Rubriques > Pour les Alternatives, la Biodiversité, le Climat > Climat > Agir pour le Climat > France > Actions, Grèves, Marches >

17 septembre 2021 : Contre la réintoxication du monde : Le « monde d’après » ne nous sera pas donné : construisons-le, ici et maintenant

13 mars 2019 Agir pour le climat & la justice sociale en France : Nous marcherons ensemble - pour un printemps climatique et social

Dans une tribune publiée ce matin sur le site de France inter, Attac, le CRID, la CGT, le comité vérité et justice pour Adama, France nature environnement, Oxfam, et des dizaines d’autres associations, syndicats et ONG, appellent à « marcher ensemble pour un printemps climatique et social » le 16 mars et à réaliser un #ActeCommun à 15h.
https://france.attac.org/se-mobiliser/justice-sociale-et-climatique/article/nous-marcherons-ensemble-pour-un-printemps-climatique-et-social


13 mars 2019 Grève mondiale pour le climat, printemps social, marche des solidarités : vers un front commun les 15 et 16 marstales, de solidarité et d’éducation, mutuelles et syndicats défendent un pacte écologique & social

Les 15 et 16 mars, les mobilisations éclosent encore plus vite que la flore : une grève internationale de la jeunesse pour le climat tentera de gagner collèges, lycées et universités ; une « marche du siècle » ambitionne de marquer l’arrivée d’un « printemps climatique et social » ; les gilets jaunes célèbreront leur 18ème acte et autant de semaines de contestation ; une marche des solidarités veut mobiliser contre les violences policières et le racisme d’État. Ces différents mouvements ont décidé de faire « front contre un même système qui détruit l’Humain et la planète ». Voici le détail de ces rendez-vous printaniers.
https://www.bastamag.net/Greve-mondiale-pour-le-climat-printemps-social-marche-des-solidarites-vers-un


10 mars 2019 Le pont d’Iéna bloqué par les Gilets jaunes et Alternatiba

Samedi matin 9 mars, à Paris, un sit-in non-violent a rassemblé des militants du climat et des Gilets Jaunes. Ils étaient une cinquantaine à bloquer le pont d’Iena, devant la Tour Eiffel, « symbole de l’Accord de Paris et du "Make our planet great again" d’Emmanuel Macron », pour demander « une vraie justice sociale, fiscale et climatique ». La police a laissé l’action se dérouler.
https://reporterre.net/Le-pont-d-Iena-bloque-par-les-Gilets-jaunes-et-Alternatiba


10 mars 2019 Agir pour le climat & la justice sociale en France : On arrête tout

Les auteurs de cette tribune prônent un « changement radical » et immédiat, seul à même de permettre un futur vivable « pour nous, nos enfants et nos petits enfants ». Ils proposent qu’on « arrête tout » le 16 mars.
https://reporterre.net/On-arrete-tout


7 mars 2019 Une loi pour que l’épargne populaire finance l’intérêt général et non le réchauffement climatique

L’argent que les citoyens placent sur leurs comptes d’épargne populaire (livrets A, livrets développement durable) va t-il enfin cesser de financer le secteur des énergies fossiles, et ne plus contribuer à accélérer le réchauffement climatique ? C’est tout l’enjeu d’une proposition de loi qui sera discutée le 7 mars à l’Assemblée nationale. Déposée par la députée communiste Elsa Faucillon, et signée par des députés issus de la gauche (France insoumise, socialiste, écologiste), ce projet de loi vise à « la transparence dans l’utilisation de l’épargne populaire en matière énergétique ». En novembre dernier, l’association Oxfam avait montré que sur 10 euros de financement accordés par les banques aux énergies, 7 euros sont investis dans les énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), contre 2 seulement pour les renouvelables.

D’un rapport de l’Observatoire des multinationales à un projet de loi

https://www.bastamag.net/Une-loi-pour-que-l-epargne-populaire-finance-l-interet-general-et-non-le


5 mars 2019 GRAND DÉBAT NATIONAL : 19 organisations environnementales, de solidarité et d’éducation, mutuelles et syndicats défendent un pacte écologique & social

Alors que la société civile organisée peine à se faire entendre par le gouvernement depuis le début du quinquennat, 19 organisations ont décidé de s’unir pour porter ensemble la convergence de l’écologie et du social. Pour la première fois, elles s’engagent à faire front commun en défendant collectivement 66 propositions qui permettent à chacun le pouvoir de vivre. Ces 19 organisations porteront ce pacte écologique et social dans toutes les instances de dialogue, à commencer par les quatre grandes conférences nationales du Grand débat qui se tiendront à Paris du 11 au 13 mars et à la Marche pour le climat le 16 mars. Et ce n’est qu’un début…

