Rubriques > Énergies, Ressources, Transports, Pollutions > Épuisement des ressources & Ravages de l’extractivisme > Pays de la Loire >

Loire-Atlantique : Mobilisation Fin de Carrières – Grand Auverné - du 14 au 16 juin 2024

Agir contre l’Épuisement des ressources & les Ravages de l’extractivisme

Aller à l’agenda

 Loire-Atlantique : Mobilisation Fin de Carrières – Grand Auverné - du 14 au 16 juin 2024
Les projets se multiplient ( Grand Auverné, Soudan, Tahun, Maure de Bretagne..) mettant à mal nos nappes phréatiques, nos paysages, le vivant en général… il y a l’opposition à ces sites écocides mais aussi des alternatives… c’est le sujet de ce weekend réflexif et festif !
https://grand-auverne-environnement.fr/

 Victoire à point nommé contre Lafarge à Saint-Colomban (44) ! 16.01.24
Lafarge vient d’annoncer l’abandon de son projet d’extension de carrière de sable sur 37ha à Saint-Colomban. Les paysan·nes du territoire, les collectifs locaux, dont la Tête dans le Sable, et les Soulèvements de la Terre luttent depuis plusieurs années pour protéger ce bocage déjà dévoré par les carrières de sable existantes et le maraîchage industriel ! (1)
Les manifestations en tracteurs et vélos, les blocages de carrières et les actions de désarmements s’étaient multipliées pour faire entendre raison à la multinationale.
Cette annonce survient quelques semaines après la campagne internationale contre Lafarge et le monde du béton, durant laquelle ont eu lieu plus de 50 actions d’ampleur (2), et alors que la cour de cassation vient de confirmer définitivement la mise en examen de Lafarge pour « complicité de crime contre l’humanité » (3)
Cet abandon arrive 6 ans, quasi jour pour jour, après l’abandon dans le même département du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et 3 ans après l’abandon d’un projet de méga-entrepôt logistique Amazon à Montbert à quelques kilomètres de Saint-Colomban. Autant de conséquences des résistances à célébrer demain, 17 janvier, jour férié des luttes.
Alors que ce 17 janvier sera aussi le jour du délibéré des derniers procès bassines (4) et malgré l’acharnement du gouvernement à réprimer physiquement et judiciairement les mouvements pour la défense des terres et de l’eau, cette annonce confirme la possibilité de victoires face aux bétonneurs et accapareurs !
La vigilance reste de mise à Saint-colomban et le combat s’y poursuivra dans les mois à venir, puisque le second projet d’extension de carrières porté par GSM n’est lui pas encore abandonné ..D’autres carrières sont toujours contestées dans le 44 comme à Tahun (5).
La Tête dans le Sable communiquera sur la poursuite de ses actions dans les jours à venir.
(1) https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-colomban-44310/a-saint-colomban-lafarge-abandonne-son-projet-dextension-de-la-sabliere-818ab6fa-b3a3-11ee-842a-d71dadc0cc96
(2) https://lessoulevementsdelaterre.org/fr-fr/blog/4-jours-40-actions-contre-le-beton
(3) https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/la-cour-de-cassation-valide-la-mise-en-examen-de-lafarge-pour-complicit%C3%A9-de-crimes-contre-lhumanit%C3%A9/ar-AA1n3Gy3
(4) https://lessoulevementsdelaterre.org/fr-fr/blog/communique-sur-le-proces-du-mouvement-anti-bassines
(5) https://www.francebleu.fr/infos/environnement/l-exploitation-de-la-carriere-de-tahun-divise-a-guemene-penfao-4677301

 Debunkage - Pourquoi viser l’agro-industrie nantaise - précisions sur les actions menées et réponse à Olivier Véran, juin 2023
 En Loire-Atlantique, les carrières de sable menacent dangereusement une nappe phréatique, La Relève et la Peste, juin 2023
 En Loire-Atlantique, Les Soulèvements de la Terre mobilisés contre le béton, Reporterre, juin 2023

