Robert Badinter, « l’éloquence du cœur et de la raison » 14.02.24
Face à l’Assemblée nationale, le 17 septembre 1981, Robert Badinter a livré une magistrale leçon d’éloquence pour défendre l’abolition de la peine de mort.
https://theconversation.com/robert-badinter-leloquence-du-coeur-et-de-la-raison-223292

 Robert Badinter, une vie de combat contre la peine de mort
Décédé ce vendredi 9 février à l’âge de 95 ans, Robert Badinter a fait de l’abolition de la peine de mort le combat de sa vie. Retour sur son parcours.
https://www.radiofrance.fr/franceculture/robert-badinter-une-vie-de-combat-contre-la-peine-de-mort-3219382

 Robert Badinter est mort, mais son combat contre la peine de mort est bien vivant 9.02.24
« Cette justice d’élimination, cette justice d’angoisse et de mort, décidée avec sa marge de hasard, nous la refusons.

Nous la refusons parce qu’elle est pour nous l’antijustice, parce qu’elle est la passion et la peur triomphant de la raison et de l’humanité » (Robert Badinter, Assemblée nationale, 17 septembre 1981)

L’ancien avocat et Garde de Sceaux Robert Badinter est décédé dans la nuit du 8 au 9 février 2024. Jean-Claude Samouiller, président d’Amnesty International France, tient à saluer la mémoire de cet infatigable militant pour les droits humains en général, et plus particulièrement pour l’abolition de la peine capitale, qui aura été le combat de sa vie.

« Nous sommes tous bouleversés par la mort de Robert Badinter, et nous tenons à apporter toutes nos condoléances à ses proches et à l’immense communauté des défenseurs des droits humains, qui pleure aujourd’hui l’un de ses principaux représentants. Tout au long de sa vie, il aura incarné la lutte pour le droit international et pour le respect des droits fondamentaux, à commencer par son opposition inlassable à cette peine inhumaine et insoutenable qu’est la peine de mort. Au travers de ses écrits, de ses plaidoiries mémorables, ou de ses discours, il n’aura jamais cessé de se battre pour cette cause. Il avait rejoint le combat d’Amnesty international dans ce vaste mouvement international, représentant notre organisation à la Conférence internationale sur l’abolition de la peine de mort de Stockholm en 1977. Aujourd’hui encore ce combat se poursuit, et le nombre de pays ayant décidé d’en finir avec la peine capitale n’en finit pas de s’allonger. »

« Pas plus tard qu’hier, le Zimbabwe a annoncé renoncer à la peine de mort et pourrait devenir le 145e Etat à abolir cette pratique. Cette annonce n’aurait certainement eu lieu si le mouvement international pour l’abolition n’avait pas eu une telle influence. Et ce mouvement n’aurait certainement pas été aussi important, si un jeune avocat infatigable et d’une détermination sans faille, devenu ministre de la Justice sous le premier mandat de François Mitterrand, n’avait réussi à convaincre la société française – encore très largement hostile à cette idée -, qu’il fallait en terminer avec la peine de mort. Le discours qu’il a tenu le 18 septembre 1981 devant l’Assemblée nationale restera dans les mémoires et dans l’Histoire comme l’un des plus puissants jamais prononcés dans l’hémicycle. Il aboutira à l’adoption d’une loi qui entrera en vigueur le 10 octobre 1981. Seuls 35 pays avaient alors aboli la peine de mort."

« Ce combat n’aura pas été le seul dans sa vie. Droit des mineurs isolés en prison, conditions de détention, lutte contre la discrimination des homosexuels : Robert Badinter reste pour nous un exemple de détermination et de courage politique. A l’inverse de ceux qui s’engagent dans des politiques démagogiques au détriment de la dignité humaine, il nous a montré que celles fondées sur les droits fondamentaux pouvaient au contraire donner un sens plus noble à la politique, et au final changer les opinions. »
Pour Amnesty

 Jacques Delors, le premier dirigeant politique européen 5.01.24
Jacques Delors, qui s’est éteint le 27 décembre dernier à 98 ans, restera dans l’histoire comme l’homme de la relance de l’Europe.
Il façonna ce personnage durant son mandat de président de la Commission européenne (1985-1995), dix années au cours desquelles il joua un rôle décisif et novateur : il a, tout simplement, inventé la fonction de dirigeant politique européen, et a été le premier à l’exercer.
https://theconversation.com/jacques-delors-le-premier-dirigeant-politique-europeen-220442

 Jacques Delors, ancien ministre de François Mitterrand et président de la Commission européenne, est mort à l’âge de 98 ans 27.12.23
L’ancien ministre de l’Economie a joué un rôle important dans l’histoire de la construction européenne. Il a également marqué les esprits en renonçant à se présenter à la présidentielle de 1995, alors qu’il était le mieux placé à gauche pour l’emporter.
https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/union-europeenne/jacques-delors-ancien-ministre-de-francois-mitterrand-et-president-de-la-commission-europeenne-est-mort-a-l-age-de-98-ans_5312605.html

Par Rédaction Yonne Lautre

Le mercredi 14 février 2024

Mis à jour le 14 février 2024