Yonne Lautre

Gérard Robert : DIMANCHE 23 AVRIL, C’EST SUR J’IRAI VOTER !

Brèves et chroniques
mardi 18 avril 2017 par Robert Gérard

C’EST ENTRE NOUS...

DIMANCHE 23 AVRIL, C’EST SUR J’IRAI VOTER !
Oui, dimanche j’irai voter ! Personne ne décidera de mon choix, si ce n’est mon moi profond.

La démocratie, mère de notre bien vivre, a permis à onze candidats d’être en lice, le choix existe donc bien, il permet de trouver à près de 100%, le candidat et le programme convenant à tout un chacun de bonne foi qui s’intéresse un tant soit peu à la politique qui décidera de son avenir, de celui de ses enfants et au-delà.
Anarchiste, républicain laïc, communiste, libéral, progressiste de gauche, catholique ou athée, fasciste, vous avez votre candidat.
L’encore démocratie à la française, vous permet de voter pour des candidats moralement malhonnêtes, menteurs, mis en examen, soupçonnés par la justice française et les institutions européennes d’abus de biens publics, pourfendeurs de la laïcité, catholiques affirmés et anti migrants à la foi, usurpateurs des valeurs émancipatrices de la république laïque. Dans cet échantillon, le catholicisme intégriste, le fasciste et le libéralisme s’entremêlent. Ceux-là viennent de familles bourgeoises, ils sont énarquiens, avocats, ou nourrit au sein de la république depuis leur plus jeune âge. Ils n’ont jamais connu la fin de mois qui commence dès le 15 pour 9 millions de gens !

Vous pouvez aussi voter pour des candidats résolument républicains, honnêtes, laïcs à l’écoute des moins bien nantis, courageux, hors système capitaliste et de l’entre- soi. D’obédience communiste pure, ils sont les promoteurs d’un programme utopiste. Ils sont issus de la base qui fait la richesse de notre nation, mais ils déclarent qu’ils ne souhaitent pas gouverner. Là, est le handicap et c’est dommage pour ceux qu’ils prétendent défendre, car le vote en leur faveur s’en ira dans le néant politique qui ne bâti plus les lendemains heureux pour les ouvriers(e) et employés(e)qu’ils disent vouloir protéger.

Vous avez les comiques, c’est deux drôles qui croient qu’ils n’ont jamais été du côté du manche capitaliste. Sortis, de l’ENA et EHEC, anciens haut fonctionnaires au ministère de l’économie et des finances, ils dénoncent pèle mêle ce à quoi ils ont œuvrés pendant des décennies. Dans le même lot, vient le souverainiste, ex-préfet, député maire depuis 20 ans qui ne saurait pas qu’il est lui-même, un des engrenages du système qui abat la république sociale.

Vous avez le sympathique et respectable fils de berger, député depuis 2002, qui a perdu son leader très centro libéral catholique, passé du côté de l’ennemi néo libéral qu’il dit combattre, mais est-ce si sûr ?

Enfin, vous avez la gauche du progrès social représentée par des candidats qui portent des programmes qui peuvent paraitre très proches sur certains points, mais pas sur l’essentiel et en particulier sur les façons de voir l’Europe de demain, ainsi que les conditions sociales des travailleurs face au patronat de Gattaz et à la loi El Khomri. L’un appartient au parti socialiste hégémonique de la représentation de la gauche sociale, l’autre en est un ancien qui a compris il y a bien longtemps ce problème et qui a mis fin à son adhésion à ce même parti il y a 10 années. Le socialiste abandonné par la majorité libérale prônée par les siens, veut continuer dans la voie qui ne permet pas l’émancipation de la France vis-à-vis de l’Europe financiarisée, qui sera peut-être demain, la cause d’un grand chaos. Le second, veut remettre à plat les traités européens, les réorienter, car entre autre, ils officialisent le dumping social, l’optimisation fiscale, (en réalité la fraude à l’impôt républicain) et la casse systématique des services publics. L’un défend la règle dite sociale libérale, l’autre une Europe où l’humain est central.
Vous voyez, vous disposez d’un grand choix, ne le boudez pas. N’écoutez pas la voix des sirènes de mauvais augure, n’écoutez que la voix de la liberté.
Il sera toujours temps, si comme moi, votre rêve de mieux être social pour tous se brise le 23 avril, d’aller vous promenez le 7 mai ! En effet, si cela advenait, rien ne doit vous ordonner de choisir entre la peste néo libérale et le choléra fasciste. Gardez toujours votre libre arbitre, il est le garant du bien le plus précieux de l’homme et de la femme, sa liberté !

Gérard ROBERT
18 avril 2017.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1766 / 3749401

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Qui sommes-nous ? S’informer et participer, dessins (...)  Suivre la vie du site Chroniques   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License