Yonne Lautre

Gérard Robert : L’ESPAGNE ET LE DROIT DES PEUPLES A DISPOSER D’EUX MEMES ?

Brèves et chroniques
samedi 18 novembre 2017 par Robert Gérard

C’EST ENTRE NOUS...

L’ESPAGNE ET LE DROIT DES PEUPLES A DISPOSER D’EUX MEMES ?

Et si on replaçait l’histoire Catalane à l’endroit.

L’homme du désordre n’est pas celui que Mr Rajoy nomme, Mr Puigdemont, mais lui même !
C’est d’abord Mr Rajoy, qui a fait un coup de force contre la démocratie en refusant de reconnaître, 4 ans plus tard, le résultat du référendum légal du 18 juin 2006 qui donnait une réelle autonomie élargie à la Catalogne.
74% des catalans s’étaient prononcés en faveur de cette autonomie nouvelle.
Le gouvernement Zapatéro avait aussitôt promulgué ce vote référendaire !

En 2010, le parti populaire de Mr Rajoy déposa un recours auprès du tribunal constitutionnel pour faire annuler cette consultation et par un de ces coups du sort que constitua un revirement de l’institution, celle-ci annula les 14 articles fondamentaux du référendum de 2006. C’est donc bien le têtu conservateur et catholique, Rajoy qui a semé le désordre !
Cette majorité du peuple Catalan qui a voté lors du référendum du 1er octobre dernier, s’est prononcé pour l’indépendance totale de cette région Espagnole. Le président légalement élu de la Catalogne, Carles Puigdemont, recherchant un dialogue serein et démocratique avec le 1er ministre conservateur Rajoy, n’a jamais été appelé par celui-ci. Après plusieurs semaines d’attente et avec beaucoup de précautions démocratiques, il a conformément, au vote majoritaire des catalans s’étant exprimés, déclaré l’indépendance de la Catalogne.

C’est vrai que pour tous les conservateurs ultralibéraux, le respect du vote des citoyens... c’est d’un archaïsme.
Bien sûr que la volonté des catalans à disposer d’eux mêmes, n’a pas plu à Madrid et l’ultra conservateur Rajoy a signé les oukases pour bâillonner la volonté d’indépendance de la Catalogne. Les arrêtés Rajoy, sont violents et illégaux ! Le procureur de l’Espagne qui a contresigné ces ordonnances judiciaires ordonnant l’arrestation des élus du gouvernement catalan est plus un hors la loi, que Carles Puigdemont.

D’après Mr Diego Lopez Garrido, récipiendaire de la Légion d’Honneur française, ancien secrétaire d’état espagnol auprès de l’union européenne, professeur de droit constitutionnel à l’université de Madrid, spécialiste du code pénal espagnol : ces ordonnances judiciaires sont illicites. « Je suis d’autant plus formel, que c’est moi-même qui a écrit ce texte de loi constitutionnel en 1995. » « Le délit de rébellion et sédition (celui qui est précisé contre Puigdemont,) n’est pas constitué vis à vis de l’exécutif catalan dans la mesure où nul acte de violence ou de contrainte forcée n’a été constatée dans la procédure référendaire, ni dans la déclaration d’indépendance. Faute de ces éléments légaux, le parquet n’est pas habilité à poursuivre Mr Puigdemont ! »

Mr Rajoy est soutenu dans sa démarche anti démocratique par la commission Européenne ultralibérale qui ne peut envisager, contrairement aux déclarations gravées dans le marbre des textes de la fondation européenne, à savoir : la « liberté des peuples » à ce déterminer eux-mêmes. Il est soutenu par les chefs des états européens qui ont peur d’un exemple d’émancipation populaire qui pourrait gêner la bonne marche de la finance dont ils sont les petits soldats.
Oui Mr Rajoy, vous avez de toute façon tort de différer l’indépendance de la Catalogne et quoique vous fassiez aujourd’hui, vous perdrez demain ! Les peuples fermement désireux de leur liberté finissent un jour ou l’autre par gagner. Oui Mrs les conservateurs européens au service de la finance, c’est une révolution et malgré vos sauts de cabris incantant la constitution espagnole comme table de la loi indépassable, apprenez que ces choses-là se font toujours à cause et contre l’ordre mal établit par les puissants d’un moment. Toutes les révolutions se sont fait contre ces ordres, qu’ils soient constitutionnels, royaux ou dictatoriaux quand ils sont contraires aux intérêts des peuples qu’ils veulent régirent contre leur gré.

Le 1er octobre 2017, c’est encore vous qui avez envoyez la police madrilène et la troupe pour mater violemment les catalans qui se rendaient simplement et sereinement aux urnes. Vos troupes qui agissaient sous vos ordres si démocratiques, ont même frappé des femmes et des enfants !
Toute proportion gardée, votre mauvais coup contre la démocratie en 2010 à l’encontre de ce référendum légal et reconnu par le gouvernement Zapatéro, fut ressenti comme une trahison par le peuple catalan, On peut comparer cette souillure à celle de Sarkozy et du congrès français réuni le 4 février 2008 qui a piétiné le vote majoritaire des français (55%) qui s’étaient exprimé contre le TCE en 2005.
De toutes ces magouilles, cette Europe-là pâtira, c’est sûr !

En attendant, le haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, vous exhorte Mr Rajoy de : « régler cette crise par le dialogue politique et en aucun cas par la répression policière, dans le plein respect des libertés démocratiques. »
Le vice premier ministre Belge partage cet avis, « je suis extrêmement surpris de voir dans un État membre de l’union européenne, des forces policières procéder avec une telle violence contre des citoyens qui se rendent aux urnes pour y remplir un devoir démocratique. » « Je refuse qu’un État membre de l’union se conduise en hors la loi en incarcérant des élus du peuple légalement élus ! » L’ex ministre belge des affaires étrangères partage le même avis !
Et la France pays des droit de l’homme, que dit-elle ? Où regarde t-elle ?
Ma France, que te reste-t-il de ta déclaration du 26 août 1789 ?

Gérard ROBERT,
18 novembre 2017.
Sources : MARIANNE 10/16 novembre2017 (Périco Légasse)


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2454 / 4044674

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Qui sommes-nous ? S’informer et participer, dessins (...)  Suivre la vie du site Chroniques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License