Rubriques > Pour la démocratie, les droits, la justice sociale, la solidarité > Droits > Droits des Migrants et Réfugiés > France >

RESF : BARDELLA À MATIGNON, LA XENOPHOBIE AUX MANETTES ! NON !

Réseau d’Éducation Sans Frontière

 BARDELLA À MATIGNON, LA XENOPHOBIE AUX MANETTES ! NON ! 23.06.24
L’extrême-droite est aux portes du pouvoir. L’arrivée de Bardella serait une catastrophe pour les sans -papiers mais aussi pour les étrangers, voire pour les Français d’origine étrangère !
Bardella annonce d’ores et déjà qu’il abolirait le droit du sol qui permet à celles et ceux nés en France de demander la nationalité française à 13 ans et de l’obtenir à 18 ans. Il supprimerait l’Aide médicale d’Etat (AME) qui permet à tout un chacun d’avoir accès aux soins. Ce serait une monstruosité du point de vue des droits humains mais aussi, comme les milieux médicaux l’affirment, une aberration pour la santé de tous du fait de la multiplication des cas lors des épidémies. Il prévoit aussi la multiplication des expulsions ainsi que la suppression de la libre circulation entre les pays de l’Union européenne en établissant une double frontière : celle de l’Europe et le rétablissement des frontières françaises.
Encore ne s’agit-il là, que des mesures annoncées par Bardella dont tous les observateurs assurent qu’il a « modéré » son programme mais dont on peut être certain qu’il le « retrouverait » une fois à Matignon ! C’est ainsi qu’il ne mentionne plus la « priorité nationale » qui réserverait l’accès aux logements sociaux ou à diverses aides aux Français… et pourquoi pas « de souche » ensuite ? Silence aussi –pour le moment !— sur le « grand referendum » sur l’immigration et sur l’interdiction de la double nationalité.
Enfin, même s’il n’en est officiellement pas question, il est très probable qu’il tente de refaire passer certaines des mesures de la loi Darmanin récusées par le Conseil constitutionnel telles que les restrictions des prestations sociales pour non européens, la multiplication des obstacles au regroupement familial ou le dépôt d’une caution par les étudiants étrangers pour garantir qu’ils repartent leurs études achevées.
Quant à la régularisation des sans papiers qui est déjà une galère sans nom, elle deviendrait impossible… à moins qu’elle ne devienne l’un des sujets de mobilisation de la jeunesse –scolarisée en particulier ! Il est donc de la première importance que toutes celles et ceux qui en ont le droit aillent voter, qu’ils convainquent ceux qui hésitent à le faire. Et qu’ils dissuadent ceux qui seraient tentés de donner carte blanche aux racistes.
https://reseau-resf.fr/-A-propos-

Par RESF Réseau d’Éducation Sans Frontière

Publié le dimanche 23 juin 2024

Mis à jour le dimanche 23 juin 2024