Yonne Lautre

« Vacances dans le Morvan, à Saint Prix. La BD de par cheu nous » par Barbara Moreau

mercredi 3 juin 2009 par Moreau Barbara

« Vacances à Saint prix » de Christian & Julien Flamand, Editions Akilos

VACANCES DANS LE MORVAN, A SAINT PRIX. LA BD DE PAR CHEU NOUS.

D’abord merci au personnage de Dédette. Sans elle, ces « Vacances à Saint Prix » auraient peut-être joué un air surfait de nostalgie béate, de retour en arrière mouillé devant la vie rurale, simple et tellement saine des gens de l’ancien temps.

Même si c’est vrai : ce grand-père, ce farceur qui menace d’accrocher Christian au clou s’il n’est pas sage, ce « taiseux » qui cache ses sentiments, comme il a l’air bon, aimant, et comme on l’aime !
La grand-mère, c’est bien sûr celle qui sait soigner les angines, qui vous met une brique chaude dans le lit pour que vous n’ayez pas froid, et qui vous donne un bonbon.

Bref, Saint Prix, en 1965, avec pépé et mémée, c’est le paradis.
Le paradis jusqu’à la page 21....

On projette tellement ses propres souvenirs de vacances à la campagne chez pépé et mémée, qu’on ne fait pas attention à la couleur sanguine de la une de couverture, aux deux petits Poucets perdus sur une route déserte, se tenant par la main, revenant du lait avec leur bidon. Un peu plus loin, un arbre effrayant qui ouvre ses bras comme un fantôme, les cheveux des garçonnets dressés sur leur tête : tout cela, moi en tout cas, je ne l’avais pas vraiment vu.

Je n’avais gardé qu’une vingtaine de pages sur cinquante. Je n’avais pas lu que « Vacances à Saint prix » racontait aussi autre chose : le souvenir d’une maltraitance à la campagne. C’est vrai que du coup, la carte postale bucolique prend un autre relief. Dans le jeu des sept familles, il y a aussi la méchante femme.

Il faut dire aussi que le scénariste (Christian Flamand, le père) et le dessinateur (Julien Flamand, le fils) ont fait le choix de la légèreté, de l’humour et de la suggestion pour dire un passé certainement douloureux. Il faut dire aussi qu’ils eurent la générosité de ne pas accabler Dédette en expliquant ce qui dans sa vie à elle avait pu dysfonctionner pour qu’elle obtienne le rôle de la mauvaise perdante .

En tout cas, les lecteurs s’y retrouvent. Saint Prix sort de l’anonymat. La BD marche aussi au Québec. Un livre de par cheu nous, aux bons souvenirs universels. Aux moins bons aussi.

Vacances à Saint Prix. Editions Akilos.

En vente dans les meilleures librairies.

A ne pas manquer : le blog des Flamand : http://flamandpereetfils.wordpress.com/

Pour commander sur le net : http://www.akileos.com/


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 706 / 4138870

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Se cultiver, s’émouvoir  Suivre la vie du site Culture(s) Yonne & Bourgogne Franche-Comté  Suivre la vie du site Bande Dessinée 89 & Bourgogne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License