Yonne Lautre

« L’élève en difficulté scolaire : aide personnalisée ou aides spécialisées des RASED ? » par l’AREN 89 pour la FNAREN.

Présentation de la synthèse des conclusions de la recherche FNAREN/Université PARIS-DESCARTES
vendredi 4 décembre 2009 par AREN 89

AREN 89 : Association des Rééducateurs de l’Education Nationale 89

  Présentation de la synthèse des conclusions de la recherche FNAREN/Université PARIS-DESCARTES

« l’élève en difficulté scolaire :
aide personnalisée ou aides spécialisées des RASED ? »

La réforme de l’école primaire, avec la suppression du samedi matin et l’instauration de l’aide personnalisée à destination des élèves en difficulté, a introduit des confusions entre les aides spécialisées proposées par les personnels de RASED
( Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté) et l’aide personnalisée
( rattrapage scolaire) mis en place par M.Darcos.

L’école est alors directement interrogée sur le sens qu’elle donne à la difficulté et les réponses qu’elle apporte.

Le renforcement par l’aide personnalisée pourra-t-il remédier à l’échec scolaire ?

Ou doit-on proposer une diversité de réponses prenant en compte les origines plurielles de la difficulté scolaire ?

Tout au long de l’année écoulée, la FNAREN (Fédération Nationale des Associations des Rééducateurs de l’Education Nationale) a défendu cette dernière position, disant que l’équité appelait des réponses multiples et que la rééducation était une manière de répondre à la difficulté en travaillant en amont des apprentissages.

En 2008/2009, la FNAREN s’est donc associée à l’Université Descartes afin de participer à une recherche scientifiquement validée et externe à l’Education Nationale, dans l’objectif de mener une analyse comparative de l’efficacité des aides personnalisées ( 2 heures de soutien hebdomadaires faites par le maître, mises en place à la rentrée 2008) et de l’efficacité des aides spécialisées des RASED.

Ces deux aides entraient-elles en concurrence, étaient-elles complémentaires ou bien concernaient-elles des élèves différents ?

Cette étude, dirigée par M. J-J Guillarmé, professeur de psychopathologie et par Mme D. Luciani, psychologue, a été conduite sur un échantillon d’élèves issus de la même population d’enfants en difficulté (secteurs ruraux, urbains et REP, ZUS, RAR). Pour se faire, un outil existant a été mis à la disposition des enseignants des classes, « le profil 125 »1.

Cet outil a pour objectif d’évaluer qualitativement et quantitativement les compétences de l’élève concernant 5 grands champs de compétences (scolaires, cognitives, relationnelles, implication familiale, sociales) étroitement intriquées dans les processus d’apprentissage.

Cette recherche a été programmée sur une année scolaire, les enseignants des classes étaient seuls juges des effets de l’aide, aussi bien de l’aide personnalisée (celle qu’ils avaient mise en place eux-mêmes) que de l’aide spécialisée. Sur la totalité des dossiers étudiés, 74 concernaient l’aide personnalisée et 70 l’aide
spécialisée rééducative, basés sur un maximum de 30 heures d’aide.

 Résultats de la recherche

Les premières conclusions permettent de dire que les enseignants ont davantage recours aux aides spécialisées qu’aux aides personnalisées dans les écoles situées en milieu défavorisé. Par ailleurs, la recherche montre que l’aide personnalisée est indiquée pour 1 élève en difficulté scolaire sur 5, alors que les aides spécialisées des RASED sont pertinentes pour 4 élèves en difficulté scolaire sur 5 :

Aide personnalisée

20% des élèves ayant suivi 30 heures de soutien font des progrès exclusivement dans les acquisitions scolaires.

Remarques :

L’aide personnalisée échoue quand tous les champs de compétences sont très bas, elle échoue également quand les compétences sont hétérogènes ou subissent de grandes variations.

Au regard de l’analyse des données, les chercheurs constatent que l’indication préalable d’aide personnalisée faite par les enseignants des classes manque de méthodologie, elle serait fréquemment posée à « l’émotion ».

Aide spécialisée

(ici, il s’agit de l’aide rééducative)

70 % des élèves ayant bénéficié d’une aide rééducative font des progrès, et ce non seulement dans les acquisitions scolaires mais également dans le domaine des compétences cognitives (développement des capacités à penser, mémoriser, raisonner, apprendre), des compétences sociales (capacités à communiquer, à développer des interactions avec les autres, à assumer les conséquences de ses actes) et des compétences relationnelles (acceptation de l’autorité et des règles, bonne estime de soi) ; autant de compétences nécessaires aux apprentissages scolaires.

Remarques :

Pour les élèves dont les indicateurs de tous les champs de compétences sont effondrés, l’aide spécialisée ne permet pas une évolution suffisante (positive mais pas assez importante). Il s’agirait peut-être de mettre en place des stratégies d’aides intégrées innovantes.

Les chercheurs se sont également interrogés sur la faible augmentation du champ concernant l’implication familiale. Ils en concluent qu’il y aurait, notamment, une insuffisance du travail mené avec les familles, alors que les interactions familiales sont capitales pour faire évoluer les problématiques les plus lourdes. Il y aurait peut-être nécessité de se doter de nouveaux outils d’accompagnement à la fonction parentale.

 Conclusion

Au final, il apparaît que l’aide personnalisée et les aides spécialisées ne sont pas en concurrence mais qu’elles peuvent, au contraire, se compléter si l’indication initiale est bien posée.

Cependant, les résultats de cette recherche universitaire tendent à prouver que les aides spécialisées sont plus pertinentes pour aider les élèves en difficulté. Quantitativement d’abord, puisqu’elles permettent à 70% des enfants qui en bénéficient de progresser. Qualitativement ensuite, puisque leurs progrès concernent tous les champs de compétences.

Cette étude renvoie en dernière analyse à un choix de société déterminant car la réponse institutionnelle apportée à la difficulté scolaire détermine la nature et les finalités de l’école. L’école doit-elle permettre aux élèves d’accéder aux notions de base telles que la lecture, l’écriture et le calcul ou doit-elle non seulement transmettre ces bases, mais également former des citoyens capables de vivre dans une société, d’y apporter une contribution personnelle, de développer leurs compétences et leurs talents ?

Pour tout renseignement complémentaire ou pour se procurer les résultats de la recherche

« L’élève en difficulté scolaire :
aide personnalisée ou aides spécialisées des RASED ? »

contacter :

FNAREN
143, rue A. Pajeaud 92160 ANTONY

E-mail : fnaren fnaren.asso.fr

http://www.fnaren.asso.fr

lien direct vers le PDF : rgbr.free.fr/docword/campagne/rechercheFNAREN%20AP-RASED.pdf


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2173 / 6551388

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Éducation nationale  Suivre la vie du site Aides aux Elèves & Education Spécialisée   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License