http://www.france.attac.org/IMG/pdf/petition_master.pdf

4 septembre 2015 Quand un lobby patronal s’invite dans les lycées pour influencer les enseignants

Cela se présente comme une sélection d’articles d’actualité destinée aux professeurs pour « ouvrir et alimenter le débat en classe » et « éclairer les thématiques du programme » des Sciences économiques et sociales (SES) enseignées au lycée. C’est ce que propose Actuéco, une publication de quatre feuilles, dont le prototype a été distribué lors des entretiens enseignants-entreprises fin août. Derrière cet événement et cette publication, une même structure : l’Institut de l’entreprise, un think tank créé en 1975 qui « a pour objectif de mettre en avant le rôle et l’utilité de l’entreprise dans la vie économique et sociale », et qui rassemble de grands groupes français et des syndicats professionnels [1].

http://www.bastamag.net/Quand-l-Institut-de-l-entreprise-tente-d-influencer-l-enseignement-des-SES


16 mars 2015 J’invite un banquier dans ma classe : quand les banques enseignent la gestion financière « responsable » à l’école

Dans le cadre de la « Semaine européenne de l’argent », des banquiers ont été invités par l’Education nationale dans une quarantaine de classes en école primaire. Objectif de cette opération pilote menée par la Fédération bancaire française : apprendre aux élèves les principes d’une « gestion financière responsable ». Au vu des scandales et controverses qui touchent les banques françaises, il n’est pas sûr que cette fédération, principal lobby du secteur financier en France, soit la mieux placée pour faire la leçon en la matière. Cette opération pourrait se généraliser l’année prochaine.

http://www.bastamag.net/J-invite-un-banquier-dans-ma-classe-quand-les-banques-enseignent-la-gestion


4 octobre 2013 Total envahit les écoles avec la bénédiction du ministère de l’Education

Une compagnie pétrolière promouvant les gaz de schiste et pratiquant l’évasion fiscale est autorisée par les autorités éducatives à venir faire cours dans les écoles : une pratique courante, comme le révèle Reporterre.

http://www.reporterre.net/spip.php?article4798


30 mai 2013 Ecole : quand les multinationales remplacent les instituteurs

Par Agnès Rousseaux (30 mai 2013)

Le groupe pharmaceutique Novartis va adresser 5 000 kits pédagogiques à des écoles élémentaires. De quoi sensibiliser 150 000 enfants à l’importance de prendre soin de leur animal domestique préféré, chiens ou chats, pour éviter la transmission de maladies grâce… à des produits en partie commercialisés par Novartis. S’agit-il de « séances pédagogiques » désintéressées, ou de réaliser une vaste opération marketing, avec l’aval de l’Education nationale

http://www.bastamag.net/article3096.html


19 mai 2013 Quand le professeur Véolia instruit nos enfants

https://www.service-client.veoliaeau.fr/home/conseils/dossiers-thematiques-eau/dossier-kezaco-eau.html

Pour découvrir les leçons du maître... de l’eau, il faut cliquer sur les onglets et sur les items du bas de la page.

en particulier sur : http://www.kidslovecities.com/

ça c’est de la pédagogie !


17 juin 2010 Entreprises en milieu scolaire Brèves Quand Total s’occupe des ZEP

Dans certaines villes en "ZEP" deux dispositifs d’aide aux enfants en difficulté scolaire "cohabitent" (la Cour des Comptes appréciera !) :

 Le dispositif Coup de Pouce (sans clé ?) géré par la municipalité qui fait appel aux enseignants volontaires,

 Le dispositif Coup de Pouce Clé "géré" par l"’Education Nationale" - en fait l’Apféé (Association Pour Favoriser l’Egalité des chances à l’Ecole)

Quand on découvre la liste des "partenaires" de l’Apféé : Rotary, Total, Fondation Béttencourt-Schueller, Auchan..., on se dit que les classes vertes organisées par BP, c’est pour demain !

http://sauvons-lecole.over-blog.com/article-quand-total-s-occupe-des-zep-52388348.html


23 mai 2006 "Actions au sujet des interventions des entreprises en milieu scolaire" "Internet accompagné"

"Internet accompagné"

Le ministre de l’Education, Gilles de Robien, et le délégué aux usages de
l’internet, Benoît Sillard ( initiateur de la campagne "micro-portable
étudiant") l’avaient annoncée.

