de la laïcité aurait-il pris un coup de chaud ?

L’Observatoire (gouvernemental) de la laïcité aurait-il pris un coup de chaud ?

Les responsables de l’Observatoire de la Laïcité ont visiblement du mal à tolérer que beaucoup d’associations laïques contestent leurs positions, qui masquent systématiquement les problèmes, ou justifient des « accommodements raisonnables ».
 » Lire la suite

Non, le Tribunal Administratif n’a pas validé la suppression des « menus sans porc » à Chalon-sur-Saône !

M. Gilles Platret, maire (Les Républicains) de Chalon-sur-Saône, avait décidé en mars de supprimer des cantines scolaires les menus « de substitution » (sans porc). « Initiative politicienne sans rapport avec la laïcité » avait alors estimé l’UFAL.
 » Lire la suite

Publiés récemment

UFAL Info n°61 : Le temps des familles

Deux rapports du Haut Conseil de la Famille qui traduisent les graves insuffisances de la politique familiale en France

Les centres de santé disposent enfin d’un cadre conventionnel

Le collectif laïque publie son rapport annuel 2015

 » Tous les articles

http://www.ufal.org/laicite/lobservatoire-gouvernemental-de-la-laicite-aurait-il-pris-un-coup-de-chaud/


1er mai 2015 Marche à l’ombre Vêtement, territoire, population

Du principe de laïcité réduit au rang de dress code, épisode 712 : ce n’est plus, depuis maintenant deux décennies, en une séparation des autorités étatiques et religieuses que consiste le principe de laïcité, mais en une séparation de toute la politique (entendue en son sens le plus large d’existence visible dans l’espace publique) et de la religion, mais pas toutes (puisqu’est ciblée, dans chacune de ses manifestations, individuelles ou collectives, la religion musulmane). Ou, plus basiquement encore, en une séparation entre les cheveux et le tissu. Et comme ni la mécanique raciste ni les logiques de guerre ne s’interrompent d’elles-mêmes, la laïcité est en passe de devenir aussi, en de multiples initiatives locales aussi bêtes que méchantes et brutales, et en attendant un grand débat national, un principe de séparation de la jambe et de la jupe... Ce qui, nous allons voir comment, peut rappeler quelques chansons déjà un peu anciennes...

http://lmsi.net/Marche-a-l-ombre


18 mars 2015 Laïcité et tolérance en démocratie, par Julie Saada

Le modèle républicain peut-il parvenir à prendre en compte le pluralisme des identités ? La tolérance, fondement de nos sociétés démocratiques, doit-elle aujourd’hui être refondée ? Deux ouvrages, l’un américain, l’autre français, répondent à ces questions.

http://www.laviedesidees.fr/Laicite-et-tolerance-en-democratie-2977.html


9 mars 2015 Victoire posthume des terroristes ? Le pouvoir recule sur la laïcité !

Nous avons été nombreux, après les tragiques attentats puis la riposte républicaine de janvier, à appeler à la défense et au développement de la laïcité. Nous avions cru un instant être entendus, après les fortes paroles du Président de la République et du Premier ministre. Hélas, il faut déchanter : les mesures annoncées comme les propos tenus montrent que le pouvoir a choisi de reculer devant le communautarisme en sacrifiant la laïcité. MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, Mme Vallaud-Belkacem cèdent sur tous les fronts.

http://www.ufal.org/feminisme-et-laicite/victoire-posthume-des-terroristes-le-pouvoir-recule-sur-la-laicite/


19 février 2015 Non, la laïcité n’est pas le dialogue inter-religieux ! 0

Alors que la Charte de la laïcité, voulue par Vincent Peillon en 2013, n’est même pas encore affichée dans tous les établissements scolaires (« pour ne pas avoir d’histoires »), voilà que la Ligue de l’Enseignement en produit apparemment sa propre version, soigneusement édulcorée, mais suffisamment ressemblante avec l’original (affichée notamment sur un format identique) pour semer le doute ! Il s’agit en fait d’une véritable charte de substitution pour les établissements : au total 35 000 exemplaires pour affichage auprès des enfants, parents et personnel enseignant, agrémentés de dessins pour aider les pédagogues. Or cette « pseudo-charte » présente à tous une « pseudo-laïcité ».

http://www.ufal.org/feminisme-et-laicite/laicite-communiques-de-presse/non-la-laicite-nest-pas-le-dialogue-inter-religieux%E2%80%89/


17 février 2015 Faut-il refonder la laïcité scolaire ? par Pierre Merle

Le sociologue Pierre Merle plaide, en s’appuyant sur des exemples étrangers, pour une refondation de la laïcité scolaire en France. Dans la configuration actuelle, celle-ci avantage de fait les établissements privés qui constituent une forme de séparation sociale aux effets dommageables pour tous, mais surtout pour les plus vulnérables.

http://www.laviedesidees.fr/Faut-il-refonder-la-laicite-scolaire.html


16 février 2015 Laïcité et valeurs républicaines à l’École : de la charte de la laïcité à l’acte II de la refondation de l’École

Analyse de Roger Crucq, Président de la FAS & USU, et du Bâtonnier Francis Lec, son avocat-conseil national.

« À un moment où notre société est tentée par tant d’imprudence, tant de violence, tant de simplification, un tel goût de la polémique, et parfois de l’abaissement, je veux rappeler que la laïcité est la sagesse de la République », tels étaient les mots de Vincent Peillon, alors ministre de l’Education nationale, lors de la présentation de la charte de la laïcité à la rentrée 2013. Pour rappel, cette charte, qui depuis la rentrée 2013 doit être affichée aux côtés de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dans un endroit visible dans les écoles primaires, collèges et lycées, contient 15 articles avec pour ambition de faciliter l’accès des élèves au principe de laïcité et aux valeurs républicaines, tout en fixant également des règles de conduite à suivre.

http://www.autonome-solidarite.fr/articles/laicite-et-valeurs-republicaines ?


9 février 2015 De 1905 à l’après-Charlie, la laïcité dans tous ses états

La loi de 1905 devait permettre aux croyants et aux autres de vivre en paix. Elle a clairement dévié. Après Charlie, il est temps de repenser la laïcité dans sa complexité. Ni totem ni tabou !

http://www.telerama.fr/idees/de-1905-a-l-apres-charlie-la-laicite-dans-tous-ses-etats,122532.php


16 janvier 2015 En République, le blasphème n’existe pas

Un blasphème est un discours jugé insultant à l’égard de ce qui est vénéré par les religions ou de ce qu’elles considèrent comme sacré. Mais « le blasphème n’est scandaleux qu’aux yeux de celui qui vénère la réalité blasphémée » a dit Pierre Bayle au XVIIème siècle. Aucune loi n’institue un espace sacré dont le contenu serait placé hors du champ de la loi librement débattue. Il n’y a donc pas de blasphème « objectif ». La notion de blasphème étant strictement religieuse, il existe du point de vue d’une société laïque une liberté de pensée et d’expression qui ne reconnait pas la limite de l’espace imaginaire déclaré comme sacré par les religions. Il n’y a donc pas de droit au blasphème puisque le blasphème n’a aucune réalité ni dans l’ordre de faits observables ni dans l’ordre juridique. Le « droit au blasphème » est donc aussi total que celui d’injurier le Père Noël.

http://www.jennar.fr/?p=4100


5 janvier 2015 2015 : l’UFAL demande que les élus s’abstiennent de participer à des manifestations cultuelles

La fin de l’année 2014 aura été marquée par la polémique autour des crèches religieuses présentes dans certaines collectivités publiques.

