Yonne Lautre

Lucien Laquit, sociétaire actif de la NEF en Bourgogne

mardi 8 juillet 2014 par Laquit Lucien , NEF Bourgogne, Yonne Lautre

Entretien réalisé par la Rédaction de Yonne Lautre le 7 juillet 2014

 Lucien Laquit, pourquoi vous êtes-vous engagé pour la NEF ?

Mon engagement à la Nef est le fruit d’un cheminement de plus de 20 ans. C’est donc d’un cheminement que je vais vous entretenir. ’’Le chemin se fait en marchant ’’ comme le dit un précepte chinois repris par un écrivain espagnol. Je n’y croyais pas lorsque j’ai entrepris ma quête, mais cette vérité s’est imposée au quotidien.
C’est au tournant des années 90, avec la chute du mur de Berlin, que des opportunités se sont ouvertes dans ma vie, opportunités que j’ai explorées et qui m’ont amené à découvrir des aspects insoupçonnés de la réalité (ou du Réel ?).
J’ai eu l’occasion de rencontrer et d’héberger chez moi, des fondateurs de la Nef à l’occasion de leurs tournées d’information dans ma région. Je sentais à leur discours et à leur présence qu’il y avait quelque chose de grand en eux. Et cette grandeur, ils la mettait au service de l’humanité par le biais d’un outil : ’’une réflexion fondamentale sur l’argent’’ !

C’est ainsi que se produisit le premier déclic qui me mit en route (sans carte, ni boussole). Je place instantanément à la Nef, mon épargne (l’équivalent du prix d’une voiture) le remplacement de la voiture attendra 5 ans de plus. Le projet de la Nef ’’mettre l’argent au service de l’élaboration de projets respectant la dignité humaine et préservant de manière active l’environnement’’ m’avait fasciné.
L’argent qui aurait du sens, d’un point de vue humain, pas simplement un outil d’échange et de mesure ! C’était à des années lumière de ma culture bancaire de plus de 20 années déjà ! Loin de la culture du profit à tout prix qui se développait férocement dans les années 90 !
Quelque temps après ces rencontres, je me retrouvais invité au siège de la Nef à Bourbon l’Archambault, dans l’Allier, à une réunion avec les correspondants bénévoles et les membres du Conseil de Surveillance de la Nef.
Eblouissement, ils étaient tous, foncièrement, dans le même état d’esprit : c’était le coeur qui parlait, pas l’intellect ! Et pourtant, pas de mièvrerie, du concret, du pratique.
Là, j’ai compris vraiment que j’avais du chemin à faire. Je me suis tu, j’ai observé, questionné, réfléchi, je suis devenu assidu des séquences d’information proposées, un apprenti dans cette fonction de correspondant de la Nef dans ma région.
2°choc, bien plus tard, dans les années 2000, abonné à Vif Argent, le périodique que la Nef transmet à ses sociétaires, je découvre la notion de ’’projet culturel de la Nef’’ avec la proposition d’un séjour dans les Alpes, dans une campagne qui n’a rien de spécial, à priori ! Le thème ’’et si la beauté pouvait sauver le monde !’’. Je me sens tellement étranger à cette notion que je décline l’invitation. Mais mon esprit étant frappé, il cherche à comprendre.

C’est en répondant à l’invitation d’une artiste d’un groupe de théâtre professionnel, sociétaire le la Nef à Perreuil (71) que la compréhension surgit pour la notion ’’et si la beauté devait sauver le monde !’’. Mais comment expliquer ? ça m’est devenu complètement impensable que ce soit autrement !

Pour le projet culturel de la Nef, je pataugeais toujours.

Je creuse encore et découvre ce qui était devant mes yeux depuis le début : le sens de la devise de la République Française, voulue par certains de ses initiateurs éclairés :
liberté de penser,
égalité devant la Loi,
fraternité dans les relations économiques.

La Nef, Nouvelle économie fraternelle devenait complètement vivante !

Du coup, je me mets à observer le fronton des mairies. La 3° république avait imposé aux communes d’y inscrire cette devise.
Surprise ! cette formule était de moins en moins présente, en certains endroits elle avait été effacée, pour être remplacée par Hôtel de Ville ou par rien , le vide....!!!
Que s’est il passé en un siècle ? Pourquoi ce déni de la République et d’un symbole aussi vivant ?
Fallait-il faire oublier les principes de la République pour mieux asseoir quelque chose de contraire ? L’évolution récente, la financiarisation de l’économie avec ses pompes et ses oeuvres, serait-elle la réponse concrète à cette question ?

Parallèlement, une prise de conscience collective se faisait, sans bruit, le nombre de sociétaires augmente sans cesse, sans aucune publicité visible sauf le rejet du modèle économique dominant.
La Nef a la possibilité de devenir une Banque. Si ses sociétaires le décident, le 24 mai 2014, ils se donneront les moyens attendus depuis plus de 20 ans de mettre en oeuvre le projet culturel de la Nef en vraie grandeur, en y invitant toute la population !

Pour conclure ce thème, je vous propose un dicton africain cité par Pierre Rabhi, un ami de longue date : ’’si tu veux attraper le crocodile qui dévore tes enfants, assèches le marigot ! ’’.

 Lucien, quel est votre rôle actuel au sein de la NEF ?