Cette fois, l’opération "internet accompagné" s’affiche dans les journaux.

Sous un sympathique logo ( emprunté à la conduite automobile accompagnée),
on peut lire dans cette publicité : " Internet accompagné, c’est un ensemble
de partenaires publics et privés :éditeurs, fabricants de matériels
informatiques, distributeurs, fournisseurs d’accès internet, entreprises et
associations de service à la personne..."

Le site indiqué www.internetaccompagne.org donne un aperçu de cet
"ensemble" : une pointe d’ Education, une bonne dose de supermarché, un
brin de société de soutien scolaire, une large couche d’internet... un bien
curieux mélange qui risque fort de brouiller l’image de l’Ecole et s’inscrit
dans le processus de marchandisation.


25 avril 2006 > "Actions au sujet des interventions des entreprises en milieu scolaire" "Pas de pub privée sur les murs"publics" des collèges et lycées"

Quand notre campagne d’Anticipation en France pour "Pas de pub privée sur les murs"publics" des collèges et lycées" résiste à distance à un certain Tony Blair ..........

Le projet de loi de Tony Blair de réforme de l’éducation, a été voté le 15 mars avec le soutien de l’opposition conservatrice, 52 députés travaillistes (1 sur 4) ont voté contre, bien que le New Labour ait affirmé que le projet avait pour but d’améliorer I’école publique, et qu’il bénéficierait aux plus modestes...

Ce projet autorise les écoles publiques qui le souhaitent à s’émanciper de tout contrôle des autorités locales et à être gérées par une entreprise, une fondation, sous la direction d’un « mécène », parrain privé : association, groupe religieux, entreprise, université ou groupe de parents. l’Église anglicane, Un Milliardaire musulman ou Microsoft se sont déjà déclarés intéressés.

Il s’agit donc de faire sponsoriser l’École ; certes, les sociétés privées sont déjà très investies dans l’Education en Angleterre, au travers de méthodes pédagogiques, de sessions de formation, de gestions d’établissement, et même de critères d’évaluation des maîtres, mais la loi franchit un nouveau cap : < nous entendons mettre les employeurs" au poste de commandement afin qu’ils jouent un rôle clé dans la fixation des filières d’enseignement et dans la définition détaillée du contenu des diplômes », le mot d’ordre est clair.

Pour répondre aux parents qui fuient l’école publique, Tony Blair choisit de s’inspirer du fonctionnement des écoles privées anglaises, notamment chrétiennes, au lieu de promouvoir une école publique de bon niveau, financée par l’argent public et respectant les valeurs du service public...

Les écoles publiques seront financées par des capitaux privés et dotées d’une plus grande autonomie. Elles pourront également recruter librement enseignants, ce qui risque d’ouvrir la porte à des discriminations d’ordre politique, ethniques ; religieux, etc.

Il est assez facile d’imaginer les dérives qui peuvent en découler : publicité pour les sponsors, course à l’efficacité économique, sélection des élèves, mainmise des institutions religieuses sur l’école, modification des contenus scolaires... mais aussi concurrence entre les établissements pour « augmenter le niveau » C’est l’émulation « social-blairiste !

Ces écoles porteront un nouveau nom : les trust schools... Tout un programme !

Article de Elisabeth LABAYE revue de la FSU (supplément 635 du 8 avril 06)


15 septembre 2005 Publicité sur les murs des collèges et lycées

Publicité sur les murs des collèges et lycées

Le point sur la campagne et un appel de son coordinateur :

A vos plumes, fax ou vos courriels

Dans l’opération "Pas de Pub Privée sur les murs publics des collèges et lycées" bien des conseils généraux ou régionaux n’ont toujours pas répondu aux sollicitations des Résistants à l’Agression publicitaires et des militants d’ATTAC motivés par le sujet . En vérifiant la liste suivante des réponses positives , vous constaterez vous même si votre département ou votre région se sont impliqués . Si ce n’est pas le cas, RAP vous invite à l’action pour interpeller une nouvelle fois ces élus .