Ce fut surtout l’occasion pour l’extrême-droite catholique de pousser ses provocations contre la République et la laïcité.

http://www.ufal.org/feminisme-et-laicite/laicite-communiques-de-presse/2015-lufal-demande-que-les-elus-sabstiennent-de-participer-a-des-manifestations-cultuelles/


13 décembre 2014 La loi de 1905 n’a que 109 ans : elle mérite de vivre des siècles ! 0

Le 9 décembre 1905 était votée la loi de séparation des églises et de l’Etat, fondement, avec les lois scolaires des années 1880, de la laïcité de la République française. L’UFAL, avec plusieurs autres associations laïques, a choisi de célébrer cet anniversaire, en organisant ou en prenant part à diverses manifestations sur l’ensemble du territoire. Mais elle entend en même temps attirer l’attention de tous les Républicains sur les menaces constantes qui pèsent sur la laïcité. Contrairement aux propos lénifiants officiellement tenus (notamment par le président de l’Observatoire gouvernemental de la laïcité), il y a bien risque d’érosion de ce pilier de notre République qu’est la laïcité. L’actualité récente en témoigne.

http://www.ufal.org/feminisme-et-laicite/la-loi-de-1905-na-que-109-ans-elle-merite-de-vivre-des-siecles/


1er décembre 2014 Laïcité : lettre ouverte aux élus

La laïcité va mal. Ancien membre de la Commission Stasi sur l’application du principe de laïcité dans la République, je ne peux garder le silence. Naguère, la droite au pouvoir la malmenait par la bouche de Monsieur Sarkozy. Aujourd’hui certains élus de gauche ne la traitent pas mieux. Tout se passe comme si les vrais ennemis de la laïcité et ses faux amis semblaient d’accord pour l’encenser en principe et la violer en pratique. Halte à la duplicité. Inventaire.

http://blogs.mediapart.fr/blog/henri-pena-ruiz/011214/laicite-lettre-ouverte-aux-elus


28 août 2013 Étienne Balibar "Il y a un renouveau de discussions sur le sens de la laïcité"

Le philosophe s’applique à dégager l’idée 
d’une laïcité ouverte en se confrontant à un sécularisme oscillant entre les deux tentations 
de sa privatisation et de son étatisation. Élève de Louis Althusser, disciple et spécialiste de Spinoza, professeur de philosophie politique et d’anthropologie dans plusieurs universités françaises et américaines, Étienne Balibar s’est attaché au fil de ses écrits à développer une pensée associée à celle de l’auteur de l’Éthique et à celui du Capital.

http://www.humanite.fr/societe/etienne-balibar-il-y-un-renouveau-de-discussions-s-547639


26 juillet 2013 Trente paradoxes Retour sur l’opération « burqa »

Si tout ou presque – et souvent n’importe quoi – s’est déjà dit et écrit sur le « voile intégral » (appelé aussi niqab ou plus improprement burqa) et sur les femmes qui le portent en France, rien ou presque ne peut en être dit sérieusement en l’absence d’enquêtes rigoureuses, fondées notamment sur des entretiens avec un nombre conséquent de ces femmes. Il suffit en revanche d’une heure de peine, de quelques observations, d’un peu de mémoire et d’un peu de réflexion pour entrevoir le caractère singulièrement paradoxal de la gigantesque campagne « anti -burqa » – et de la nouvelle loi de prohibition qui en est sortie [1].

http://lmsi.net/Trente-paradoxes


10 juillet 2013 Henry Laurens : « Un changement de nature de la laïcité »

L’historien Henry Laurens, spécialiste du monde arabo-musulman, revient sur la perception de l’islam dans la société française, à l’occasion du début du ramadan.

http://www.liberation.fr/societe/2013/07/10/henry-laurens-un-changement-de-nature-de-la-laicite_917084


22 septembre 2012 Islam et laïcité, « il faut combattre les lectures identitaires »

Pour le sociologue Vincent Geisser, la succession des crises impliquant l’Islam enferme les français musulmans dans une assignation « insupportable » à « choisir un camp ».

http://www.politis.fr/Islam-et-laicite-il-faut-combattre,19470.html


1er octobre 2011 Laïcité Brèves Elisabeth Badinter et la laïcité lepénisée

Le Monde.fr a publié, jeudi 29 septembre 2011, de larges extraits d’une interview d’Elisabeth Badinter au Monde des religions. J’ai dû les relire deux fois pour être sûr qu’il n’y avait pas maldonne. Malgré tout ce qu’elle avait déjà dit et écrit, je ne pouvais penser que cette philosophe soit tombée aussi bas. Elle affirme en effet : « En dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité ». Non seulement elle cautionne ainsi les propos de la leader d’extrême droite, mais elle en fait la championne par excellence de la laïcité. Selon elle, la gauche aurait « complètement abandonné ce combat », Manuels Valls (qui ne sera sans doute pas ravi de se retrouver en si mauvaise compagnie) étant, selon ses dires, l’exception qui confirme la règle.

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot/300911/elisabeth-badinter-et-la-laicite-lepenisee


19 juillet 2011 Laïcité Brèves Le Conseil d’Etat dépoussière la loi de 1905

L’autorité administrative rendait mardi cinq décisions touchant au rapport entre collectivités et communautés religieuses. L’occasion d’affirmer que la loi de séparation des Eglises et de l’Etat « n’est pas enrayée ».

http://www.liberation.fr/societe/01012349883-le-conseil-d-etat-depoussiere-la-loi-de-1905


14 avril 2011 Laïcité en questions Concours de nuit pour étudiants juifs : stupeur et embarras

La laïcité serait-elle un principe à géométrie variable ? En matière de religions, l’Etat, serait-il un peu plus « neutre » avec certaines plutôt qu’avec d’autres ? Ce sont les questions que l’on peut se poser si, comme l’écrit Mediapart, l’Elysée est intervenu auprès des directions de plusieurs grandes écoles d’ingénieurs pour qu’elles aménagent leurs concours d’entrée.

http://www.rue89.com/2011/04/13/concours-de-nuit-pour-etudiants-juifs-stupeur-et-embarras-199867


5 avril 2011 Laïcité en questions « On est devenus les pestiférés de la République »

Reportage. Lundi 28 mars, la ville de Tremblay-en-France en Seine-Saint-Denis inaugurait sa mosquée. En plein dérapage de la droite sur la laïcité, nous avons rencontré des musulmans tremblaysiens, aussi fiers de leur lieu de culte qu’indignés par la tournure du débat.

http://humanite.fr/05_04_2011-tremblay-en-france-%C2%AB-est-devenus-les-pestif%C3%A9r%C3%A9s-de-la-r%C3%A9publique-%C2%BB-469293


30 octobre 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Loi anti-burqa : 80 000 euros pour Ni putes ni soumises

La loi d’interdiction du voile intégral a bien été validée par le conseil constitutionnel. Toutefois, elle n’entrera en vigueur que le 11 avril 2011. Entretemps : six mois de « pédagogie », a précisé le législateur.

http://www.rue89.com/2010/10/29/loi-anti-burqa-80-000-euros-pour-ni-putes-ni-soumises-173740


7 juillet 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Les Verts s’opposent à la loi de circonstance sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national

Communiqué de presse du 7 juillet 2010

Les Verts s’opposent à la loi de circonstance sur la pratique du port du voile intégral sur le territoire national

Les Verts sont attachés au respect des libertés fondamentales, au premier plan desquelles se trouve l’égalité des droits entre les citoyen-ne-s.

La question du port du voile intégral a constamment eu comme toile de fond un débat identitaire-nationaliste à relents racistes que les Verts comme d’autres organisations ou personnalités dénoncent et condamnent.

http://lesverts.fr/article.php3?id_article=5307


29 mai 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Bac : polémique sur la présence de signes religieux dans des centres d’examen

Une polémique divise l’enseignement catholique et la fédération syndicale Unsa-Education sur la présence de signes religieux dans des centres d’examen du baccalauréat situés dans des locaux d’établissements privés, a-t-on appris vendredi auprès des intéressés.

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-bac-polemique-sur-la-presence-de-signes-religieux-dans-des-centres-d-examen-51307847.html


19 mai 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Loi sur le « voile intégral : inutile et dangereuse

Communiqué

Loi sur le « voile intégral : inutile et dangereuse

Le Conseil des ministres a examiné mercredi 19 mai 2010 le projet de loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public », nouvel euphémisme pour désigner le port du voile intégral, qui sera soumis ensuite au vote du Parlement.