C’est celui d’un correspondant bénévole sur un territoire défini.
Qu’est ce qu’un bénévole à la Nef ? Quelqu’un qui :

  • propose à un responsable de la Nef de soutenir le projet culturel de la Nef sur le territoire choisi
  • choisit les domaines dans lesquels il veut ou se sent compétent pour coopérer.
  • reçoit l’accord de la Nef pour certaines activités
  • rend compte de son activité

En quoi consiste ’’l’activité’ d’un Correspondant ’’ ?
C’est essentiellement de créer et organiser un lien entre les sociétaires de la Nef de son secteur, dans le but de faire naître ou développer concrètement le projet culturel de la Nef.
Cela se matérialise en l’une ou plusieurs des activités suivantes :

  • rencontrer les sociétaires, dans les salons, marchés, foires pour parler de ce qui pourrait être envisagé dans le but de développer le rayonnement du projet culturel de la Nef : accueillir les nouveaux sociétaires, saisir les occasions de soutenir financièrement des projets respectant la dignité humaine et préservant l’environnement, en parlant de la Nef et de son projet culturel aux porteurs de projet.
  • à susciter chez les sociétaires le désir de travailler ensemble sur des projets qu’ils auront défini pour eux-mêmes ou leur groupe de réflexion.
  • occasionnellement, participer à des réunions d’organisation de l’économie solidaire ou conventionnelle auxquelles nous sommes invités, pour faire connaître cette option Nef de développement économique et humain responsable.

 Pourriez-vous nous donner un exemple de projet local auquel vous avez contribué ?

Un projet collectif de taille régionale au service des épargnants alternatifs qui aboutira en automne : notre participation à une plateforme de finances solidaires à Dijon. Elle réunira des organisations alternatives dans le domaine de la circulation de l’argent et de son utilisation.
On y trouve, dans l’ordre alphabétique : le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement), les CIGALES, Energie Partagée Investissement, Graine de Start (crowdfunding), Habitat et Humanisme, la Nef, Oïkocrédit (aide au développement dans le tiers monde), SIDI (Solidarité Internationale pour le Développement et l’Investissement, émanation du CCFD) et Terre de Liens. Certains membres sont des partenaires historiques de la Nef, d’autres oeuvrent dans d’autres sphères, tous sont labellisés FINANSOL.

L’idée est de développer des lieux d’accueil non bancaires sur la Région pour informer les particuliers de l’existence d’organisations qui proposent des outils d’épargne pouvant prétendre, à des degrés divers, être employés au bénéfice de l’humain et de son environnement.
Le premier lieu sera ouvert en automne à Dijon, d’autres suivront au fur et à mesure de la demande et de la disponibilité de militants.

Des projets typiquement Nef : notre participation à la création de Groupes Locaux de sociétaires Nef avec le double objectif :

  • de permettre, par les liens qui se noueront entre sociétaires (épargnants et emprunteurs) qui se connaîtront plus aisément, à faire vivre concrètement et largement le projet de société porté par les sociétaires de la Nef.
  • de favoriser localement, la mise en oeuvre de l’outil financier de la Nef qui a pour objet de matérialiser sur le terrain cette transformation de la société.

Le premier Groupe Local de sociétaires Nef est né, au cours de l’hiver dernier à Cluny, d’autres devraient suivre au cours de cet automne.

 Concrètement, pour une personne désireuse de s’impliquer dans ce projet « NEF », comment doit-elle s’y prendre ?

Méticuleusement, pourrais-je dire, afin que ce soit facile. En bref :

  • 1. Se documenter sur la Nef. C’est à dire, pour commencer, aller sur le site www.lanef.com pour s’imprégner de l’esprit et un peu des outils. Il ne s’agit pas de tout savoir, mais bien de s’imprégner au contact de la source la plus facilement accessible.
  • 2. Si dans son secteur géographique, il y a des sociétaires qui sont engagés à la Nef, les rejoindre sur les salons ou fêtes où elles tiennent un stand et demander à les assister ou à leur tenir compagnie. Là, la phase d’imprégnation précédente sera utile pour l’apprentissage qui se fera de lui-même au contact de quelqu’un qui en sait plus.
  • 3. Devenir sociétaire et fier d’entrer ainsi dans un mouvement de société qui favorise la promotion de la dignité humaine et de la qualité de notre environnement. La souscription de 5 parts de capital, (c’est à dire 150 € de placement remboursable à tout moment) consacreront ou matérialiseront ce nouvel état !
  • 4. Dans la foulée, demander à suivre une journée de formation « parler de la Nef » au siège à Lyon ou en région. Et continuer à s’exercer auprès d’un ancien sur un stand ou dans des réunions locales.

Le reste découlera de l’entraînement auquel on se sera consacré, lui-même dépendant de son génie personnel (en fait, de sa conviction) et accessoirement, de l’effort que l’on aura effectué.

Lire aussi l’entretien de Lucien Laquit dans le numéro 1 de Fil d’argent de la NEF.

Pour contacter le Groupe local NEF 89 en cours de constitution, écrire à la Rédaction qui transmettra.

Merci à la NEF pour les photos extraites du numéro 1 de Fil d’argent de la NEF.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 604 / 4721186

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site S’engager pour les alternatives partout et maintenant, (...)  Suivre la vie du site Economie sociale et solidaire  Suivre la vie du site Bourgogne Franche-Comté   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License