Ont déjà répondu et se sont donc engagés à interdire toute Publicité privée sur les murs publics des colléges et lycées les départements suivants

 : 06 /Alpes Maritimes-08/ les Ardennes- 10/l’Aube- 19/la Corréze-21/ Côte d’Or -25/le Doubs-26/la Drôme-27/ Eurre- 31/ Haute Garonne - 38/l’Isère- 41 loir et Cher- 54 Meurthe et Moselle -63/ Puy de Dôme- 68 Haut-Rhin-75/ La Mairie de PARIS-77/la Seine et Marne -86/ la Vienne - 87/ la Haute Vienne-91/Essonne-

et les Régions Aquitaine Midi pyrénées Poitou-Charentes Rhône-Alpes ,

Pour plus d’infos Pierre NICOLAS coordinateur RAP (CG/CR) -militant d’ATTAC CREST -
26400 DIVAJEU PrNICO aol.com

salut et merci PrNICO


26 juillet 2005 > "Actions au sujet des interventions des entreprises en milieu scolaire" par Régine Tassi

Chers ami(e)s,

Comme vous pouvez le lire ci-dessous, l’Institut de l’entreprise en partenariat avec la DESCO (Direction de l’Enseignement Scolaire du Ministère de l’Education Nationale) organise la deuxième édition de son « Université d’automne » au lycée Louis Le Grand sur le thème « Les entreprises acteurs de l’innovation et de la recherches. ». Pour rappel, la première université s’était tenue en octobre 2003 au lycée Louis Le Grand à Paris sur le thème « Des entreprises dans la mondialisation ».Cette université d’automne permet aux dirigeants de grandes entreprises de s’adresser aux professeurs de sciences économiques et sociales en vue de les former aux dogmes néolibéraux. En 2003, lors de cette première université d’automne, à laquelle avait participé Luc Ferry, ATTAC avec la FSU et l’APSES avait clairement dénoncé cette emprise des grandes entreprises au sein de l’école avec le soutien du ministère de l’éducation. Nous avions fait un communiqué et organisé une manifestation devant le Lycée, le jour de l’ouverture de cette université du MEDEF. Des responsables d’Attac avaient fait part de notre opposition à Luc Ferry, ministre de l’éducation à cette date qui avait demandé à nous rencontrer.

Nous pouvons, donc, nous préparer pour une prochaine mobilisation si nous tenons encore à défendre une éducation laïque ainsi qu’une recherche non-conforme « au nouvel esprit du capitalisme ».

Je rappelle qu’à ce jour, nous n’avons toujours pas pu obtenir la moindre clarté sur le partenariat réalisé entre l’Institut de l’entreprise et le ministère de l’éducation.

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette université de l’Institut de l’entreprise, succursale du Medef avec les différentes entreprises ainsi qu’un communiqué d’Attac Réunion.

Bien cordialement,

Régine Tassi

(Coordinatrice de la Commission « Marchandisation de l’éducation » d’Attac

Les entreprises, acteurs de la recherche et de l’innovation

Les 29 et 30 août 2005, l’Institut de l’entreprise, en collaboration avec la DESCO (Direction de l’Enseignement Scolaire du Ministère de l’Education Nationale), organise la deuxième édition des Entretiens Louis le Grand, présidés par Jean-François Dehecq, Président directeur général de Sanofi Aventis, sur le thème " Les entreprises, acteurs de la recherche et de l’innovation ".

Le coeur des Entretiens Louis le Grand réside dans la présentation d’études de cas préparées conjointement par des enseignants de sciences économiques et sociales et des professionnels de l’entreprise. Cette forme de coopération permet de nourrir le dialogue entre le monde de l’entreprise et celui de l’enseignement.

Le thème

L’innovation est une préoccupation essentielle des entreprises. Elle est en effet un des ressorts principaux de la productivité, de la compétitivité et donc de la croissance économique. Dans ce contexte, elle devient aussi la condition nécessaire de la pérennité des emplois. Elle permet de répondre au besoin de diversité des consommateurs et contribue ainsi directement à l’amélioration de leur satisfaction. Plus généralement, elle offre des solutions à deux problèmes sociaux essentiels que sont la santé et la qualité de l’environnement.

Dans l’entreprise, l’innovation se décline dans de nombreux domaines. Innovation de produit, de procédé, de service, elle peut être suivie de la recherche fondamentale à la présentation commerciale auprès du grand public en passant par l’étape obligée de l’innovation appliquée et aux tests grandeur nature auprès d’un échantillon de consommateurs.