Le MRAP s’étonne qu’au moment où la France, comme de nombreux autres pays, se débat dans une crise financière, économique et sociale grave, le gouvernement n’ait rien de plus important à débattre, en premier point de l’ordre du jour du conseil des ministres de ce 19 mai 2010, que de ce comportement ultra-minoritaire.

Le MRAP n’est pas favorable au port du voile intégral et rappelle que les motivations et conséquences de cette pratique sont contraires à sa conception du « vivre ensemble. »

Mais il estime que ce projet de loi est inutile et dangereux pour les raisons suivantes :

– Il condamne les femmes concernées à un enfermement et une exclusion sociale encore plus graves que ceux qu’elle prétend combattre ;

– Sa mise en œuvre sera complexe, délicate et risque de créer d’inutiles tensions et des troubles à l’ordre public.

– Il servira d’alibi et de prétexte à la libération de la parole et des actes racistes contre les musulmans ;

– Il servira également d’alibi afin de n’engager aucune action pour faire progresser l’égalité hommes-femmes à laquelle le MRAP est attaché ;

– Les prétextes sécuritaires invoqués sont fallacieux, les textes législatifs et réglementaires existants sont suffisants pour assurer cet objectif.

En passant outre au nouvel avis du Conseil d’État, rendu mi- mai, défavorable à une interdiction totale du voile intégral, et en prenant sciemment le risque de l’inconstitutionnalité, le gouvernement montre le peu de cas qu’il fait des principes de l’État de droit et que sa préoccupation principale est de désigner un bouc émissaire à la crise de la société française.

Paris 19 mai 2010

migrations mrap.fr
— -
Collège de la présidence
Collegiate presidency
Presidencia colegiada

Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples
v


14 mai 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Voile intégral : le Conseil d’Etat conteste l’interdiction totale

Une interdiction globale de la burqa ne reposerait sur « aucun fondement juridique incontestable », selon le Conseil d’Etat, dont Le Figaro révèle vendredi l’avis sur le sujet.

Selon le quotidien, les Sages, réunis en assemblée générale mercredi en présence du secrétaire général du gouvernement, ont rappelé qu’« une interdiction absolue et générale du port du voile intégral en tant que telle ne pourrait trouver aucun fondement juridique incontestable ».

http://www.liberation.fr/societe/0101635416-voile-integral-le-conseil-d-etat-conteste-l-interdiction-totale


4 mai 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Pourquoi une loi contre le voile intégral lui serait contraire

Amnesty International ne pense pas qu’une interdiction générale du port du voile intégral en public est nécessaire ou proportionnée quelle que soit la légitimité de l’objectif visé.

Un courrier a été envoyé au Premier ministre français, le 20 avril 2010, pour exprimer la position d’Amnesty International France sur une éventuelle interdiction générale du port du voile intégral.

http://www.amnesty.fr/index.php/amnesty/agir/actions_en_cours/france/dossiers/la_question_du_voile


1er mai 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Voile intégral : Ayrault dégaine sa proposition de loi

Le chef de file des députés PS, Jean-Marc Ayrault, soumettra mardi au groupe socialiste une proposition de loi visant à « faire disparaître le voile intégral mais en veillant au respect de nos principes de droit ».

« Si l’on veut construire une loi de concorde républicaine, il nous paraît important d’aller au fond de ce débat et de proposer une alternative », indique-t-il.

http://www.liberation.fr/societe/0101632930-imposer-le-port-du-voile-bientot-puni-d-un-an-d-emprisonnement


24 avril 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Une conductrice en « niqab » verbalisée, ou le droit à la banalité

Par Eros Sana (24 avril 2010)

La priorité avant l’été, ce n’est ni la lutte contre le chômage, ni l’urgence écologique, ni la reconstruction d’une Europe au bord du gouffre, mais le voile intégral porté par quelques centaines de femmes. Un simple fait divers routier vient nous rappeler qu’aucune législation d’exception n’est nécessaire pour faire respecter la loi à celles qui portent la « burqa ».

http://www.bastamag.net/article1005.html


10 avril 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Prise de position de la LDH dans le débat sur le voile intégral

Depuis l’affaire de Creil en 1989, la LDH a maintenu avec constance sa position, joignant la critique du port du foulard et du voile, au nom de l’émancipation des femmes, au refus de toute loi excluante, stigmatisante et empiétant sur les libertés publiques. Or, il se trouve qu’aujourd’hui cette position est celle de nombreux citoyens et responsables politiques et en particulier celle de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, alors même que le débat s’est crispé.

http://www.ldh-france.org/Prise-de-position-de-la-LDH-dans


31 mars 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions :Burqa-bla-bla

Les Français sont vraisemblablement plus nombreux à connaître le nombre de minarets en Suisse (quatre) et de « burqas » en France (trois cent soixante-sept (1)) qu’à savoir que le Trésor public a perdu 20 milliards d’euros à la suite d’une décision « technique » de l’exécutif.

Il y a dix-huit mois en effet, au lieu de subordonner son sauvetage des banques en perdition à une prise de participation dans leur capital, laquelle ensuite aurait pu être revendue avec un joli bénéfice, le gouvernement français a préféré leur consentir un prêt à des conditions inespérées… pour elles. Vingt milliards d’euros de gagnés pour leurs actionnaires, c’est presque autant que le déficit de la Sécurité sociale l’an dernier (22 milliards d’euros). Et quarante fois le montant de l’économie annuelle réalisée par l’Etat lorsqu’il ne remplace qu’un fonctionnaire partant à la retraite sur deux.

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/04/HALIMI/18990


30 mars 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Voile intégral : le Conseil d’Etat proscrit une interdiction générale

« Une interdiction générale et absolue du port du voile intégral porterait atteinte aux droits fondamentaux, sans pouvoir être justifiée par des nécessités d’ordre public ». C’est ce qu’affirme, Jean-Marie Sauvé, vice-président du Conseil d’Etat, suite à la remise de l’étude du Conseil relative aux possibilités juridiques d’interdiction du port du voile intégrale au Premier ministre, le 30 mars 2010.

http://infos.lagazettedescommunes.com/35172/voile-integral-le-conseil-detat-proscrit-une-interdiction-generale/


28 mars 2010 Laïcité en questions Laïcité en questions : Burqa : pourquoi Sarkozy se prend les pieds dans le tapis

Au moment où le chef de l’Etat change d’avis en faveur d’une interdiction de la burqa, le Conseil d’Etat pourrait lui barrer la route.

Aux yeux de Dominique de Villepin, la stratégie de Nicolas Sarkozy sur
la burqa tient du clientélisme électoral et de la gesticulation. Il aurait pu ajouter aussi le slalom acrobatique. En effet, depuis que l’interdiction du voile intégral est arrivée sur la place publique, à l’été 2009, le président n’a cessé de changer de discours.

http://www.rue89.com/2010/03/27/burqa-pourquoi-sarkozy-se-prend-les-pieds-dans-le-tapis-144771


14 février 2010 Laïcité en questions : pourquoi une loi contre le voile intégral lui serait contraire

07 Février 2010 Par Edwy Plenel

Diversion politique et sociale, mélange de fantasme et d’ignorance, les polémiques sur le voile musulman sont de retour. C’est dans ce contexte que je republie sur ce blog deux contributions parues ailleurs, l’une récemment, l’autre en 2005. La première est une tribune demandée par l’hebdomadaire Marianne et publiée dans son numéro du 30 janvier dernier, dans le cadre d’un dossier sur le projet de loi contre le voile intégral. Elle s’appuie notamment sur l’exceptionnel avis de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, bizarrement totalement ignoré dans l’actuel débat public et que Mediapart a évidemment reproduit in extenso. Voici donc cette tribune, sans modification, titre compris. Suivra un article paru dans Le Monde en août 2005, dans le cadre d’une série historique sur l’année 1905 où je rappelais le texte et le contexte de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat.