Un objectif commun : ne plus dissocier les questions sociales et environnementales pour donner à chacun le pouvoir de vivre

Il n’y a pas d’un côté la question de la fin du monde et de l’autre celle de la fin de mois, les deux enjeux sont les deux faces d’une même pièce, s’alimentant et se combinant. Sortir des énergies fossiles, rénover les passoires énergétiques ou rendre accessible une alimentation bio et locale c’est à la fois améliorer le quotidien, préserver la santé et s’attaquer aux défis environnementaux. Vouloir traiter l’écologie sans traiter le social c’est aller droit dans le mur. L’opposition d’une partie de la population à la hausse de la taxe carbone telle qu’elle avait été proposée par le gouvernement actuel en est le parfait exemple.

Un mode d’action : porter collectivement les 66 propositions du pacte écologique et social

Parce que les appels isolés et les déclarations d’intention individuelles ne suffisent plus, nos organisations s’engagent à porter collectivement la nécessité d’un pacte social et écologique partout où elles sont représentées. Ce pacte rassemble 66 propositions qui permettent à la fois de lutter contre le dérèglement climatique, d’enrayer l’érosion de la biodiversité, d’améliorer le quotidien des citoyens, d’améliorer les pratiques démocratiques et la participation citoyenne, de remettre l’exigence de solidarité et d’égalité au cœur de l’économie, et de construire une société plus juste et solidaire, qui ne laisse personne de côté. Ces propositions sont le fruit des débats et des travaux collectifs menés en leur sein, au plus de près de leurs sympathisants, adhérents, militants. Elles sont la voix de plusieurs millions de personnes.

Ce pacte vise à guider toutes les politiques publiques pour que dans chaque nouvelle loi, dans chaque nouveau décret, et à toutes les échelles, les questions sociales et écologiques soient non seulement prises en compte mais qu’elles deviennent le cœur de chaque décision politique. Nos organisations appellent le gouvernement, les élus, les employeurs, et plus généralement tous les décideurs, à mettre en œuvre ce pacte à leur niveau. Elles appellent également les citoyens et les autres organisations de la société civile à se mobiliser pour en soutenir les propositions.

Un suivi sur la durée : l’observatoire du pouvoir de vivre

Nos 19 organisations s’engagent à décrypter les prochaines décisions politiques au prisme de ce pacte comme par exemple le projet de loi de finances, loi d’orientation des mobilités… Tous ces futurs rendez-vous doivent être des occasions d’avancer sur la réduction des inégalités, la baisse des émissions de gaz à effet de serre, l’éradication de la grande pauvreté, contre l’érosion de la biodiversité, pour l’accueil digne des migrants, contre les discriminations…

Rendez-vous dans six mois pour un premier bilan…

https://www.atd-quartmonde.fr/wp-content/uploads/2019/03/2019_PacteSocialEcologique.pdf


27 février 2019 Agir pour le climat & la justice sociale en France : Le 7 mars, tou·te·s devant l’Assemblée Nationale pour épargner le climat !

Incitons les député·e·s à voter la proposition de loi « en faveur de la transparence dans l’utilisation de l’épargne populaire en matière énergétique ». Le jeudi 7 mars, de 13h à 14h, participez au grand rassemblement devant l’Assemblée Nationale !

https://france.attac.org/agenda/article/le-7-mars-tous-devant-l-assemblee-nationale-pour-epargner-le-climat


7 février 2019 Transition écologique : comment ne plus opposer « fin du monde » et « fins de mois »

Le mouvement des « gilets jaunes » montre qu’une fiscalité environnementale instaurée sans préparation ni compensation est vouée à l’échec. Des alternatives existent.
https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/02/06/transition-ecologique-comment-ne-plus-opposer-fin-du-monde-et-fins-de-mois_5419738_3244.html


26 janvier 2019 Au Pays basque, militants écolos et Gilets jaunes partagent les luttes

Alors que ce samedi 26 janvier se déroule l’« acte 11 » des Gilets et que des marches pour le climat sont organisées ce dimanche, les militants altermondialistes de Bizi ! et les Gilets jaunes locaux se croisent et s’entraident.
https://reporterre.net/Au-Pays-basque-militants-ecolos-et-Gilets-jaunes-partagent-les-luttes


30 novembre 2018 La politique de Macron ne répond ni à la fin du monde, ni aux fins de mois

Sa taxe sur les carburants : une injustice fiscale en plus !

