Rubriques > Pour la démocratie, les droits, la justice sociale, la solidarité > Droits > Droits des Migrants et Réfugiés > Yonne >

Agir pour les Droits des Migrants & Réfugiés dans l’Yonne : Communiqué de presse : Lettre ouverte à M Darmanin

 Communiqué de presse : Lettre ouverte à M Darmanin 4.6.24
Monsieur Darmanin,

Vous venez ce soir à Auxerre défendre la liste "Besoin d’Europe". Vous appelez à une "Europe puissante". Vous allez présenter votre projet, votre vison de l’Europe.
Les associations de solidarité que nous sommes avons un avis sur l’Europe. Et les personnes étrangères qui vivent dans l’Yonne connaissent aussi très bien l’Europe. Parce qu’avant d’arriver dans note département, elles ont été refoulées ici, expulsées là, entassées ailleurs, envoyées plus loin puis redirigées là-bas...
Mais....parlons-nous vraiment de la même Europe ?

Quand votre Europe puissante parle d’immigration, elle parle de flux, de contrôle, de gestion de risque, de maîtrise, de normalisation. Elle vote le nouveau pacte migratoire, qui trie, expulse, normalise. Elle vote le pacte qui décentralise des demandes d’asile hors des frontières de l’Europe. Elle vote le pacte qui refoule les étrangers indésirables hors de ses frontières. Elle vote le pacte qui permet que des Etats s’affranchissent du devoir de donner asile par un pseudo mécanisme de solidarité. Elle vote le pacte qui fait surtout fi d’une réalité humaine : quelles que soient les lois de votre Europe, les êtres humains migrent, fuient les pays dans lesquels la vie est impossible et cherchent refuge, votre pacte ne tarira pas l’immigration.

Quand vous déclinez cet esprit gestionnaire à l’échelle de la France, vous, Monsieur Darmanin, vous construisez une loi qui organise l’idée qu’une personne étrangère doit sans cesse légitimer sa présence sur le territoire, sans jamais s’installer, ni bénéficier d’une sécurité que la 7ème puissance mondiale pourrait lui apporter.

Et ensuite, ici, dans l’Yonne, ça donne quoi concrètement, votre Europe de l’immigration ?
Ici dans l’Yonne, votre Europe de l’immigration, ce sont, entre autres, des démarches impossibles pour les personnes étrangères. Impossibles car l’Europe et vous avez fait de l’immigration un sujet technique, un sujet d’experts, un sujet qui se gère avec des procédures complexes, tantôt européennes via les fichiers, tantôt nationales. Impossibles car tout est dématérialisé, alors même que les personnes ne maîtrisent pas toujours le français, n’ont pas le matériel nécessaire. Impossible car la Préfecture n’est pas accessible sans rendez-vous. Impossible car il n’existe plus aucun numéro accessible au public pour échanger sur son dossier. Impossible car même en cas d’octroi d’un titre de séjour, il faut attendre des mois pour obtenir ce titre. Impossible car les fameuses ADP, Attestations de Prolongation d’Instruction, de 6 ou 3 mois ne permettent pas l’insertion sociale et professionnelle. Impossibles car il faut l’énergie des bénévoles et des travailleurs sociaux pour monter les dossiers, les suivre, les décrypter, les expliquer, et autant d’énergie qui n’est pas employée à accompagner, soutenir, intégrer.
Monsieur Darmanin, c’est ça aussi l’Europe.
Quand votre Europe gère des flux, ce sont au bout du compte des étrangers dans l’Yonne qui doivent déposer des dossiers sur des plateformes qui buguent.
Quand votre Europe gère la crise migratoire, ce sont au bout du compte des étrangers dans l’Yonne qui sont réfugié.es mais n’arrivent pas à avoir leur carte de résident.
Quand votre Europe contrôle ses frontières, ce sont au bout du compte des étrangers dans l’Yonne qui attendent 18 mois pour que leur époux, leur épouse, leurs enfants les rejoignent.
Ce sont des étrangers et des étrangères qui ont réussi à passer vos frontières, vos camps, vos polices, mais qui n’arrivent pas à vaincre votre dédale administratif.

