Yonne Lautre

« Pour Cesare Battisti » par Mark Howie

mercredi 11 février 2004 par Yonne Lautre

Pour Cesare Battisti

D’Italie au Mexique, du Mexique en France, de France en prison...
L’écrivain Cesare Battisti a été arrêté ce mardi 10 février à Paris et placé
sous écrou extraditionnel.

Comme une centaine d’anciens militants italiens des années 1970, il s’était
depuis des années reconstruit une vie en France, sous la protection de la
« jurisprudence Mitterrand ». L’ancien président de la République française
avait pris l’engagement, en 1985 de ne pas extrader ces réfugiés à condition
qu’ils s’engagent, selon l’expression de l’époque, à "sortir de la spirale
de la violence".

Cette arrestation fait suite à l’extradition brutale en août 2002 de Paolo
Persichetti, enseignant à l’université Paris-VIII, qui avait alors suscité
une importante manifestation de soutien de votre part ainsi que
l’intervention de la Ligue des droits de l’homme.

Cesare Battisti avait déjà fait l’objet d’une procédure qui s’était conclue
par un avis défavorable à son extradition. Il risque néanmoins de voir son
dossier rouvert. C’est pourquoi nous devons tous nous mobiliser dans les
jours qui viennent afin de le faire libérer au plus vite.

Pétition en ligne :

http://www.mauvaisgenres.com/arrestation_battisti.htm

1954. Naissance de Cesare Battisti à Latina (ex-Littoria), ville
industrielle de la région de Rome, fondée en 1934 et conçue à l’image du
régime fasciste de Mussolini.

1968. Il entre au lycée d’orientation littéraire Alessandro Manzoni, au
grand dam de ses parents qui étaient prêts à sacrifier leur modestes
économies pour qu’au moins le dernier de leur six enfants puisse
atteindre une rentable formation technique. C’est l’époque où le milieu des
étudiants est excité par la grande vague contestataire, le mot révolution
est sur la bouche de tous, et Cesare, encore très jeune mais depuis toujours
endoctriné par une famille religieusement communiste, ne peut pas rester
insensible au vent de la révolte.

1971. Premier séjour en prison. Seulement quelque semaines, mais assez pour
comprendre que "ce sont toujours les mêmes qui tombent et qu’à la
violence de l’État il faut répondre avec les mêmes armes". Obsédé par l’idée
de la rappropriation prolétaire, il abandonne définitivement l’école.

1974. Il est condamné à six ans de réclusion pour braquage : il n’y a pas de
preuves contre lui, mais peu importe car "il s’agit d’un subversif déclaré,
un criminel".

1976. Grâce à la lenteur de la procédure pénale italienne, dont le but
prioritaire est d’enterrer systématiquement tout délit d’ordre
administratif, il regagne la liberté. Mais pas pour longtemps : le service
après vente de la police se chargera en toute vitesse de le mouiller dans un
nouveau braquage. Il arrive à s’échapper de justesse à l’arrestation et
rejoint ses camarades à Milan, d’où bientôt naîtront les Prolétaires armés
pour le communisme.

1979. Lorsqu’il tombe dans une vaste opération de l’antiterrorisme,
lui et ses camarades proches savent bien que leur rêve révolutionnaire
touche à sa fin. Pendant les dernières années la lutte armée avait incendié
l’Italie et le gouvernement en place avait recours à tous les moyens de
répression : ratissages massifs de police, emploi de l’armée dans des
opérations d’ordre public, attentats à la bombe, torture, impunité et
centaines de millions pour les soi-disant repentis. Au procès il refusa de
se
défendre, c’était impossible, sa seule chance étant l’évasion.

1981. Ce fut le 4 octobre, après deux ans et demi de patiente préparation,
tant par lui à l’intérieur de la prison que par ses camarades toujours en
clandestinité, que grâce à une des toutes dernières actions des groupes
armés il arriva à s’évader arme au poing. Ensuite, il rejoint d’abord la
France puis le Mexique.

1984. Après avoir survécu en faisant toutes sortes de petits boulots, il
commence à travailler comme rédacteur pigiste chez plusieurs journaux
mexicains.

1986. Il est cofondateur du magazine culturel « Via Libre », qui par la suite
deviendra une référence créative pour la jeunesse mexicaine.

1988. Il est organisateur de la première Biennale latino-américaine de
l’affiche à Mexico.

1990. Il revient en France et écrit son premier roman.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2517 / 3706794

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site En savoir plus sur ce Monde qui se réchauffe, se dérègle (...)  Suivre la vie du site Droits  Suivre la vie du site Droits Humains  Suivre la vie du site Europe   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License