Cette taxe touchera d’abord les plus précaires, qui n’arrivent déjà pas à boucler leur fin de mois : les carburants représentent 8% des revenus des 10% les plus pauvres, seulement 4% pour les 10% les plus riches !

Cette taxe s’ajoute à bien d’autres augmentations de charges pour celles et ceux qui peinent à boucler leurs fins de mois : baisse des aides pour le logement, augmentation de la CSG pour les retraités...

En même temps, le gouvernement a multiplié d’énormes cadeaux fiscaux pour les très riches, certains ont ainsi gagné des dizaines de milliers d’euros par an supplémentaires : suppression de l’ISF, plafonnement des taxes sur les revenus financiers, etc. Comme les gouvernements précédents, il ne fait rien ou presque contre l’évasion fiscale : les multinationales et les très riches extorquent au moins 60 milliards d’euros par an à l’État français.

Depuis 20 ans, les riches sont de plus en plus riches, les autres de plus en plus pauvres, avec de plus en plus de dépenses contraintes (logement, alimentation et cantines scolaires, électricité et gaz...). Et la politique d’Emmanuel Macron empire encore la situation.

Sa taxe sur les carburants : inefficace pour la transition écologique

Pour qu’elle soit efficace, cette taxe devrait pousser à moins conduire. Or c’est impossible puisque le gouvernement :

> ne développe pas de transports en commun efficaces et peu chers : au contraire la réforme de la SNCF va fragiliser les lignes de train secondaires
> poursuit la destruction des services publics et des commerces de proximité... alors que la France est déjà un des pays européens qui a le plus d’étalement urbain.

Pour qu’elle soit efficace, cette taxe devrait financer la transition écologique. Or c’est impossible puisque le gouvernement :

> utilise seulement une toute petite partie de la hausse de la taxe sur les carburants pour la transition écologique
> alloue un budget trop faible à la transition écologique et ne peut donc pas financer convenablement la rénovation des logements qui doit être accessible à tous, le développement des énergies renouvelables et propres, la transition de la production agricole...

Cessez de faire payer les pauvres, faites payer les riches et les grandes entreprises polluantes

> par une taxe carbone efficace et dissuasive sur les industries les plus polluantes, qui aujourd’hui polluent sans rien payer
> par une taxe sur le kérosène (transports aériens) et le fioul lourd (gros navires)
> par un moratoire sur toute nouvelle augmentation de la fiscalité carbone pour les ménages, artisans et petites entreprises, tant qu’il n’y aura pas de réduction forte des inégalités et de développement d’alternatives au tout-voiture et à l’étalement urbain.

Il est tout à fait possible de concilier le social et l’écologie, c’est même le seul moyen de vivre mieux, mais c’est l’inverse que fait Macron !

Attac France
https://france.attac.org/


21 mai 2015 « Merci Total, merci EDF, merci BNP, merci pour la pollution et pour la crise climatique »

Le Business and Climate Summit réunit à Paris le monde des affaires pour préparer la COP 21. Des écologistes les ont accueillis devant le siège de l’UNESCO, en dénonçant le décalage entre leurs discours et leurs actes.

http://www.reporterre.net/Merci-Total-merci-EDF-merci-BNP


24 janvier 2015 François Hollande enterre discrètement un de ses engagements pour le climat

C’était une des principales mesures annoncées par François Hollande, le 27 novembre dernier lors la troisième conférence environnementale : « Nous supprimerons tous les crédits export dans le soutien que nous accordons aux pays en développement, dès lors qu’il y aura l’utilisation du charbon. Nous veillerons au niveau européen à faire en sorte que nous puissions supprimer, à terme, les subventions aux énergies fossiles. Voilà ce que nous devons faire. »

http://www.alterecoplus.fr/environnement/francois-hollande-enterre-discretement-un-de-ses-engagements-pour-le-climat-201501230117-00000666.html


19 janvier 2015 Climat : la région Ile-de-France sonne le rassemblement associatif

Le conseil régional francilien débloque 2 millions de subventions pour aider le tissu associatif à sensibiliser les citoyens au dérèglement climatique.