Les entrées dans le programme de sciences économiques et sociales des lycées sont nombreuses. On mentionnera pour mémoire les intitulés suivants : « accumulation du capital, progrès technique et croissance », « organisation du travail et croissance » ou « croissance, progrès technique et emploi » ; « mutations du travail et conflits sociaux » ; « firmes transnationales, compétitivité, différenciation des produits ».

Trois tables rondes permettront de décliner ces questions, remontant des motivations des entreprises jusqu’aux règles de pilotage macroéconomiques de la R&D en passant par les implications sociales de l’innovation.

Elles encadreront des temps d’échanges en ateliers autour d’études de cas concrètes. A chaque fois, à partir d’un cas emblématique identifié par les entreprises, une démarche d’analyse a été construite conjointement avec un enseignant de sciences économiques et sociales. Le champ couvert par ces ateliers est très large, depuis l’application directe de découvertes mathématiques aux produits financiers jusqu’à l’utilisation des nouvelles technologies pour assurer qu’un produit d’usage courant respecte les conditions du développement durable.

Le débat sera animé par un dirigeant de l’entreprise concernée -le plus souvent le président lui-même- et un représentant du corps d’inspection : inspecteur général ou inspecteur pédagogique régional. Pour diversifier les échanges, le public comportera toujours une proportion significative de cadres d’entreprise.

Les études de cas présentées

AGF : L’assurance du risque spatial

BioMérieux : Le diagnostic de la Tuberculose en Inde

BNP Paribas : Les nouveaux produits issus des progrès des mathématiques

EDF : Heurs et malheurs du chauffage électrique

Faurecia : L’organisation du travail en équipes internationales en matière de R&D

Lafuma : Innovation et éco-conception

Nyco : Le renouvellement de l’avantage technologique dans les huiles performantes

PSA : La mise au point du filtre à particules pour les moteurs Diesel

SFR - Cegetel : La mobilité data en entreprise

Suez : De la mise au point des cellules photovoltaïques à leur commercialisation

Thalès : Les rayons X : de la défense à la santé

Thuasne : La mise au point des capteurs pour genouillères et chevillières : des études cliniques à la certification et au remboursement par la Sécurité sociale

Vinci : Les nouveaux produits dans la construction des routes

Attac Réunion

le Medef fait sa propagande à l’Education nationale

vendredi 22 juillet 2005, par V

en 2003 Attac France s’est associé aux protestations de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales, des syndicats d’enseignants, contre l intrusion du medef au sein de l education nationale : une "université d’automne" avec l’Institut de l’entreprise au lycée Louis le Grand

Un manquement grave au principe de laïcité : la formation continue des enseignants n’est pas alimentée par des travaux scientifiques sur la mondialisation, mais par le discours idéologique de l’un des principaux acteurs de la mondialisation libérale.

La deuxième édition des Entretiens Louis le Grand se tiendra les 29 et 30 août 2005, sur le thème « Les entreprises, acteurs de la recherche et de l’innovation ».

Les entreprises engagées dans les Entretiens Louis le Grand 2005 :

AGF, bioMérieux, BNP Paribas, Communication & Systèmes, EADS, EDF, Faurecia, L’Oréal, Lafuma, Microsoft France, Nyco SA, PSA Peugeot Citroën, Séché Environnement, SFR Cegetel, Suez, Thalès, Thuasne, Vinci.

En mai 2005 un agent général des AGF a été placé sous contrôle judiciaire dans le cadre d’une affaire d’escroquerie qui a lésé près de 140 personnes. Cet agent aurait détourné près de 18 millions d’euros.

en fevrier 2003, les AGF ont ete inculpées "pour faux et usage de faux, escroquerie, blanchiment, faux comptes annuels, infractions au code sur les impôts, infractions aux lois comptables et faux dans le but d’éluder l’impôt". Fraude de 223 millions d’euros.