Nous, les associations locales impliquées dans l’aide aux exilé.es, nous dénonçons tant l’inhumanité de la politique européenne en matière de migration que votre entêtement collectif à créer des procédures, des démarches qui rendent la vie impossible pour les étranger.ères, des associations et même de vos propres services, complètement dépassés par cette complexité et noyés par la charge de travail que cela représente.

Si nous nous attardons aujourd’hui sur ce point précis de difficulté, c’est parce qu’elle illustre, en bout de chaîne, ce que produit la politique migratoire européenne.
Nous voulons une Europe qui accorde des droits et garantisse leur mise en œuvre réelle dans les Etats, une Europe lisible pour ses propres habitant.es, une Europe qui redonne une valeur à la solidarité et à l’accueil.

Signataires.
Cimade, ldh, mrap, rsm

 Communiqué de presse : Les jeunes exilé.es dans l’Yonne sont maltraités tant par l’état que par le département 11.03.24

Communiqué de presse : Les jeunes exilé.es dans l’Yonne sont maltraités tant par l’état que par le département

 Marchons pour la liberté, l’égalité, la fraternité, dimanche 21.01.24 à 11h, sur l’Esplanade des Droits de l’Homme, devant la gare SNCF d’Auxerre
Nous, associations, organisations syndicales et politiques auxerroises et/ou icaunaises, nous reconnaissons dans la tribune publiée le 7 janvier dans le journal L’Humanité et sur le site de Mediapart par 201 personnalités de tous bords appelant à manifester le 21 janvier pour exiger la non-promulgation de la loi immigration.
Nous donnons rendez-vous dimanche 21 janvier à 11 heures, sur l’Esplanade des Droits de l’Homme, devant la gare SNCF d’Auxerre, à toutes celles et tous ceux qui refusent cette loi « Immigration » qui organise la chasse aux migrants et fracture les fondements de la République, en instillant le poison xénophobe de la préférence nationale.
A l’inverse de cet arsenal législatif répressif, nous revendiquons la mise en place d’une politique qui accueille dignement celles et ceux qui cherchent refuge sur notre sol.

Texte de l’appel des 201 personnalités
Dans notre diversité d’idées, d’engagements, de professions, nous exprimons notre grande inquiétude après le vote de la loi dite « immigration ».
C’est un tournant dangereux dans l’histoire de notre République.
D’abord parce que cette loi ne répond pas aux causes de l’exil forcé d’hommes, de femmes, d’enfants fuyant les guerres ou le réchauffement climatique, ni aux défis de l’accueil dans la dignité, ni au défi de la définition d’une politique digne et humaine d’intégration.
Ensuite, parce qu’elle a été rédigée sous la dictée des marchands de haine qui rêvent d’imposer à la France leur projet de « préférence nationale ».
Elle torpille les piliers porteurs de notre pacte républicain, hérité du Conseil national de la Résistance. Elle s’attaque ainsi au droit du sol autant qu’aux droits fondamentaux proclamés par la Constitution : au travail, à l’éducation, au logement, à la santé…
Ce faisant, tous et toutes, Français autant qu’étrangers, nous nous trouvons menacés.
Victor Hugo écrivait : « Étouffez toutes les haines, éloignez tous les ressentiments, soyez unis, vous serez invincibles. »
Soucieux de rassemblement et de solidarité plutôt que de division sans fin de notre société, nous demandons au Président de la République de ne pas promulguer cette loi.
Le dimanche 21 janvier nous appelons à manifester dans notre diversité notre attachement à la devise de la République : « Liberté, égalité, fraternité. »
Les 18 organisations appelantes : Assemblée Populaire d’Auxerre, ATD Quart Monde, Attac, Confédération Française Démocratique du Travail, Confédération Générale du Travail, Europe Ecologie Les Verts, Fédération Syndicale Unitaire, La Cimade, La France Insoumise, La Libre Pensée, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement contre le Raciste et pour l’Amitié entre les Peuples, Parti Communiste Français, Parti Radical de Gauche, Parti Socialiste, Réseau de Soutien aux Migrant.es, Solidaires, Union Nationale des Syndicats Autonomes.

 Agir pour les Droits des Migrants & Réfugiés dans l’Yonne : Agir pour les Droits des Migrants et Réfugiés en France : 14 janvier 14h00 à la Préfecture d’Auxerre

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le mardi 4 juin 2024

Mis à jour le mardi 4 juin 2024