Voile intégral : une loi contre la laïcité

http://www.mediapart.fr/club/blog/edwy-plenel/070210/laicite-1-pourquoi-une-loi-contre-le-voile-integral-lui-serait-contrair


24 janvier 2010 Laïcité en questions Vers une loi interdisant le voile intégral dans les services publics ?

La mission parlementaire qui travaille sur ce sujet préconise un dispositif législatif qui porterait sur les administrations, les hôpitaux, les écoles,les transports. Elle doit rendre son rapport mardi.

http://www.liberation.fr/societe/0101615195-vers-une-loi-interdisant-le-voile-integral-dans-les-services-publics


24 décembre 2009 Laïcité en questions Loi sur l’interdiction de la burqa : on ne va pas y Copé

Un coup d’éclat politique vaut bien une contradiction. Même sur un sujet aussi délicat. C’est ce qu’a dû considérer Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, en annonçant mardi le dépôt pour la première quinzaine de janvier d’une proposition de loi interdisant le port de la burqa « dans l’espace public ».

Sans viser explicitement le voile intégral, pour ne pas risquer une censure du Conseil constitutionnel, le texte interdit à toute personne d’évoluer dans l’espace public le visage entièrement recouvert, hors circonstances exceptionnelles (sécurité, froid, déguisement…), pour des « motifs d’ordre public et de sécurité ».

http://www.rue89.com/2009/12/23/loi-sur-linterdiction-de-la-burqa-on-ne-va-pas-y-cope-131109


28 septembre 2009 Laïcité en questions Les écoles privées bientôt financées par les communes voisines ?

L’Assemblée nationale pourrait adopter la proposition de loi Carle qui vise à rendre obligatoire une contribution municipale aux frais de scolarité des élèves qui sont scolarisés dans le privé hors de la commune.

Le Parlement s’apprête à voter définitivement, lundi 28 septembre au soir, la proposition de loi du sénateur Jean-Claude Carle visant "à résoudre" le problème du financement communal des écoles privées. Ce texte controversé a été adopté à l’unanimité en première lecture au Sénat, le 10 décembre 2008 et voté peu avant l’été, par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée.

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-36630119.html


16 septembre 2009 Laïcité en questions L’alinéa qui sauve la Scientologie : « erreur » ou « infiltration » ?

Pour Michèle Alliot-Marie, ce n’est qu’une « erreur matérielle ». Une disposition « curieuse et contestable » pour Henri de Raincourt, ministre chargé des relations avec le Parlement. Pour Roland Muzeau, porte-parole des députés PCF, il s’agit d’une « infiltration » de la Scientologie au sein du ministère de la justice.

http://www.liberation.fr/societe/0101591142-l-alinea-qui-sauve-la-scientologie-erreur-ou-inflitration


16 août 2009 Laïcité en questions Les catholiques de France, une population vieillissante

Si le catholicisme reste la principale religion en France, son déclin commencé depuis le début des années 1970 continue et touche toutes les couches sociales et toutes les régions. Ce recul, qui n’affecte pas les autres confessions, se fait essentiellement au profit des "sans-religion", selon la synthèse de l’enquête de l’institut de sondages d’opinion IFOP, rendue publique le 15 août.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/08/15/les-catholiques-de-france-une-population-vieillissante_1228868_3224.html


25 juillet 2009 Bernard Kouchner vient de créer un pôle religions au Quai d’Orsay, une première en France

Certains ne manqueront pas d’y voir un nouveau signe de la "laïcité positive" prônée par le président de la République, Nicolas Sarkozy. D’autres, un esprit du temps qui confère aux religions un rôle-clé dans le supposé clash des civilisations. Depuis le 1er juin, un pôle religions s’est installé au sein de la direction de la prospective du ministère des affaires étrangères, une première en France.

Le ministre Bernard Kouchner, à l’origine de cette création, y voit, lui, "un effet de la mondialisation" et une nécessaire "modernisation" des mentalités. La réflexion pour une prise en compte de paramètres religieux était "insuffisante" au sein de la diplomatie française, assure le ministre. "On a intégré la démographie, l’écologie et les pandémies à la réflexion stratégique, pourquoi pas les religions ? Toutes les guerres que j’ai connues comportaient à des degrés divers des histoires de religion", assure-t-il, dans une allusion aux conflits du Kosovo, du Sri Lanka ou du Liban, qu’il a particulièrement suivis.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/07/25/bernard-kouchner-cree-un-pole-religions-au-quai-d-orsay-une-premiere-en-france_1222690_3224.html


6 juillet 2009 Laïcité en questions Manipulation ? Recherche burqa désespérément

Par Nadia Djabali (6 juillet 2009)

Les burqas se répandraient en France comme un mauvais vent de sable sur un oasis de laïcité. La tendance semble tellement inquiétante que des députés communistes, sarkozystes et socialistes rejouent l’union sacrée et demandent une loi sur la question. Pourtant, malgré la frénésie médiatico-politique, les journalistes ont bien du mal à se procurer des photos prises en France sur le sujet. Etrange, non ?

http://www.bastamag.net/spip.php?article616


29 juin 2009 Laïcité en questions Le port de la burqa : un faux débat

Par Sophie Chapelle (29 juin 2009)

La polémique sur le port de burqa enflamme les partisans et les opposants à son interdiction. Faut-il légiférer ou laisser faire ? Sociologue et militante du Centre d’études et d’initiatives de solidarité internationale (Cedetim), Monique Crinon livre à Basta ! son point de vue sur la question.

http://www.bastamag.net/spip.php?article612


17 juin 2009 Laïcité en questions Comment la France a durci le ton face à la scientologie

Les décisions de justice comme le regard des médias ont beaucoup évolué sur la secte, aujourd’hui menacée de dissolution.

Le parquet de Paris a requis lundi la dissolution de l’église de scientologie et le paiement de quatre millions d’euros d’amende. Les deux branches françaises scientologues sont poursuivies devant le tribunal correctionnel de Paris pour « escroquerie en bande organisée » par d’anciens fidèles.

D’autres peines lourdes, notamment de la prison avec sursis et des amendes, ont été requises contre cinq dirigeants.

http://www.rue89.com/2009/06/16/comment-la-france-a-durci-le-ton-face-a-la-scientologie


7 juin 2009 Laïcité en questions Quand le prêtre formera l’instituteur, par Caroline Fourest Pétition pour l’abrogation de l’article 89 et pour un débat sur les rapports public/privé

Pétition 11 mai 2009
Assez de cadeaux à l’enseignement privé
Ni article 89, ni copie remaniée !

http://ecoledeproximite.lautre.net/petition

Lettre ouverte aux Députés de la République
Copie aux Sénateurs

Ne séparons pas nos enfants dès l’école primaire !
Ne brisons pas le lien social entre la collectivité et les enfants scolarisés !
Maintenons le pacte républicain !
L’École publique est l’École de la République, c’est à dire de tous ses enfants !
Ne sacrifions pas l’intérêt général à quelques intérêts particuliers
N’allons pas vers une communautarisation de l’espace scolaire et la multiplication de
réseaux d’écoles privées !


4 juin 2009 Laïcité en questions Financement communal des écoles privées : feu vert à la solution du Sénat

In VousNousIls

La commission des Affaires sociales de l’Assemblée a adopté mercredi une proposition de loi sénatoriale, pour résoudre le problème récurrent du financement des écoles privées accueillant des élèves habitant dans une autre commune que celle de leur école, a-t-on appris mercredi de source parlementaire.

Le texte, déjà adopté au Sénat, a été voté dans des termes identiques en commission (UMP pour, abstention du PS, GDR contre), laissant prévoir un vote définitif lors de son examen en séance le 15 juin.

