Rubriques > Pour la démocratie, les droits, la justice sociale, la solidarité > Droits > Droits des Femmes > Agir pour les Droits des Femmes > Afrique : Agir pour les Droits des Femmes >

Gambie. Le maintien de l’interdiction des MGF est une bonne nouvelle, mais les autorités doivent s’attaquer en urgence à ses causes profondes

Agir pour les Droits des Femmes

 Gambie. Le maintien de l’interdiction des MGF est une bonne nouvelle, mais les autorités doivent s’attaquer en urgence à ses causes profondes 15.07.24
En réaction au rejet par le Parlement gambien, le 15 juillet, d’un projet de loi visant à abroger la loi de 2015 sur les femmes (amendement) interdisant les mutilations génitales féminines (MGF), Samira Daoud, Directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, a déclaré :
« C’est avec un grand soulagement que nous accueillons le rejet du projet de loi visant à abroger l’interdiction des mutilations génitales féminines en Gambie. En 2015, l’adoption de la loi sur les femmes (amendement), qui érige en infraction pénale les mutilations génitales féminines et prévoit des sanctions pour l’exécution, le soutien et l’encouragement de cette pratique, a représenté une étape importante dans les efforts déployés par le pays pour garantir les droits des filles et des femmes. Il est essentiel que ces progrès soient protégés.
https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2024/07/nn/

 La Gambie pourrait autoriser à nouveau les mutilations génitales féminines : un nouveau signe d’une tendance mondiale à l’érosion des droits des femmes 22.04.24
La possible levée de l’interdiction des mutilations génitales féminines représente un danger pour le bien-être des filles en Gambie
https://theconversation.com/la-gambie-pourrait-autoriser-a-nouveau-les-mutilations-genitales-feminines-un-nouveau-signe-dune-tendance-mondiale-a-lerosion-des-droits-des-femmes-227003

 “La question des violences sexuelles est centrale dans le processus de justice” – quand #MeToo fait face à une dictature 20.11.23
Quand Toufah Jallow avait dix-huit ans, elle a remporté un concours de beauté dans sa Gambie natale, en Afrique de l’Ouest. Le prix, on lui a annoncé, serait une bourse pour partir étudier à l’étranger. À la place, le dictateur gambien, Yahya Jammeh, l’a demandée en mariage. Et quand elle a dit non, il l’a droguée et violée dans le palais présidentiel.
https://lesglorieuses.fr/toufah-jallow/ ?

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le lundi 15 juillet 2024

Mis à jour le lundi 15 juillet 2024