Yonne Lautre

« Une affaire édifiante dans les Vosges : le bois produira de l’électricité » par Hubert Thiébaut

dimanche 9 juillet 2006 par Yonne Lautre

UNE AFFAIRE EDIFIANTE DANS LES VOSGES :

LE BOIS PRODUIRA DE L’ELECTRICITE

" L’ultra libéralisme, retire une à une des plumes sur notre dos :

on ne s’en rend pas compte... Mais un beau jour on découvre

que l’on a froid, on se demande pourquoi ? et il est trop tard..."

 LE PROJET :

Une enquête publique vient de se clore le 4 juin 2006, sur les communes d’ARCHES et d’ELOYES dans les VOSGES.

Elle concerne le projet d’implantation dans ces deux communes voisines, en 2008 de deux centrales thermiques de production d’électricité par brûlage de déchets de bois, puissance : 20 MGW par usine. Une autre centrale de même type serait prévue à USSEL en CORREZE.

Le groupe SITECOGEN est à l’origine de cette opération (activité : production d’électricité par la biomasse )
Ce groupe est actionnaire à 49,94 % d’une deuxième société : SOFIMAT S.A. qui elle-même à créée une filiale : SOFIBOIS SARL qui exploitera ces deux centrales.

L’activité transport (400 000 tonnes par an ) sera sous traité à une société vosgienne.
C’est un montage de sociétés en cascade assez obscure, dans lequel se trouve l’intervention d’un fond de pension américain : ARLIGHT CAPITAL.Des subventions
Importantes entreraient dans le montage financier.

 LE PROCESS INDUSTRIEL :

Les deux sites consommeront annuellement 400 000 tonnes de bois déchiquetés et résidus de scieries.

Cette ressource sera transportée par camion et collectée en LORRAINE- -FRANCHE COMTE- ALSACE -BOURGOGNE.

Par site une chaudière de 65 MW avec un rendement de 90% produira de la vapeur, avec l’eau provenant du réseau public de distributions (32 000 M3 par an )

Cette vapeur par l’intermédiaire d’une turbine et d’un alternateur de 21 MW produira de l’électricité au réseau EDF.

La cogénération n’est pas prévue, ceci permettrait de récupérer la chaleur résiduelle de la vapeur après son travail mécanique.

Pour cette raison le rendement énergétique du bois consommé s’élèvera au chiffre dérisoire de 31 %....

Après la combustion il restera les déchets sous deux formes, total pour les deux sites
Les mâchefers pour 4560 tonnes par an.
Les cendres pour 17 300 M3 par an.

 ANALYSE DU PROJET :

1-Consommation d’eau.

Enorme prélèvement sur la nappe phréatique, via le réseau collectif d’eau potable.

Soit 62000 M3 par an pour les deux sites.

2-La ressource.

C’est un gaspillage énorme de la ressource bois de la région Est.

De par le rendement de 31 %, c’est deux tiers du bois introduit en chaudière qui est perdu (le rendement est de 90 % dans le cas d’une chaudière utilisée pour le chauffage.

C’est développer régionalement une forte concurrence sur la ressource, la production lorraine est estimée à 450 000 tonnes par an.

C’est priver les habitants et les collectivités locales, de l’utilisation économique du bois déchiqueté pour les besoins de chauffage (cette quantité de bois permettrait le chauffage de 650 établissements de la taille d’un collège de 500 élèves).

Cette utilisation locale de la ressource bois :

  • Réduit au minimum les transports et les nuisances écologiques qui s’y rapportent.
  • Produit une efficacité énergétique maximum avec 90 % de rendement.
  • Est un élément de développement local par le retour aux habitants des économies
    réalisées sur un chauffage aux énergies fossiles.

3-Les transports

Les 400 000 tonnes de bois seront transportées par camions sur de longues distances.

C’est 8500 camions par an sur les routes avec comme corollaire :

Consommation importante de gas oil et émissions proportionnelles de CO2 et de particules diesel. Résultats opposés, aux efforts actuels pour réduire ces trois paramètres.

A mettre en parallèle, l’aberration de voir les deux tiers du chargement de chaque camion perdu dans le process (cf. 31 % de rendement )

4-Les déchets.

Pas de recyclage prévu pour les déchets industriels. Ils seront déposés en décharges de types CET classe 1 ou 2.Encore une pollution supplémentaire :
Machefers = 4500 T. Cendres = 17 330 M3.

5-Intérêt économique.

Cet investisseur est intéressé seulement par la valeur préférentielle du KWH payé par EDF dans le cadre du soutien à la production d’électricité par énergies renouvelables.
C’est donc le consommateur qui paiera l’opération : Sur la facture EDF, voir la ligne
« Contribution au service public d’électricité » = 0,0045 € au 1° juillet 2006, destiné à payer ce différentiel.

 CONCLUSION :

Cette opération à pour seul but un objectif financier et certainement, soigner l’image de marque d’EDF quant à sa politique de développement des énergies renouvelables.

C’est un pillage de la ressource bois des communes forestières de nos départements et régions.

Ceci aura pour conséquence un gaspillage insensé de cette richesse collective, avec en retour des conséquences lourdes sur le plan écologique et le dépôt en décharge d’une énorme quantité de déchets industriels recyclables.

Notre asso CRAD se bat pour éviter une décharge dans notre campagne. Notre slogan est " ni ici ni
ailleurs mais autrement " Ces deux problèmes se rejoignent .

www.assocrad.com

Merci pour ces luttes citoyennes et bon courage.
Hubert THIEBAUT

E Mail : thiebaut.hubert libertysurf.fr


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1694 / 3832433

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Énergies  Suivre la vie du site Bois Biomasse Bioénergie  Suivre la vie du site France   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License