Yonne Lautre

« Les ampoules fluo-compactes (LBC), une fausse bonne idée énergétique. » par Michel Dindorf

samedi 30 mai 2009 par Dindorf Michel

Le principe des ampoules fluo date des années 1950, nous le connaissons bien sous la forme des grands tubes « néons » des magasins, qui ne contiennent pas de néon, mais du mercure comme les fluo-compacts. En plus d’un demi siècle d’existence, et de plusieurs campagnes contre le mercure, nous continuons de voir ces tubes au mercure usagés, jetés dans des poubelles normales, ou en fagots sur les trottoirs avec les objets encombrants... brisés, les vapeurs de mercure s’en échappent...

Avec l’électronique, l’allumage devient instantané, au lieu de 2 à 3 secondes, et on peut les faire « compacts » ! Le marché devient alors géant !

1/ le mercure

La vapeur de mercure(indispensable au fluo-compact LBC) est le plus grave point, balayé au nom du profit, et non pas au nom de l’économie comme « on » voudrait nous le faire croire. Les vendeurs se gardent bien de donner toute les précisions utiles sur leur produit, parfois, ils semblent ignorer vraiment certains paramètres.

Les ampoules BC contiennent de 5 à 3 milligrammes(parfois, jusqu’à 25 mg ?!) de mercure, en cas de casse, de 3000 à 5000 mètres cube(un magasin moyen) d’air sont pollués à 1micro g/m3(trois fois la norme pour enfants). Dans une chambre d’enfant de 25 m3, le bris d’une lampe LBC donne un taux minimum de vapeur de mercure de 3x10-3 / 25 soit 120 micro g/m3 alors que les normes US sont pour les enfants et les femmes enceintes de 0,3 micro g/m3. (400 fois plus que cette norme !)

Pour l’Europe, où l’on veut imposer des milliards de LBC, nous pouvons supposer, en minimisant à l’extrême le risque, que 1 sur 10000 seront brisées, soit des centaines de milliers d’ampoules seront cassées accidentellement et libéreront leur vapeur toxique.
Une ventilation immédiate est nécessaire, encore faut-il savoir que au fond d’un tiroir, une LBC s’est accidentellement cassée.
Si 9 LBC cassées sont détectée (et la pièce ventillée) sur 10 accident, il restera des dizaines de milliers d’intoxication à la vapeur de mercure... Comment chiffrer l’énergie dépensée pour soigner ces, probablement, dizaines de milliers d’intoxiqués au mercure ? Comment chiffrer le malheur des famille en kW.H ?

Pour les LBC, une double paroi en verre protecteur épais est donc, à mon avis nécessaire pour ce point, ce qui va augmenter le prix des LBC.

http://www.inspq.qc.ca/publications/environnement/mercure/toxique/comportement.htm

Si les centrales au charbon produisent aussi de la vapeur de mercure, la source de pollution est localisée à la cheminée d’évacuation des fumées où l’on peut prendre des dispositions adéquates, de plus le rejet est à l’air libre, et ne donne pas les nocives concentrations obtenus en magasin ou chambre close par le bris d’une seule LBC.


2/ le revêtement fluorescent(interne) n’est pas anodin non plus en cas de bris de l’ampoule.
La neutralisation de ces produits fluorescents toxiques demande de l’énergie. http://www.wipo.int/pctdb/en/wo.jsp?wo=1993003847

3/ l’énergie de fabrication des LBC est bien plus importante que les ampoules à filament.

Comme la plupart des LBC est fabriquée en Chine, l’énergie Chinoise étant essentiellement faite par des centrales au charbon, la pollution de fabrication est pour la Chine.

http://www.radio86.fr/la-chine-en-profondeur/les-medias-et-la-chine/3523/2006-annee-noire-de-la-pollution-en-chine

4/ Le prix des LBC est plus important, donc on travaille plus, on se déplace plus, on dépense plus d’énergie pour pouvoir les payer.
En France, ce serait de l’ordre de 1,6Kw.h pour 1 euros.

5/ En Europe, nous nous éclairons plus longtemps quand les jours sont plus courts, soit en période froide... quand nous chauffons nos locaux, il est donc vain énergétiquement d’empêcher l’éclairage de chauffer à ces époques de l’année, car le thermostat du chauffage se déclenchera pour compenser l’ économie thermique faite sur l’éclairage (fluo-compact ou LEDs ou suppression de tout éclairage !).