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-32227428.html


4 juin 2009 Laïcité en questions Europe : la France championne du financement du privé

La France « pays de la laïcité » est celui qui a le plus d’élèves dans l’enseignement catholique. Soit plus de 2 millions pour un total de 7 millions dans les 25 pays du comité européen de l’enseignement catholique (CEEC). Ceci représente 27 % des élèves de l’enseignement catholique européen. Elle dispose aussi, et de loin, le plus d’écoles privées catholiques soit plus de 8700 structures pour un total de 37000 dans le CEEC. Ce qui représente 29 % du nombre des établissements catholiques des 25 pays. Remarquons aussi que les pays à forte tradition catholique comme l’Italie, le Portugal ou la Pologne sont ceux qui ne financent pas ou presque l’enseignement catholique qui représente chez eux moins de 4% du total public:privé.

http://prive.laligue.org/ligue/articles/index.asp?rub=preclai0001&anc=art8186


3 juin 2009 Laïcité en questions Diplômes du Vatican homologués en France : la riposte s’organise

Catherine Kintzler, philosophe et professeur émérite à l’Université de Lille 3 nous a envoyé cette tribune au titre du Collectif pour la promotion de la laïcité. Celui-ci, inquiet de l’accord entre la France et le Vatican sur la reconnaissance des diplômes, organise ce mercredi avec quinze parlementaires une conférence de presse pour demander l’annulation du décret. Par ailleurs, une pétition sur ce sujet a déjà recueilli 12 000 signatures.

Dans la lignée des discours sur la « laïcité positive » prononcés par Nicolas Sarkozy à Latran et à Riyad, la France a signé le 18 décembre avec le Saint-Siège un accord ayant pour objet « la reconnaissance mutuelle des grades et des diplômes de l’enseignement supérieur délivrés sous l’autorité de l’une des parties ».

http://www.rue89.com/2009/06/02/diplomes-du-vatican-homologues-en-france-la-riposte-sorganise-0


19 mai 2009 Laïcité en questions La loi Falloux est rétablie par décret : Le fait du Prince contre la République laïque !

Immédiatement, après avoir épuré de sa composante cléricale, le conseil supérieur de l’Instruction publique en votant la loi du 27 février 1880, la majorité républicaine issue des élections des 14 et 28 octobre 1877 et le ministre Jules Ferry portaient un nouveau coup à la loi Falloux du 15 mars 1850 modifiée par celle du 12 juillet 1875, adoptées l’une et l’autre par des assemblées monarchistes. Confiée depuis cinq ans à des jurys mixtes comprenant des membres du clergé, la collation des grades universitaires revenait désormais à l’Etat et à lui seul, conformément à la loi du 18 mars 1880. Jules Ferry avait raison de dire, lors la première séance du conseil supérieur laïcisé, que l’Université devenait « un corps vivant, organisé et libre. » Ce principe éminemment républicain a été sans cesse réaffirmé depuis. L’alinéa premier de l’article L. 613-1 du code de l’éducation, dans sa version issue de la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002 actuellement en vigueur, dispose que « L’Etat a le monopole de la collation des grades et titres universitaires. »

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-31630421.html


14 mai 2009 Laïcité en questions Quand le prêtre formera l’instituteur, par Caroline Fourest

ANNULATION DE L’ACCORD VATICAN - KOUCHNER

A l’attention de : Mr le Président de la République Française

A l’attention de : Mr le Président de la République Française

Le Comité 1905 Draguignan Var a depuis le 29 janvier reçu la signature et le soutien
du Grand Orient de France, du Comité Valmy, de l’ADLPF( Association des Libres Penseurs de France), et du Parti de Gauche pour demander l’ANNULATION DE L’ACCORD VATICAN - KOUCHNER .

http://www.mesopinions.com/annulation-de-l-accord-Vatican-Kouchner-petition-petitions-aa7ff411b416afe1d722a574e02b8c56.html


13 mai 2009 Laïcité en questions Saint Siège - République française : un accord anti-laïque sur la reconnaissance des diplômes

Saint Siège - République française : un accord anti-laïque sur la reconnaissance des diplômes

par Charles Conte, chargé de mission laïcité à la Ligue de l’enseignement.

Un accord signé entre la République française et le Saint Siège sur "la reconnaissance des grades et diplômes dans l’enseignement supérieur" remet en cause les principes laïques. De quoi s’agit-il ?

La situation actuelle

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-31359234.html


2 mai 2009 Laïcité en questions Quand le prêtre formera l’instituteur, par Caroline Fourest

On assiste à un assaut sans précédent pour tenter d’affaiblir l’enseignement républicain et laïque au profit de l’enseignement privé et confessionnel. En principe, la République "ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun culte". En coulisse, tout est fait pour torpiller l’esprit de cette loi dès qu’il s’agit d’éducation nationale.

Dans la plus grande discrétion, tout un pan du discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Saint-Jean-de-Latran vient d’entrer en vigueur. On se souvient de cette phrase dans laquelle le président plaçait le prêtre au-dessus de l’instituteur "dans la transmission des valeurs". Depuis, il a tenté de minimiser. Ces mots traduisent pourtant une vision de la transmission et de l’enseignement que son gouvernement applique à la lettre.

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-30932281.html


24 avril 2009 Laïcité en questions L’Elysée bénit les diplômes cathos


11 avril 2009 Laïcité en questions « Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes »

Taslima Nasreen, réfugiée en France, appelle les forces de gauche, partout dans le monde, à réinvestir les combats laïque et féministe pour élever une digue face aux fondamentalismes.

Contrainte de quitter son pays, puis l’Inde où elle avait trouvé refuge, sous la pression des fondamentalistes, l’écrivaine bangladaise Taslima Nasreen, figure du combat contre l’intégrisme, participait, samedi dernier, aux Rencontres laïques internationales, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Votre combat contre le fondamentalisme
ne s’arrête pas à l’islamisme. Vous dénoncez également les intégrismes chrétien, juif, hindou. Quels sont leurs points communs ?

Taslima Nasreen. Je m’élève en effet contre les intégrismes de tous bords. En ce qui me concerne, j’ai souffert toute ma vie du fondamentalisme musulman.

http://www.humanite.fr/2009-04-09_International_-Aucune-religion-ne-prone-l-egalite-entre-les-hommes-et-les


25 mars 2009 Laïcité en questions 2e Rencontres Laïques Internationales

2e Rencontres Laïques Internationales

Organisées par l’UFAL (Union des Familles Laïques)

en collaboration avec l’ADLPF (Association des libres-penseurs de France), le CLR (Comité Laïcité République),
le Grand Orient de France,
le MEL (Mouvement Europe et Laïcité),
la revue ProChoix, Ruptures
et avec le soutien de la ville de Saint-Denis (93)

les samedi 4 et dimanche 5 avril 2009
a la Bourse du Travail
de Saint-Denis (93200)
9-11, rue Genin
(Entree rue Bobby Sands)


12 mars 2007 Laïcité en questions La laïcité est une quête.

Laïcité

La laïcité exige de s’approcher d’un idéal citoyen qui intègre absolument tout le monde avec des arguments de raison. Personne n’en est propriétaire (universalité). La laïcité est une quête.

Elle convient à tout état de droit et ce, d’autant plus que son pouvoir est étendu et planétaire. Une recherche est nécessaire ; pas seulement en France mais pour l’Europe, pour la planète.

Nous sommes d’accord en France sur le principe de laïcité qui garantit la liberté pour chacun. Nous pouvons sans doute arriver à montrer que nul n’est parfaitement laïc. Il n’y a pas de position personnelle ou collective absolument laïque.

Athées, agnostiques et fidèles ont tous des efforts à accomplir pour relativiser leur choix métaphysique et laisser une vraie place à l’autre. Chacun, individu ou collectif, préfère évidemment son option, mais cet engagement n’est jamais totalement raisonnable.

Enormément de personnes et de communautés cherchent à devenir pleinement laïques.

Pour avancer nous devons discerner entre opinion individuelle (complètement libre) et opinion collective, communautaire. Si l’opinion individuelle est libre, la pensée rationnelle ne l’est pas totalement : elle a obligation de respecter une logique. La pensée collective nécessite un effort de cohérence.

Un collectif commence à deux. Dès que je ne suis pas seul, la nécessité d’un langage commun, d’une rationalité apparaît.