Loire-Atlantique : 10-11 JUIN - ST-COLOMBAN - Les paysans du convoi du sable expliquent les actions menées contre le maraîchage industriel
Nous sommes des éleveurs-euses et maraîchers-ères de Loire-Atlantique. Nous avons participé depuis plus de deux ans à toutes les mobilisations contre l’extension des carrières de Saint-Colomban. Nous sommes venus - une fois encore - en force avec nos tracteurs pour cette journée de mobilisation organisée par la tête dans le sable et les soulèvements de la terre.
Pour nous la présence paysanne dans toutes ces actions démontre que les luttes écologistes n’ont rien à voir avec une opposition binaire et caricaturale entre agriculteurs et écolos. En réalité, comme le soulignait déjà Bernard Lambert en son temps, une fracture traverse le monde agricole de l’intérieur : entre des grosses sociétés agro-industrielles et toutes celles et ceux qui pratiquent une agriculture paysanne, entre les grosses coopératives capitalistes et nos fermes, entre l’agro-écologie à dimension humaine et à vocation locale et l’agrobusiness exportateur.
Ce dimanche, appuyé par des milliers de citoyen.e.s nous avons décidé de poursuivre notre action contre l’extractivisme et le bétonnage, contre le maraîchage industriel et pour la défense du bocage et de l’agriculture paysanne. Depuis des années, nos fermes sont impactées par un terrible phénomène. Au sud de La Loire, une poignée d’agri-managers spécialisés dans le maraîchage industriel est en train d’accaparer la terre et l’eau, de détruire le bocage et ses haies, d’empêcher les nouvelles installations en faisant exploser le prix du foncier, d’artificialiser les sols à grand renfort de bâches plastiques et de serres chauffées. Le sud-loire est en passe de devenir une petite Andalousie. Les exploitants adhérent.es de la Fédération des Maraîchers Nantais font main basse sur les terres et en chassent le maraichage diversifié et la polyculture élevage.
Par exemple, 30 % du sable de la carrière GSM de St Colomban est destiné aux maraîchers industriels. En tant que maraîchers diversifiés, nous sommes bien placés pour le savoir et le vivons au quotidien : nul besoin de sable et de pesticides pour nourrir localement les consommateurs avec de bons légumes ! Nous fournissons les AMAPS et les magasins de producteurs depuis des années, sans avoir besoin de prétendues « expérimentations » industrielles. C’est depuis nos collectifs ctoyens écologistes et paysans que furent pensées les actions de la journée. Si nous avons choisi de remplacer et réensemencer symboliquement avec du sarrasin bio le muguet industriel et les serres de la Fédération des Maraîchers Nantais, c’est parce que nous pensons que l’ensemble des terres accaparées par ce lobby devrait être restitué à la polyculture élevage et au maraîchage diversifié.
En Loire-Atlantique, les surfaces accaparées par le maraîchage industriel ont augmenté de 29 % entre 2010 et 2021. La consommation d’eau de ce secteur, dont le pic se situe en pleine sécheresse estivale, est en particulier très largement supérieure à celle des 40 000 habitants d’une des communautés de communes concernées. Principalement pour du muguet qui ne se mange pas et de la mâche exportée.
Ce dimanche, parmi les centaines de personnes du convoi, nous étions une cinquantaine de paysans impliqués dans ces actions de réensemencement et nous l’assumons pleinement. A travers sa communication de M. Régis Chevallier, "pleure" mais les paysans citoyens déplorent tous les jours la disparition des fermes d’élevage et de son bocage au profit du maraîchage industriel.
Les paysans et paysannes co-organisateurs de la mobilisation "Fin de carrières 44", le 11 juin 2023.