Le cul entre deux chaises. C’est un peu la situation dans laquelle craint de se trouver la région Ile-de-France lors du sommet climatique du mois de décembre. « Nous ne sommes ni l’Etat, qui organise et participe aux négociations internationales, ni la ville de Paris qui est dotée d’outils et de moyens d’action plus importants que ceux de la région », résume Corinne Rufet, vice-présidente du conseil régional, en charge de l’environnement, de l’agriculture et de l’énergie. Pour autant, l’exécutif régional n’entend pas rester l’arme au pied pendant la COP 21.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/climat-la-region-ile-de-france-sonne-le-rassemblement-associatif,54526?xtor=EPR-9


13 novembre 2014 Les jeunes se bougent pour le climat

Plus de quatre-vingt jeunes venus de toute la France ont répondu à l’appel du mouvement We Are Ready Now ! Ces jeunes ambassadeurs du climat sont résolus à devenir des acteurs de changement face à l’urgence climatique et aux limites de notre modèle économique.

http://www.reporterre.net/spip.php?article6562


18 septembre 2014 Changement climatique : Des dizaines de milliers de personnes mobilisées en France

Cela prendra la forme de l’installation de Villages des alternatives au changement climatique, appelés Alternatiba, à Gonesse les 20 et 21 septembre, à Nantes le 28 septembre, à Lille les 4 et 5 octobre, à Ciboure-Saint Jean de Luz-Zokoa le 5 octobre, à Bordeaux du 10 au 12 octobre, et à Papeete (Tahiti) le 29 novembre.

http://alternatiba.eu/2014/09/changement-climatique-dizaines-milliers-personnes-mobilisees-en-france/


14 avril 2014 Climat : aux politiques d’agir !

Ségolène Royal a bien résumé le problème. Ce lundi 14 avril, la ministre de l’écologie a sobrement commenté le dernier tome du 5e rapport d’évaluation du Giec[1], publié la veille à Berlin. « C’est désormais aux responsables politiques d’agir et d’entraîner les forces vives du pays », a-t-elle indiqué, tout en s’interrogeant sur les moyens « d’éviter le glissement des priorités quand le chômage s’invite dans les familles ». Lutter contre le changement climatique en période de crise sera donc le challenge du ministère Royal. Un défi considérable à relever, tant les nouvelles données par les auteurs du dernier rapport du Giec sont mauvaises.

http://www.journaldelenvironnement.net/article/climat-aux-politiques-d-agir,45108?xtor=EPR-9


24 mars 2014 Printemps du climat jusqu’au 20 avril

Tous les jours, l’urgence climatique se fait plus pressante. Les signes sont là : cyclones meurtriers, fonte de l’Arctique, montée des mers… En France, les inondations se multiplient, les glaciers disparaissent, les sécheresses à répétition menacent notre agriculture… une transformation radicale du visage de notre monde se prépare. Nous n’avons plus beaucoup de temps pour agir.

http://www.reporterre.net/spip.php?article5579


24 février 2014 Agir pour le climat en France Les candidats ont répondu au questionnaire du RAC

Quelle place pour les enjeux énergie et climat dans les programmes de vos candidats ? Le Réseau Action Climat a interrogé les candidats aux municipales dans dix villes et vous présente leurs réponses pour la prochaine mandature. Mobilité, urbanisme, bâtiment… venez découvrir leurs engagements !

http://www.rac-f.org/Elections-municipales-2014


16 janvier 2014 Réchauffement climatique : la stratégie française critiquée par la Cour des comptes

Depuis cinq ans, la France conduit sa politique de lutte contre le changement climatique à l’aveuglette : c’est le jugement sévère que porte la Cour des comptes sur la mise en œuvre par Paris du « paquet énergie-climat » adopté par l’Europe en 2008.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/01/16/la-cour-des-comptes-desavoue-la-strategie-francaise-de-lutte-contre-le-rechauffement_4348939_3244.html


3 décembre 2013 Pourquoi sommes-nous sourds aux alertes des climatologues ?

La Terre se réchauffe et pourtant nous continuons à brûler toujours plus de charbon et de pétrole : psychologues, sociologues et experts de l’opinion tentent aujourd’hui de comprendre pourquoi nos sociétés semblent rester sourdes aux alertes toujours plus précises des climatologues.

Une mécanique terrestre complexe, une crise économique chassant les considérations écologiques mais aussi des ressorts intimes favorisant parfois le déni : des experts réunis mardi à Paris par l’association Météo et climat ont dressé le portrait de citoyens tiraillés, souvent conscients de l’enjeu du réchauffement climatique mais impuissants.

http://www.romandie.com/news/n/_Pourquoi_sommes_nous_sourds_aux_alertes_des_climatologues_93031220131845.asp ?


5 juin 2013 Réchauffement climatique. "Des canicules plus fortes et plus récurrentes en France"

ENTRETIEN. Laurent Terray, chercheur au CERFACS (Centre Européen de Recherche et de Formation Avancée en Calcul Scientifique) est le co-auteur d’un étude portant sur le réchauffement climatique. L’an dernier, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) faisait la relation entre scénarios climatiques et économiques. Cette fois ci, les prévisions incorporent des notions politiques.