Cordialement et multicitoyennement

Michel Portal


3 février 2007 Laïcité en questions Offensive créationniste en direction des écoles françaises

Offensive créationniste en direction des écoles françaises

LEMONDE.FR avec AFP | 02.02.07 | 19h26 • Mis à jour le 02.02.07 | 19h27

Le ministère de l’éducation nationale a confirmé, vendredi, une information du Figaro indiquant qu’il a diffusé un message d’alerte aux recteurs afin qu’ils veillent à ce qu’un livre réfutant, au nom du Coran, le darwinisme et la théorie de l’évolution ne soit pas mis à disposition des élèves.


5 novembre 2006 Laïcité en questions : l’"affaire" Robert Redeker

Bonjour,

Divers échanges ont eu lieu (...) concernant l’affaire Robert Redeker.

Jacques Richaud, adhérent toulousain, a mené quelques investigations sur cette affaire et rédigé un texte des plus éclairants, dont le bureau d’Attac-Toulouse partage les analyses et vous recommande vivement la lecture.

Vous le trouverez ici :

http://www.attac-toulouse.ouvaton.o...

(version PDF téléchargeable)

De quoi alimenter les débats au sein de notre association sur le thème de la laïcité.

Cordialement,

Renaud Tzanos - CEL toulousain


7 octobre 2006 Laïcité en questions La République est laïque... c’est tout ! par Christian Delarue

La République est laïque... c’est tout !
http://bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=35042

La mentalité laïque constitue un progrès de l’esprit critique. Elle ne répond pas à tout.

Robert REDEKER :
Distinguons son méfait de la menace qu’il subit !

Mon souci tient en deux points : d’une part la forte montée du racisme contemporain qu’il faut combattre sous toutes ses formes et d’autre part la nécessité de maintenir l’esprit critique y compris contre les fétiches religieux et le droit d’expression qui le permet.
Aujourd’hui la critique sévère à la limite du racisme de Robert REDEKER contre l’islam provoque des menaces de mise à mort. Comment prendre position ?

Avant de se poser la question de la solidarité (2) il faut savoir dire si les propos étaient racistes ou non. La critique de la religion ne peut-elle pas déboucher sur des propos racistes ? Si oui à quel moment situé le dérapage raciste ? (1)

1 - Le moment du dérapage raciste :

Ces affaires de racisme implicite ou explicite ayant pour point de départ la critique de la religion méritent de distinguer les champs d’expression. Ce n’est pas si aisé. Gerard KERFORN ne tranche pas nettement en faveur du racisme (cf site MRAP-Landes) alors que Pierre TEVANIAN a dit l’essentiel en "dix remarques sur un collègue" sur Bellaciao à propos du texte de Robert Radeker . Un second texte de Pierre TEVANIAN concernant la position de la FSU montre que les choses ne sont pas si claire pour tous. Je vais essayer de poser les élements de clarification.

La critique des religions, même sévère, est une conquête de libération historique de l’homme contre les fétichisme qui veulent le rabaisser, le soumettre, l’agenouiller. Mais cette critique ne saurait sortir de son champ, sortir de sa route par dérapage racisant. Quand sort-on du champ licite ?

1 - Il est évident que l’on peut critiquer les religions toutes les religions.

Il est d’ailleurs aisé de trouver de quoi le faire, qu’il s’agisse de la religion juive, catholique ou musulmane. La critique porte en général sur les textes sacrés ou sur les propos des maïtres religieux . Elle peut aussi porter sur des pratiques religieuses, celles mises en application des textes ou par coutume religieuse. Mais la critique de la religion doit rester la critique de la religion.

2 - Or, le racisme n’en reste pas là.

La critique n’est que le prétexte, le moyen. L’interprète dira que le texte de telle religion contient des éléments de violence. Soit. Ou il dira, en plus nuancé : "le texte de telle ou telle religion contient beaucoup plus d’éléments négatifs que positifs". Là encore, à mon avis, pas de problème. On a le droit d’opinion. Le propos peut être "scientifique" ou idéologique. Il est dicible et bien sûr criticable à son tour.

3 - Mais, la pensée raciste va plus loin que de dire son "opinion" sur une religion donnée.

Elle passe au réel, aux "gens" en globalisant. Autrement dit, elle affecte le "négatif" de sa critique à des personnes mais sans distinction. Là ce n’est plus la religion qui est concernée.Ce sont ses adeptes. Et pas des adeptes critiqués pour tel ou tel pratique, comme par exemple l’exhibition de signes hostensibles mais des adeptes critiqués globalement. Ils sont essentialisé sous une caractérisation globalisante. Ce n’est alors plus une opinion.

Voici ce que dit la pensée raciste : Les gens de tel continent sont adeptes de telle religion dont j’ai dit tout le mal. Là ce sont bien les croyants eux-même qui sont qualifiés négativement. Cet essentialisation d’une religion combinée à l’essentialisation d’un peuple suffit pour dire ce n’est plus une critique de la religion, une opinion mais une insulte raciste. Robert Redeker relève de ce régistre

4 - Mais bien souvent le racisme va plus loin.

La critique de la religion n’est qu’un point de départ. Ils disent : Tel peuple croit en une mauvaise religion ; mais aussi tel autre peuple croit en une bonne religion. Nous sommes dans le cas d’une comparaison hiérarchisante classique du racisme.

2 - La question de la réaction à la violence raciste

En fait je vois trois questions sur cet aspect.

A) - Ces menaces sont injustifiées.

 Réponse ambigue : La réponse du MRAP laisse entendre que non tout en faisant le lien entre les propos et les menaces. Mouloud a parlé en quelque sorte de réponse disproportionnée. Ce qui donne lieu à une offensive de Respublica sur le net.

 Réponses claires mais sur fondements différents :
Cela constitue les points 1et 2 des "Dix remarques à un collègue" de Pierre Tévanian sur Bellaciao.
C’est clair aussi dans la position de Gérard Kerforn publiée sur le site MRAP Landes

B) - Qu’elles sont les motivations de ces menaces ?

Les mollahs lancent-ils la guerre contre ce racisme ou contre le blasphème de leur fétiche. Les maîtres spirituels ne s’adonnent pas en général à ce genre de riposte. Ils reconnaissent que dans leur camp il y a des tarés. Il y a des tarés dans toutes les grandes religions. Il y a aussi des personnalités plus réfléchies dans toutes les religions. La théologie de la libération promeut beaucoup plus l’égalité des sexes, la laïcité et appelle à participer auxluttes contre toutes les formes de domination, d’exploitation, d’oppression.

C) - Que faire face aux menaces ?

Face aux menaces de mort contre Robert Redeker, il faut le protéger mais pas aux côtés des racistes .
Faut-il s’accoquiner avec certains républicains laics qui par dogmatisme aveugle sur la laicité ignore le moment du dérapage raciste. Je pense que non.

Christian Delarue
Secrétaire national du MRAP


11 septembre 2006 Laïcité en questions Qu’est-ce le féminisme musulman ?

RENCONTRES ISLAM ET LAICITE 2006
18 et 19 septembre à l’UNESCO
Qu’est-ce le féminisme musulman ?

initiées par la "Commission Islam et laïcité" avec l’Unesco

[inscription obligatoire auprès de l’UNESCO : f.mensah unesco.org]

.... // Le statut des femmes dans le monde musulman a, ces dernières
années, fait l¹objet de multiples études et controverses, déchaînant les
passions, exacerbant les fantasmes, créant des stéréotypes souvent
déconnectés d¹une réalité bien plus complexe. Néanmoins, le discours et
le mouvement émergeant, que l¹on nomme « féminisme musulman », sont bien
moins connus et débattus.

Ce colloque voudrait faire connaître les travaux d¹un nombre de plus en
plus grand de femmes musulmanes (Américaines, Pakistanaises, Indiennes,
Françaises, Espagnoles, NigérianesŠ) et leur implication dans la
transformation de leur société, en particulier dans la lutte contre le
patriarcat et toutes les inégalités de genre, à partir de leurs
références musulmanes, mais aussi comme partie du mouvement mondial pour
les droits des femmes.// ...