Certes, comme dans tous systèmes de chauffage, la chaleur dégagée par les ampoules monte, et quel que soi le système de chauffage, un ventilateur lent, à grande pâles, qui rabat vers le bas l’air chaud des plafonds trop hauts semble rentable énergétiquement si l’on a pas un niveau supérieur à chauffer. J’ai personnellement un niveau qui est chauffé par les soi-disantes « pertes thermiques » du niveau inférieur. (éclairage et chauffage)

6/ la comparaison d’éclairage LBC/filament semble avoir été faite avec les ampoules à filament au verre transparent non dépoli qui éclaire le moins. Un simple luxmètre permettra à tous de voir que l’équivalence d’éclairage est bien plus que « optimiste ». A l’oeil nu, on voit qu’il n’y a pas l’équivalence annoncée avec des ampoules à filament dites standards. Il n’y a pas un rapport de consommation de 5 entre une LBC et une ampoule à filament au krypton mais un gain beaucoup plus faible.

7/ la longévité annoncée semble bien être la fin de la courbe de Gauss des durées de vie... « jusqu’à xx fois la vie d’une ampoule à filament » n’est pas une comparaison des durées de vie, on doit prendre les milieux des courbes de Gauss puis les comparer. En expérience personnelle, la durée de vie la plus courte d’une LBC a été de... une seconde ! Quand la durée de vie est en heures, Il faudrait mettre des compteurs de temps sur les LBC, ce qui n’est pas à la portée de tous. Quand on annonce 8000 heures, ce devrait être la durée moyenne de vie, certaines claquant à la mise sous tension, d’autre devrait atteindre les 16000 heures... mais non, 8000 heures semble indiquer la durée de vie maximum que quelques LBC auront...

D’autres part, lors de ces dernières décennies, la recherche d’une lumière blanche a servit de pretexte pour survolter les ampoules à filaments, ce qui a réduit considérablement la durée de vie des ampoules à filaments. J’ai personnellement vu en 1986 une ampoule à filament qui fonctionnait tous les jours depuis 1936 ! La comparaison de durée de vie changerait de beaucoup avec des ampoules à filament non survoltées ! Certes, la lumière tirait sur le jaune, mais dans de nombreux cas, on ne cherche pas à lire ou à faire du travail de précision. Passer dans un couloir, aller aux toilettes, regarder un écran ne nécessite pas une lumière blanche.

8/ Les LBC sont sensibles et vieillissent au nombre d’allumage, il ne faudrait donc pas les utiliser pour 15 minutes d’éclairage... Certaines LBC(?) résisteraient à ce type de vieillissement.

9/ Quand le LBC ne claquent pas, elles vieillissent en éclairant de moins en moins, le revêtement fluorescent change de couleur, devient noir par endroit. La soi-disante « équivalence d’éclairage » n’est même pas constante.

10/ Des rayonnements électromagnétiques émanants des LBC inciteraient de plus, à ne pas les utiliser les LBC , ni en lampe de bureau, ni en lampe de chevet.

http://wernerb.free.fr/?p=1742

Malheureusement, toutes les éventuelles alter-solutions énergétiques, après avoir été la risées des adeptes de la croissance perpétuelle, sont devenus de réelles énormes sources de profits, mêmes si ce ne sont pas de réels profits écologiques. Les « études » faites par de grosses associations écologiques sont en fait des études comparatives des publicités faites, comme chacun sait, pour venter les qualités jusqu’à l’extrême limite proche du mensonge, et oublier volontairement de signaler les cotés négatifs. D’autres « pseudo études » alternatives proviennent d’organisme dont la vocation officielle est industrielle et commerciales, de par leur statuts, comme l’AMENE.

En 2009 les ampoules à filaments de 100 watts doivent disparaître, puis les 75 watts en 2008... sous les applaudissements(?) de grands groupes « écologistes » qui font des campagnes internationales pour les ampoules à mercure sans autre étude que l’étude du copier-coller publicitaire ? C’est à se poser de graves questions...

Micro idée : Uniquement pour l’hiver, pour économiser les ampoules LBC qui n’arrête pas de péter (au grand profit des marchants), afin d’obtenir un éclairage jaune, d’une durée de vie extrêmement longue(donc pas d’énergie de fabrication, ni de pollution de fabrication, pas d’énergie de dépensé pour l’achat), nous pouvons mettre en série une ampoule krypton ou standard blanche, dépolie de 100 Watts 220 volts avec deux ampoules, les deux toujours en série, de 24 volts(camion) 12 Watts. (ou 4 ampoules 12 volts 6 Watts)

Nous nous rapprochons d’un éclairage blanc en ne mettant qu’une seule ampoule de 24 volts en série avec la 100 Watts, mais nous diminuons la durée de vie. Nous pouvons mettre un interrupteur qui court-circuite une ampoule de 24 volts et qui donne le choix, suivant le besoin de lumière.

MD


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 10907 / 4783987

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Énergies  Suivre la vie du site Alternatives Asso Actions & Brèves   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License