Yonne Lautre

Gérard Robert : LA GUERRE DU CAMENBERT A LIEU !

Brèves et chroniques
samedi 22 février 2020 par Robert Gérard

Les Chroniques de Yonne Lautre

C’EST ENTRE NOUS...

LA GUERRE DU CAMENBERT A LIEU !

En Normandie, des industriels du lait mentent effrontément en empruntant illégalement les labels de l’Appellation d’Origine Protégée et/ou d’origine contrôlée (AOP/AOC). Après des années de procédures, des lois votées et d’une directive européenne, ceux-ci fraudent impunément. Les autorités (DGCCRF) (Procureur de la République) chargées de faire respecter ces lois et directives, ne font rien ou si peu.
Peut-être se reposent- ils sur l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité, (ARPP) et son Jury de Déontologie de la Publicité, (JDP).
L’ARPP regroupe seulement des insdustriels et le JDP est composé de 9 membres « indépendants » de la profession de la publicité. Le secrétariat du JDP est assuré par... l’ARPP. Pas de problème d’indépendance ?
l’ARPP a constitué elle même le cadre déontologique de l’expression publicitaire. Tout est bien bridé pour cacher la vérité au consommateur !
Le Jury ne se prononce pas sur le produit ou le service concerné, ni sur la pratique ou les mérites des organisations ou personnes, qui ont participé à l’élaboration du message. Il ne traite pas non plus du non respect des règles de droit, mais que fait-il donc alors ?

Pourquoi la guerre du camembert ?... l’usage illégal de l’AOC et/ou AOP, (Camembert de Normandie,) par des industriels qui contournent la loi, en inscrivant sur les emballages, (Camembert fabriqué en Normandie). Toute la fourberie se trouve dans l’usage de (fabriqué en). Cette inscription est interdite par la directive européenne de 1992, du fait qu’elle induit le consommateur en erreur en lui laissant croire que ces fromages ainsi étiquetés sont Normands, alors qu’il n’en est rien, puisque ne répondant aucunement aux cahiers des charges des appellations.
Pour fabriquer du fromage avec l’AOC, et/ou AOP camembert normand, il faut que le lait soit issu à 100% de vaches broutant dans les prairies normandes délimitées par les appelations, et depuis le Décret du 18 septembre 2008, de vaches de la race « normande »
Ces industriels, toujours à la recherche du « bas coût » importent du lait en provenance d’autres régions et de pays étrangers comme la Pologne, l’Allemagne, le Brésil ou la nouvelle zélande. Ils fabriquent aussi des fromages avec du lait pasteurisé, alors que l’AOC/AOP impose du lait cru.

Malgré les recommandations sans appels du Commité national de l’institut national de l’origine et de la qualité,(INAO), contre tout attente, ces industriels continuent à inscrire l’AOC/AOP illégalement sur les emballages. Les services de contrôles de l’Etat, feraient bien de consulter un ophtalmologue.

En 2018, deux députés constatant ce fait de concurrence déloyale et faussée, ont convoqué une table ronde. Elle regroupa les producteurs de lait normands, les fabricants indépendants de camembert respectueux de l’AOCet/ouAOP et les industriels. Après deux années de palabres, où les industriels laissèrent croire qu’un accord respectueux de l’AOC/AOP précisant « véritable camenbert » était acté pour une mise en application en 2021, ils viennent de dénoncer unilatéralement cet accord. Deux ans de gagnés pour eux !
L’industrie agroalimentaire tue plus surement les paysans, que l’arrêt impératif de l’utilisation des pesticides !!!

Que font le ministre de l’agriculture, l’INAO, la DGCCRF, et le fameux jury de déontologie de la publicité ?
Dans ce domaine aussi, les lobbyistes sont plus forts que la loi et de la directive européenne ! Dans ce scandale, encore une fois, l’Etat et l’Europe se fourvoient.

Amis gourmets, pour vous faire plaisir en dégustant un bon camembert, choisissez sans hésiter, celui qui porte la mention : « Camembert de Normandie au lait cru, moulé à la main et frappé du logo AOC : Appellation d’Origine Controlée, ou du logo AOP : Appellation d’Origine Protégée. »

Voici quelques marques commerciales des plus connues, et quels lait et méthodes se cache derrière ces marques :
Le Petit... au lait cru, propriétaire : (Lactalis. Groupe Besnier.)
Président...au lait pasteurisé, propriétaire : (Lactalis.Groupe Besnier.)
Tous les fromages vendus sous la marque Graindorge et Jort, appatiennent au groupe (Lactalis/ Besnier) auxquels il faut ajouter un grand nombre d’autres marques, 150 en tout.
Lanquetot, au lait thermisé, (chauffé), propriétaire : (Lactalis. Groupe Besnier.)
Rustique, au lait pasteurisé, propriétaire : (Savencia fromage et Dairy.)
On voit bien, que particulièrement dans l’agroalimentaire, un fabricant en position dominante, se dissimule derrière plusieurs marques commerciales, qu’ainsi, il fait fi de la transparence qui devrait primer afin que le consommateur soit parfaitement informé de qui est qui ! En ce qui concerne les camemberts, que vous achetiez telle ou telle marque, vous achetez un camenbert industriel, fabriqué à l’identique, avec les mêmes ingrédients et la même méthodologie, sans l’âme du territoire.
Malgré toute sa vigilance, le consommateur non informé, doit dire adieu à son libre choix !

Gérard ROBERT.
22 février 2020.
Sources : Marianne 7/13/02/20. Wikipédia JDP et ARPP.

À lire aussi : Gérard Robert : chroniques de décembre 2015 à décembre 2017

Remarque : Yonne Lautre publie cette chronique qui n’engage que son auteur.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2247 / 5749461

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Qui sommes-nous ? S’informer et participer, éditos, (...)  Suivre la vie du site Chroniques   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License