BNP paribas est present dans les paradis fiscaux suivants : Bahamas - Bahrein - Chypre - Costa Rica - Egypte - Emirats Arabes Unis - Hong Kong - Ile Maurice - Iles Cayman - Indonésie - Irlande - Jersey - Labuan(Malaisie) - Liban - Lichtenstein - Luxembourg - Monaco - Panama - Philippines - Singapour - Suisse - Uruguay - Wallis et Futuna

Selon des documents judiciaires obtenus par l’AFP en fevrier 2005, un Singapourien, Eng Heng Chiaw, a été accusé mardi par un tribunal de singapour d’avoir proposé 305.000 dollars US à un responsable du ministère de la Défense pour soutirer des informations sur l’offre tarifaire d’un concurrent d’Eurocopter afin de permettre à EADS de proposer un prix lui permettant d’arracher le contrat.

En afrique du sud, en 2001, 2


8 juillet 2005 > "Actions au sujet des interventions des entreprises en milieu scolaire" Valise pédagogique Danone : le rectorat abusé !

Communiqué de presse de l’intersyndicale

FSU-SAIPER- SE/UNSA - SGEN/CFDT – SEN et SGPEN/CGTR - SUD EDUCATION

ATTAC et LA FCPE

Valise pédagogique Danone : le rectorat abusé !

L’intersyndicale, la FCPE et ATTAC ont été reçus par Mme CERNO directrice de cabinet du recteur et Mr DIEULIVOL Inspecteur d’académie adjoint.

Nous avons condamné le partenariat avec Danone dans les écoles maternelles et l’exploitation publicitaire qui en a suivi.

Nous avons exprimé notre inquiétude de voir une dérive vers une américanisation de nos écoles.

Nous avons affirmé que c’est à l’Education nationale de permettre aux enseignants d’assurer leurs missions éducatives avec un matériel adapté et non aux marques dont les objectifs fondamentaux sont par essence mercantiles.

La directrice de cabinet et l’inspecteur d’académie adjoint reconnaissent dans cette affaire qu’il y a eu précipitation, manque de concertation au niveau des services du rectorat (Comité pour l’Education à la Santé et à la Citoyenneté) lors de l’accord passé avec Danone. Ils reconnaissent en particulier que l’exploitation publicitaire (spots télévisés etc …) faite par Danone à partir de cette action dans les écoles n’était pas prévue par la signature du partenariat.

Nous avons par ailleurs dénoncé la circulaire du 28 mars 2001 qui ouvre la voie à l’intrusion des marques dans nos établissements en sortant l’école de sa neutralité éducative.

Ainsi, nous avons demandé au Recteur par ses représentants :

* de dénoncer auprès de Danone la campagne publicitaire qui a accompagné l’opération dans les écoles
* de s’adresser par circulaire aux écoles pour demander le retrait de toutes les mallettes à l’effigie de Danone

L’intersyndicale, la FCPE et ATTAC seront vigilants à la mise en œuvre de ces demandes pour la rentrée du 23 août 2005. A défaut, nous ne manquerons pas de nous manifester à nouveau.

La santé des enfants mérite que les appétits commerciaux ne franchissent pas les portes des écoles. L’école a d’autres messages et valeurs à véhiculer que ceux des publicitaires.

FORMONS DES CITOYENS ET NON DES CONSOMMATEURS !

Saint-Denis, le 7 juillet 2005

Pour l’intersyndicale,

Eric SORET ( FSU )

Pour les anglophones quelques extraits de documents de l UNICEF sur les agissements de danone en albanie dans les année 90. en attendant un resumé en francais sur le site d attac reunion.

vincent cel

Si tous les bébés étaient nourris exclusivement au sein jusqu’à l’âge de 6 mois, il serait possible d’éviter le décès de 1,5 million de nourrissons chaque année et la santé et le développement de millions d’autres bébés en seraient nettement améliorés. L’utilisation des substituts du lait maternel, tels que le lait en poudre ou le lait d’animaux, peut mettre en danger la santé des nourrissons, surtout lorsque les parents n’ont pas les moyens d’acheter suffisamment de substituts, qui sont chers, ou ne disposent pas toujours d’eau propre pour les diluer.
http://www.unicef.org/french/ffl/04/


16 juin 2005 Pour info et réaction, un partenariat SFR Education Nationale

Bonjour,

Pour info et réaction, un partenariat SFR Education Nationale :

http://www.education.gouv.fr/bo/2005/19/MENB0500198X.htm

Maxime Combes


30 novembre 2020

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le lundi 30 novembre 2020

Mis à jour le samedi 13 août 2022