PROGRAMME (plus sur le site)

FR : http://www.islamlaicite.org/article332.html
EN : http://www.islamlaicite.org/article338.html

Lundi 18 septembre, 14h00 ­ 18h00
Ouverture du colloque par Françoise Rivière, Sous-Directeur général de
l¹UNESCO pour la Culture et Alain Gresh, président de la Commission
islam et laïcité

Femmes, religions et droits : analyser les discours et les mouvements
 Françoise Gange (France)
 Mathilde Dubesset (France)
 Margot Badran (Etats-Unis)
 Valentine Moghadam (Iran et Etats-Unis)
Modératrice : Bénédicte du Chaffaut

Mardi 19 septembre, 10h00 ­ 17h30
Témoignages ­ Points de vue : les femmes musulmanes interprètent les textes

Séance de 10h00 ­ 13h00
 Amina Wadud (Etats-Unis)
 Asmaa Bekada (Qatar),
 Nadia Yassine (Maroc)
Modératrice : Siham Andalouci

Séance de 14h30 ­ 17h30 :
 Norhayati Kaprawi, Sisters of Islam (Malaisie)
 Nouzha Guessous (Maroc)
 Malika Hamidi (Bruxelles)
Modératrice : Ismahane Chouder

EN LIGNE SUR LE SITE


 Programme FR : http://www.islamlaicite.org/article332.html
 Programme EN : http://www.islamlaicite.org/article338.html

 Dossier "Autour du colloque" (contributions au débat FR et EN)
http://www.islamlaicite.org/dossiers.php3?id_breve=3

 Dossier de presse
http://www.islamlaicite.org/article.php3?id_article=349


29 novembre 2005 > Laïcité en questions "1905-2005, La laïcité cent ans après"

L’Institut de recherches de la FSU vient de publier "1905-2005, La
laïcité cent ans après", un livre de 156 pages par Evelyne Rognon et
Louis Weber.

Pour une présentation plus complète

Ce livre peut être commandé par simple réponse à ce mail et envoi d’un
chèque de 10 euros (8 euros + 2 euros de participation aux frais
d’envoi) à l’Institut de recherches de la FSU, 3/5 rue de Metz, 75010 Paris.


22 septembre 2005 > Laïcité en questions LE GOUVERNEMENT PEUT SUPPORTER UN TOILETTAGE !

Communiqué de l’Union des Familles Laïques

LE GOUVERNEMENT PEUT SUPPORTER UN TOILETTAGE !

Après les déclarations de celui qui se dit ministre de l’Education Nationale « Le privé, c’est aussi l’Education nationale, l’école de la République », voici que Sarkozy en remet une couche !

Chacun d’entre eux joue sa partition avec un même objectif affiché : remettre en cause la laïcité de l’école et le principe de séparation des églises et de l’Etat...

Le ministre veut toiletter la loi du 9 décembre 1905 pour lui enlever sa substance...

Si le président de la République reste fidèle aux convictions républicaines affichées, il n’a plus qu’à demander à son premier ministre de toiletter ce gouvernement en remerciant ces deux ministres indignes !

Nicolas Sarkozy, ministre des cultes a clairement annoncé son intention, confirmant les affirmations contenues dans son livre.

Il s’agit pour l’état et les collectivités territoriales de financer les églises et pour l’Etat de participer à la formation des religieux...Ce n’est pas du toilettage, c’est une destruction de l’édifice construit par les républicains !

En cette année de commémoration du centenaire de la loi de séparation des églises et de l’état, c’est une rupture avec les principes mêmes de la République contenus dans la constitution elle même que propose Nicolas Sarkozy !

Le ministre le plus libéral et le plus favorable au « système » anglosaxon veut l’imposer en France, alors que le modèle communautariste dont il s’inspire, en Angleterre, est en train de sombrer.

Pour bien préciser ses intentions, Nicolas Sarkozy déclare : "il y a un siècle, la France était celle des campagnes, il y avait les instituteurs et le curé, on allait à la communale et après au catéchisme, aujourd’hui, c’est celle des banlieues, il y a toujours l’instituteur, mais il est souvent seul. »

Les jeunes livrés aux intégristes, voici le souhait implicite du ministre....

Il oublie volontairement l’existence des services publics, des associations d’éducation populaire, des services jeunesse qui agissent dans les quartiers ...Mais il est vrai que le gouvernement a coupé les vivres et certains préfèrent les religieux aux services publics !

L’Union des Familles Laïques :

 estime qu’il faut mettre un terme à cette politique

 et considère qu’il est urgent que s’organise dans l’unité une manifestation nationale laïque imposante comme celle du 16 janvier 1994.

Fait à Paris, le 20 septembre

Contact presse : Bernard Teper,

Pierre Cassen


4 août 2005 > Laïcité en questions La laïcité, un idéal en péril, par Francine Palisson

La laïcité, un idéal en péril, par Francine Palisson, animatrice du groupe de travail Laïcité d’Attac - Tribunes favorables à la laïcité et au républicanisme civique

2005
La laïcité met en jeu des principes philosophiques fondateurs dont la traduction juridique a été donnée par la loi de 1905,(séparation de l’Etat et des églises). Oublier ou taire cet idéal fondateur, c’est ébranler ce cadre juridique ; et c’est bien ce que nous percevons quand on parle de « laïcité ouverte », « neutralité positive ». Ces expressions visent à restaurer de façon rampante l’emprise des cléricalismes religieux sur la cité.

La laïcité implique une affirmation forte de l’état républicain, dépositaire du bien commun et donc d’une authentique citoyenneté. Elle s’y attache par l’école publique, par la solidarité redistributive, la justice sociale afin d’assurer à tous la dignité d’existence. Cependant, elle n’interdit pas la manifestation du pluralisme ; elle doit rendre lisible ce qui est commun aux êtres humains, et non exalter ce qui les divise.

1- Un monde commun à tous.
Dans la cité laïque, la loi commune laisse chacun libre de choisir sa façon de vivre et sa démarche spirituelle, elle s’inscrit dans les limites requises par le respect de la vie privée. Pour qu’il n’y ait aucune confusion, il faut souligner que la laïcité exclut aussi bien l’athéisme officiel que la religion officielle, ainsi que le système concordataire.
La laïcité doit faire du peuple tout entier, sans privilège ni discrimination, la référence de la communauté politique, c’est alors que celle-ci mérite son nom de République.
Peuple (laos), renvoie à ce qui unit tous les humains sans tutelle reconnue à une partie qui se penserait investie d’une mission et qui entendrait dire la norme. Par essence, elle n’est pas anti-religieuse, si l’anti-cléricalisme a constitué une réponse historique au refus de l’Eglise de reconnaître la stricte égalité des croyants et des non croyants dans
les institutions publiques, il n’était pas premier dans la définition de l’idéal laïque.

2- Laïcité et droits de l’homme.
Les droits de l’homme, non pas la litanie d’un humanitarisme qui tend à se substituer à toute conscience politique, ne peuvent exister qu’à partir d’une exigence de valeur émancipatrice. L’unité des communautés humaines doit se fonder sur la République dans le sens de communauté politique. La République, communauté de citoyens se construit sur des lois communes fondées sur la définition des droits et des devoirs. L’Etat n’est pas l’arbitre des croyances, il n’impose ni interdit un credo. L’époque qui a prévalu si longtemps (un roi, une loi, une foi) et réactivé par Louis XIV avec la révocation de l’Edit de Nantes, est révolue ; mais la confusion est loin d’avoir disparu. L’Etat est souvent assimilé à une instance de domination par ceux qui refusent son rôle régulateur et redistributeur. On en vient à oublier que l’Etat, tel qu’il a été refondé par la Révolution française, n’est pas une entité extérieure au peuple.
Il faut réfléchir à la nature qui rassemble ce peuple : ce n’est ni l’union communautariste, ni l’union organique autour d’une ascendance ethnique, ni celle d’un particularisme de coutumes qui seraient toutes exclusives des autres (ex Yougoslavie, Proche-Orient). L’union laïque délit les hommes, les libère, ce qui d’autant mieux les unit. Mais pour jouir d’une autonomie de jugement qui rend chacun maître de ses pensées, le rôle de l’école est décisif, elle n’est pas là pour s’adapter au monde, mais pour former la capacité de jugement du citoyen, sans imposer un credo, citoyen capable d’obéir, mais le cas échéant de se révolter.