Un an après le rapport du Giec qu’apporte de nouveau votre étude ?

http://www.humanite.fr/environnement/rechauffement-climatique-des-canicules-plus-fortes-54311


5 juin 2013 4°C de réchauffement en France dans le siècle si on n’agit pas

Une nouvelle étude scientifique montre que le réchauffement en France pourrait atteindre près de 4°C en moyenne en l’absence d’une réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre.

À partir d’un ensemble de simulations climatiques réalisées par un grand nombre de modèles, les chercheurs du laboratoire Sciences de l’Univers au CERFACS (SUC, CNRS/CERFACS) ont estimé les projections du climat de la France pour le 21ème siècle.

http://www.reporterre.net/spip.php?article4348


25 avril 2013 Climat : l’empreinte carbone des Français a augmenté

La France est-elle vraiment une bonne élève en matière de réduction de gaz à effet de serre (GES) ? Elle s’est engagée à diviser par quatre ses émissions entre 1990 et 2050. Si l’on s’en tient aux émissions produites sur le territoire national, la France respecte formellement ses engagements. Mais selon le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), qui dépend du ministère de l’Écologie, « il s’agit d’un résultat en trompe l’œil ».

http://www.bastamag.net/article3060.html


12 décembre 2012 Paris : maxi plan Climat, mini baisse d’émission

Le Conseil de Paris a adopté à l’unanimité, le 11 décembre, la nouvelle version de son plan Climat. L’occasion de passer en revue les résultats, très insuffisants, de la première période (2007-2012).

http://www.journaldelenvironnement.net/article/paris-maxi-plan-climat-mini-baisse-d-emission,32150


21 novembre 2012 Climat : +2°C, c’est (encore) possible

Le PNUE l’affirme : il est encore possible de stabiliser le réchauffement climatique à 2°C. Mais il faut agir vite et fort.

Jamais l’atmosphère n’a contenu autant de gaz à effet de serre, disait hier l’organisation météorologique mondiale [JDLE]. Au rythme où nous rejetons CO2, méthane et autre protoxyde d’azote, la terre pourrait se réchauffer de 5°C d’ici la fin du siècle, rappelait PricewaterhouseCooper’s, il y a quelques jours [JDLE]. Une perspective qui fait frémir, au vu du rapport que la Banque mondiale a consacré à une planète réchauffée de « seulement » 4°C [JDLE].

http://www.journaldelenvironnement.net/article/climat-2-c-c-est-encore-possible,31748


20 novembre 2012 Le facteur 4 à horizon 2050 selon le scénario Ademe

Depuis avril, l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) planchait sur la façon de diviser les émissions de GES par 4 à horizon 2050. Cette contribution, axée sur la consommation et l’efficacité énergétique, devrait être sur la table du débat sur la transition énergétique qui s’ouvre le 20 novembre.

http://www.novethic.fr/novethic/ecologie,energies,le_facteur_4_horizon_2050_selon_scenario_ademe,138721.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok


12 novembre 2012 Comment la France pourrait diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050

La France peut atteindre le fameux "Facteur 4", c’est-à-dire diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050 par rapport au niveau de 1990. Des efforts essentiellement portés sur les logements et les transports permettraient en effet de réduire la consommation d’énergie de 20 % d’ici à 2030 et de près de 50 % en 2050. C’est la conclusion d’un exercice de prospective énergétique publié jeudi 8 novembre par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

En vue du débat sur la transition énergétique qui va s’ouvrir vers la mi-novembre à la demande du gouvernement, l’agence publique a bâti deux scénarios énergétiques et climatiques pour 2030 et 2050. Objectif : définir la trajectoire permettant de réduire les consommations énergétiques et de diminuer, comme promis par le président François Hollande, la part du nucléaire dans la production électrique (de 75 % à 50 % d’ici à 2025) au profit des énergies renouvelables.

Les projections ont été réalisées en se fondant sur les données démographiques de l’Insee (68,5 millions d’habitants en 2030 et 74 millions en 2050), les chiffres de l’Agence internationale de l’énergie pour les prix du pétrole, du gaz et du charbon et ceux du Conseil d’analyse stratégique pour la croissance du PIB (1,8 % par an en moyenne sur l’ensemble de la période).

RÉNOVATION THERMIQUE

http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2012/11/09/comment-la-france-pourrait-diviser-par-quatre-ses-emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-d-ici-a-2050_1788473_3244.html


15 septembre 2021

https://agir17.noblogs.org/

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le mercredi 15 septembre 2021

Mis à jour le lundi 19 juin 2023