Rubriques > Pour la démocratie, les droits, la justice sociale, la solidarité > Agir en Région > Normandie >

Eure : "Deux poids - Deux mesures" Communiqué de presse du Collectif Non à l’A133-A134 suite à l’envahissement de l’A13 par les agriculteurs

Pour la démocratie, les droits, la justice sociale, la solidarité

 "Deux poids - Deux mesures" Communiqué de presse du Collectif Non à l’A133-A134 suite à l’envahissement de l’A13 par les agriculteurs 25.01.24
Rouen le 24 janvier 2024.
Ce mercredi 24 janvier, des agriculteurs ont bloqué l’autoroute A13, comme leurs collègues qui ont organisé des blocages depuis le début de la semaine sur les autoroutes A7, A89, A47, A75, entre autres. Nous avons scruté attentivement les réponses du gouvernement et des préfectures sur leur « Doctrine de maintien de l’ordre » et constatons qu’elle s’opère sous le régime du « deux poids, deux mesures ».
En effet, lors du festival des « Bâtons dans les routes » en mai 2023, une action de désobéissance civile avait entraîné l’occupation de l’A13 pendant 25 minutes un dimanche après-midi. Les forces de l’ordre dépêchées sur place, très rapidement, avaient évacué l’autoroute sans encombre (aucune dégradation, aucun blessé). Puis la Préfecture de l’Eure communiquait très sévèrement vis-à-vis des citoyen(ne)s écologistes qui avaient participé au blocage, saisissant ensuite le parquet d’Évreux, ce qui allait entraîner la mise en garde à vue de 9 personnes.
Le constat que nous faisons est sans appel : en France, sur les blocages d’agriculteurs, aucune opération de maintien de l’ordre ou d’évacuation n’a eu lieu, le gouvernement allant jusqu’à communiquer sur une ligne de « laisser les blocages autoroutiers se faire »1. Nous n’avons trouvé aucune trace de condamnation de principe des blocages des autoroutes, aucune intervention des forces de l’ordre, ni aucune menace de poursuite judiciaire contrairement à ce qu’il s’était passé en mai dernier sur l’A13.
Aucune intervention des forces de l’ordre, ni saisie du parquet suite au blocage de l’A13 ce mercredi 24 janvier. Ceci constitue pour nous une réaction raisonnable et juste de la préfecture, dont le rôle dans un État de droit doit être de respecter le droit à manifester et l’expression démocratique des citoyen-nes, tout en assurant la protection de la population. Cependant, en mai, la préfecture et les forces de l’ordre avaient choisi de prioriser la répression des manifestant-es, en se désintéressant complètement des mesures d’information du public et de déviation qui ont été ici immédiatement mises en place pour permettre aux personnes ayant besoin de se déplacer de le faire.
La « Doctrine de maintien de l’ordre » serait-elle à géométrie variable ?
Nous souhaitons souligner que le mouvement des agriculteurs est complexe et divers dans ses revendications. Nous notons avec beaucoup d’intérêt que les cibles choisies sont les autoroutes à péage, comme symboles d’injustices économiques, ce qui converge avec notre lutte contre le projet d’autoroutes à péages A133-A134, tout aussi injuste socialement qu’inutile et destructeur de terres agricoles. De plus, nous partageons l’un des objectifs de ce mouvement, à savoir la relocalisation de nos consommations alimentaires via la promotion des chaînes courtes, et ce à travers notre volonté de protéger de l’artificialisation plus de 500 hectares de terres
naturelles (2).
Ce matin, c’est l’A13 que les agriculteurs ont occupée près de Saint-Aubin-sur-Gaillon, non loin de l’endroit où avait eu lieu l’action de mai dernier. La Préfecture de l’Eure a réagi par un communiqué de presse dont le contenu et la tonalité sont totalement différents de ceux de mai dernier.
Pour mémoire voici des extraits du communiqué de presse du 8 mai 2023 de la Préfecture de
l’Eure tels que France 3 Normandie les relatait : L’égalité est un principe constitutionnel. L’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dispose que « la loi doit être la même pour tous ». Les personnes dans la même situation doivent être traitées de manière identique. Ainsi nous espérons le rétablissement d’une équité de traitement qui entraînera un abandon des poursuites contre celles et ceux qui ont été placés en garde à vue à l’automne 2023.
Nous restons mobilisés et déterminés à stopper ce projet funeste pour le territoire au XXIe siècle.
1 https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/direct-colere-des-agriculteurs-le-mouvement-s-amplifie-avec-de-nouveaux-barrages-routiers-dans-toute-la-france_6323022.html
2 https://www.liaisona28a13.com/les-details-du-trace/

Par Rédaction Yonne Lautre

Le jeudi 25 janvier 2024

Mis à jour le 25 janvier 2024