Yonne Lautre

Délocalisation et licenciements boursiers : Les ouvriers de SICLI en lutte pour leur emploi.

samedi 27 octobre 2012 par Yonne Lautre

Pétition pour exprimer notre soutien aux salariés de Sicli (St Florentin) menacés de licenciement alors que l’usine est très rentable

Événement :
Grand succès du meeting du vendredi 12 octobre devant l’usine SICLI de Saint-Florentin, qui a rassemblé plus d’une centaine de personnes de tous âges, avec l’intervention des syndicalistes du réseau des entreprises UTC en France. Notamment celle de la CFE-CGC du réseau national, à l’exception de ceux de notre usine.
La présence d’ouvriers des usines locales, Alcan, Vallourec, Embaltech et autres qui avaient bénéficié de notre solidarité, et leurs messages de soutien,.
Le soutien unanime des syndicats présents, des formations politiques locales, du Front de Gauche, de l’Assemblée Citoyenne, et du NPA.
Après un discours riche d’informations et passionné de notre délégué syndical José-Carlos Folgado, très applaudi, différents représentants de différentes organisations sont intervenus, dont Alain Raymond, conseiller municipal d’Auxerre, représentant du Front de Gauche, suivi par le député PS, Yves Caulet, Maire d’Avallon.

A ce jour, la pétition citoyenne de soutien des SICLI que font circuler les ouvriers et les sympathisants dépasse les 600 signatures. Elle atteint le même chiffre de 500 signatures sur le site Internet http://www.yonne.lautre.net, Agir pour l’Emploi 89,

Calendrier :
Les élections de délégués du personnel ont été invalidées pour le premier collège. La direction avait refusé la liste de la CFTC, déni de démocratie. Il ne reste plus qu’à recommencer le scrutin. Tout le calendrier de l’opération de la direction est retardé « tant mieux » puisque l’opération visait à priver l’usine des ses instances !!!!! Le plan « social » (PSE) ne peut pas être présenté au Comité central d’entreprise tant que le CE et le CHSCT n’est pas encore élu. Une bouffée d’oxygène pour ceux qui ont des alternatives crédibles a proposer !

Proposition :
Les erreurs et négligences de cette direction incompétente et les marges trop importantes ont causé la perte de plusieurs clients. Toutefois, SICLI garde son rang de numéro 1. La direction projette de densifier le maillage des agences commerciales SICLI et CHUBB.

La CGT propose de transformer l’usine en agence.
Les bureaux et l’atelier sont déjà là. Le magasin permet la réception et le stockage même pour d’autres agences. La production peut se faire sur place.
Le personnel peut bénéficier d’une évolution de carrière. Les assistantes peuvent obtenir une formation d’assistantes de direction ; les ouvriers peuvent passer techniciens ou technico-commerciaux.

Les matières premières représentent 68 % du prix de revient. La main d’oeuvre n’atteint que 6 ou 7 %. La délocalisation en Pologne n’a même pas pour but d’économiser sur ce poste.

On a des idées pour développer des applications.
La dénaturation (recyclage) des extincteurs est comprise dans le prix de vente. Ce service n’est pratiquement jamais effectué. Ce qui est aussi le cas de la concurrence. Nous sommes les seuls à savoir le faire (sauf une PME en Allemagne). C’est une vieille revendication environnementale de la CGT. C’est aussi un argument de marketing écologique.
On peut réutiliser la poudre comme engrais. On peut aussi, après traitement, la réutiliser, la remettre dans le circuit de fabrication. C’est plus économique. On peut vendre moins cher un appareil rénové dans ces conditions, ce qui permettrait de rattraper certains clients.
Autre revendication ancienne de la CGT, un secteur Recherche et Développement.

Nos clients sont les hôpitaux, les écoles, les prisons, tous ces bâtiments publics appartiennent à l’Etat. Les pouvoirs publics ont toutes les raisons de nous soutenir.

En trois ans, on a atteint 18 % de gains de productivité du fait des augmentations de cadence. On constate des TMS, des risques psycho-sociaux. Il n’y a plus d’infirmière. On lui faisait faire un travail de magasinier ! Nous avons été déboutés de toutes nos plaintes en justice.


La lutte :

On ne va pas bloquer l’usine. On n’est pas des preneurs d’otages. On lutte pour conserver nos emplois et nos salaires.
Beaucoup sont en arrêt maladie. Il n’est pas possible de les remplacer. Devant ce ralentissement de la production, la direction est obligée de taper dans ces fameux stocks qui devaient servir à faire face à des grèves.
D’autres actions auront lieu devant l’usine.
Vendredi 26 octobre, un nouveau plan « social » sera présenté au Comité d’entreprise chez Alcan, 300 salariés.

La politique du management :
Tout doit rester standard, anonyme. Tout doit rester interchangeable. Aucune marque, aucune initiative personnelle. Pas même une photo de ses enfants. Aucune personnalisation.

Le « mobbing »
Tout a été fait pour faire partir Daniel Béchard après trente ans d’ancienneté. Quand il a été délégué aux prud’hommes, il lui a été interdit d’entrer à l’atelier, le laissant sans autre occupation que ses activités syndicales. Le MEDEF local a protesté contre cet ouvrier dont la seule activité était de plaider contre les patrons locaux.

Un camarade s’est déjà suicidé il y a quelques années. Toutes les recettes du « mobbing » ont été utilisées pour harceler Daniel. Tracts anonymes posant la question « Comment se fait-il qu’une personne soit payée sans travailler ? » Rumeurs diverses, une partie du personnel reprenant les médisances de la direction.
Il a attaqué la direction pour discrimination syndicale. Des dizaines d’années sans augmentation de salaire. Il a gagné son procès.
Fatigué, découragé, il a fini par accepter l’offre de la direction.
José-Carlos Folgado, l’autre délégué syndical CGT a rejeté une offre du même genre pour se retrouver seul en butte aux mêmes attaques.

Le maire de la commune a déclaré aux journalistes de France 3 que l’action syndicale était la cause de la fermeture de l’usine. Tout est bon pour tuer le cochon ! Cochon qui dit, cochon qui y est !

Aujourd’hui, chaque citoyen ayant fait l’effort d’aller voter aux présidentielles, puis aux législatives, pour ceux qui de tous bords, pavoisaient pour sauver l’industrie Française doit demander d’ajouter une nouvelle demande à ceux-ci qui ont tant promis : aux paroles les actes !

Vous qui prétendez défendre la France, montrez aux Français qui vous ont donné leur confiance que vous êtes dignes des voix qui vous ont porté, à gauche mais aussi à droite ! la vertu n’a de camp que celui des vertueux, bien au-delà de toute idéologie !

Les salariés de SICLI Saint-Florentin

Saint-Florentin, le 24 octobre 2012


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 432 / 3798638

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Social  Suivre la vie du site Emploi Insertion Licenciements Plans sociaux  Suivre la vie du site Yonne   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License