Rubriques > Énergies, Ressources, Transports, Pollutions > Épuisement des ressources & Ravages de l’extractivisme > Monde >

Extractivisme et sous-développement : Les infrastructures extrêmes se multiplient

21 septembre 2017 Industries extractives : le temps de la transparence est-il enfin arrivé ?

Les entreprises françaises rendent désormais publiques les sommes versées aux pays dans lesquels elles exploitent des ressources naturelles. Une avancée majeure qui doit ouvrir la voie à une meilleure gouvernance des industries extractives.

http://ideas4development.org/industries-extractives-exploitation-ressources-naturelles/


5 mars 2016 Des pertes massives chez les géants de la mine

Les cinq majors du secteur ont perdu près de 30 milliards de dollars en 2015.

Les résultats annuels des plus grands groupes miniers portent les stigmates de l’effondrement des prix des matières premières. BHP Billiton, Rio Tinto, Anglo American, Vale, Glencore, tous sans exception viennent d’annoncer des pertes colossales. De 866 millions de dollars pour Rio Tinto – le moins affecté – à plus de 12 milliards pour le géant brésilien du minerai de fer Vale : un gouffre sans précédent depuis des décennies. Ils ont dû massivement déprécier la valeur de leurs actifs, accélérer les réductions de coûts, baisser davantage leurs investissements.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/industrie-lourde/021735590790-des-pertes-massives-chez-les-geants-de-la-mine-1203975.php


19 décembre 2015 Afrique du Sud : Le secteur minier, en grande difficulté, supprime des dizaines de milliers de postes

Le géant Anglo American a annoncé qu’il allait supprimer les deux tiers de ses emplois, soit 85.000 postes, d’ici 2018. C’est l’une des conséquences sociales de la chute des cours des métaux.

http://www.itele.fr/monde/video/afrique-du-sud-le-secteur-minier-en-grande-difficulte-supprime-des-dizaines-de-milliers-de-postes-146968


8 novembre 2015 Extractivisme et sous-développement. La malédiction de l’abondance

« Le point discutable de ce mode d’accumulation est, dans une approche insuffisante, dans la façon dont ces ressources sont extraites et mises à profit, ainsi que la manière dont ses fruits sont distribués. La question est beaucoup plus complexe. Les chemins de l’extractivisme, néolibéral ou progressiste, ne sont pas le plus gros problème. La difficulté réside dans l’extractivisme lui-même, qui, en substance, est toujours d’origine coloniale et toujours violent, avec tout ce que cela implique. Et en conséquence, nous sommes condamnés au sous-développement »

http://cadtm.org/Extractivisme-et-sous


12 décembre 2019

Par Rédaction Yonne Lautre

Publié le jeudi 12 décembre 2019

Mis à jour le jeudi 12 décembre 2019