3- Ya-t-il plusieurs laïcités ?
Contrairement à la conception qu’en ont certains, la laïcité ne peut déroger aux trois principes fondamentaux que sont la liberté de conscience, l’égalité pour tous les citoyens et l’indépendance de la sphère publique.
 ni la Pologne, imposant la prière à l’école,
 ni l’ex Union soviétique érigeant le marxisme en philosophie officielle, ne furent des pays laïques, pas plus que les pays concordataires ne sont des versions de la laïcité.
Pour qu’un croyant, un agnostique ou un athée puissent vivre ensemble, ils doivent définir des règles communes hors de toute référence à toutes options particulières ; la laïcité n’entre pas en concurrence avec les différentes options spirituelles, elle affranchit de toute tentation cléricale, alors que dans le cas contraire on instrumentalise la spiritualité dans un but de domination. Spinoza et Hugo ont tous deux souligné que le cléricalisme semblait souvent plus soucieux de la terre que du ciel !
Il nous faut rappeler l’importance d’une traduction juridique claire, il y a trois cas de figures.
1er cas, les guerres de religions, ce qui est hélas encore actuel, (affrontements inter-religieux entre musulmans et hindoux, catholiques et protestants en Irlande du nord…).
2ème cas, la mosaïque des communautarismes, comme dans certaines dérives des pays anglo-saxons (Canada, Etats-Unis).
3ème cas, la république laïque qui permet d’affirmer l’idée d’un monde commun aux êtres humains, sans nier leurs différences, et en les dotant d’un statut qui assure leur coexistence.
Attention à ne pas confondre public et privé, privé et individuel ; par exemple une messe est une association de croyants qui usent de leur liberté privée, même si elle se manifeste publiquement, il en est ainsi pour toute réunion de mouvements religieux ou philosophiques.
Selon le droit, est public ce qui concerne le peuple dans son ensemble et qui relève de la légitimité de l’Etat : nation, région, départements, communes.
La laïcisation du droit libère les mœurs : sexualité et procréation, vie affective et mariage, liberté de la femme face à la tutelle machiste, l’homosexualité de l’opprobe où elle a été tenue. Mais en réalité certains partisans de la « laïcité ouverte » rêvent de renégocier ce qu’ils s’obstinent à nommer « un pacte laïc ».
La vraie liberté de l’école : assurer à tous une instruction capable d’élargir les références et de fonder l’autonomie de jugement. « Apprendre ce que l’on ignore, pour pouvoir , le moment venu se passer de maître ».
Les enfants et les jeunes ne sont pas des « consommateurs », voir l’introduction dans les établissements scolaires du jeu du CIC, les « masters d’économie ». Les groupes de pression de l’hégémonie capitaliste sont aussi dangereux que les groupes de pression cléricaux et communautaristes.
L’école de la République se doit de tenir à distance tous les groupes de pression, non seulement religieux, mais aussi économiques, sociaux et médiatiques. Toutefois la liberté de conscience ne peut se réduire au fait d’admettre n’importe quoi, toutes les idées ne se valent pas, et l’école laïque ne peut désarmer le jugement critique par un relativisme sans visage qui serait confondu avec la liberté ou l’égalité.
Un autre piège qu’il nous faut déjouer, le communautarisme, les apprentis sorciers du communautarisme, visent à une destruction de la laïcité qu’ils baptisent pudiquement « Laïcité ouverte », sous le respect des différences.

4- La laïcité menacée.
C’est le cas de cette partie de la République, l’Alsace-Moselle, qui échappe à la loi de séparation au prétexte qu’en 1905, cette région n’était pas intégrée à la République française.
Une autre menace, et celle là déjà en cours, la privatisation supposée nécessaire « des services publics à la française », le financement public d’écoles privées, hérité du régime de Vichy constitue un manquement à la laïcité, puisqu’il définit l’instruction publique comme une prestation de service.
Quand on parle de laïcité ouverte est-ce qu’on pense qu’on pourrait parler de « droits de l’homme ouverts » ? Vient ensuite la notion de « culture religieuse ». Acquérir la connaissance des doctrines religieuses et des faits historiques liés, c’est se constituer une culture, mais ce ne peut pas plus s’appeler « culture religieuse » que le fait de connaître la doctrine communiste ne peut s’appeler « doctrine communiste ». Attention au glissement sémantique. Les religions n’ont pas le monopole du sens.
Le retour de l’ordre moral ? L’idée républicaine de bien commun articule droits sociaux et solidarité redistributive, il faut voir les véritables causes de la misère du monde, et cesser d’attribuer à la laïcité la perte de sens et d’idéal. Au contraire, laïcité et justice sociale vont de pair, la déshérence sociale ne peut se résoudre par un supplément d’âme religieux qui impliquerait une restauration d’emprise publique pour les religions.
On ne peut effacer la politique au profit de la vogue humanitaire et de la vague éthique.

L’aspiration laïque en Europe.
L’idéal laïc est une figue originale du rapport au religieux. En Europe il existe des formes variées de ce rapport. Si la France était seule en 1789, on constate des aspirations constantes à cet idéal dans toute l’Europe : ex la Suède récemment ; mais une tendance en France, comme dans d’autres pays européens, se fait jour à travers certains penseurs cléricaux qui rêvent de communautariser la laïcité à l’image de ce qui se passe en Belgique, où la laïcité se trouve ravalée au rang d’une option spirituelle, alors qu’elle a vocation à assurer la concorde entre les divers croyants, les agnostiques et les athées. Nous pouvons trouver d’autres exemples avec l’Espagne, alors que la constitution de 1978 stipule qu’ « aucune religion n’est religion d’Etat », l’Eglise a conservé certains avantages, « statut spécial ». En Italie, évolution similaire (constitution de 1948), mais la séparation de l’Eglise et de l’Etat s’est trouvé limitée par certaines dispositions héritées des accords de Latran, 1929, où Mussolini avait érigé le catholicisme en religion d’état, ambiguïté qui a perduré jusqu’au nouveau concordat de 1984, abolissant ce principe.
Dans les pays dominés par les traditions protestantes, il n’y a pas eu de véritable laïcisation (Angleterre, Pays-bas, Danemark,Allemagne) : pour l’essentiel , la liberté de conscience y est respectée. On se souvient tout de même de la querelle des crucifix en Allemagne, ainsi que de la prière obligatoire dans les écoles anglaises.
Un autre danger existe, « le respect des croyances » qui veut exprimer le « religieusement correct ». C’est au nom de ce dernier type de respect, qu’aux Etats-Unis, des protestants ont pu demander la suspension des cours de biologie qui enseignaient les théories darwiniennes, incompatibles avec le dogme de la création divine.
La situation des libertés est mieux établie dans un pays laïque, mais le danger existe d’une remise en question ; l’Instance Européenne, en faisant droit aux groupes de pression religieux, tend à revenir sur ce caractère originaire. L’article I-51 du projet de traité constitutionnel, en est la preuve, et nous devons exiger son retrait.
Les penseurs anti-laïcs en France et sûrement dans d’autres pays, se servent de l’argument européen pour prétendre que la France laïque, étant la seule, ne peut pas continuer, alors que les penseurs laïcs européens utilisent la France comme modèle.

http://www.communautarisme.net/attaclaicite/index.php?action=article&id_article=174446


28 novembre 2022

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le lundi 28 novembre 2022

Mis à jour le lundi 28 novembre 2022