10-11 JUIN - ST-COLOMBAN - Convois tracteurs-vélos et actions successives contre les carrières de sable, le béton et l’accaparement des terres par le maraîchage industriel
Ce dimanche, 1500 personnes, des centaines de vélos et 30 tracteurs paysans sont partis en convoi depuis Saint-Colomban en direction de Nantes. Le bocage paysan y est dévoré progressivement par l’extension des carrières Lafarge et GSM, et par l’extension concomittante d’un maraîchage industriel délétère.

Un autre convoi s’est élancé quelques heures plus tard depuis Héric avec 300 personnes et 10 tracteurs avec des habitant.e.s engagé.e.s dans la lutte contre l’ouverture de nouvelles carrières de sable ou granulats à Soudan, Grand-Auverné et Guémené-Penfao, ainsi que la création d’une usine d’enrobé à Puceul, autant de chaînons de la bétonnisation toujours accrue du département.

Alors que le nombre de manifestant.es anti-carrière a doublé depuis l’an dernier, plusieurs actions collectives fortes ont de nouveau ponctué l’avancée du convoi sud, ciblant les responsables locaux de l’accaparement et de l’artificialisation des terres.

Lors d’un premier arrêt, des paysan.nes ont appelé à aller arracher des planches de muguet du groupe Vinet et à y remettre de la biodiversité avec des semences paysannes. Celui-ci avait déjà été visé, et son écluse illégale démontée lors la dernière mobilisation à Saint-Colomban, pour son détournement du cours d’eau du Redour.

Quelques kilomètres plus tard, les paysan.nes et manifestant.es sont entré.e.s à l’intérieur des serres expérimentales de la Fédération des maraîchers nantais qui regroupe Vinet et des dizaines d’autres sociétés. Des plants expérimentaux, non destinés à la consommation, mais à renforcer les schémas productivistes ont été de nouveau remplacés par des semences paysannes. 30% de la production de la sablière GSM de Saint-Colomban servent à la production maraîchère industrielle du 44. Celle-ci est basée sur une irrigation intensive, un usage massif d’intrants chimiques, ainsi que sur des conditions de travail déplorables pour beaucoup de salarié.es. Malgré les opérations de greenwashing des maraîchers industriels, Primaloire l’une des entreprises visées, a par exemple intoxiqué 78 personnes en 2023 après l’usage d’un pesticide sur leur culture de mâche. En 2019 et 2020, des centaines de poissons sont retrouvés morts dans un canal à Saint-Julien-des-Concelles à cause de produits utilisés pour le déblanchiment des terres maraîchères. (voir tract explicatif distribué pendant la manif avec plus de données sur la fédération des maraîchers nantais : https://twitter.com/lessoulevements/status/1667865305400442880?s=20 )

Dernière action avant l’entrée dans le centre-ville, l’arrivée d’eau de la centrale à béton BHR a été coupée et scellée par du béton. Le cimenteur a ainsi été cimenté à l’aide d’une clé à eau et quelques petits outils rudimentaires avec le soutien de l’ensemble de la foule qui pique-niquait en musique. Nous rappelons que le sable alimente l’industrie du béton, bombe climaticide responsable de l’artificialisation galopante des sols et de 8% des émissions de CO2 en pleine crise climatique. (voir tract explicatif distribué pendant la manif avec plus de données sur la fédération de smarahers nantais : https://twitter.com/lessoulevements/status/1667865305400442880?s=20 )

Cette action s’inscrivait dans la campagne de solidarité avec les personnes mises en cause cette semaine dans le cadre d’une enquête sur une action salutaire de désarmement d’une usine Lafarage à Marseille en décembre dernier. ( https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/liberation-de-l-ensemble-des-gardees-a-vue-depuis-lundi-et-la-vague-darrestations-le-soutien-continue )

Elle répondaient aussi à l’appel "100 jours pour les sécher", campagne d’action contre les accapareurs d’eau lancé par les peuple de l’eau pour ce nouvel été qui s’annonce marqué par une sécheresse systémique. ( https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/100-jours-pour-les-secher )

A Nantes les convois ont rejoint la manifestation contre la dégradation des conditions de soin, liée au transfert de l’actuel CHU. Cette jonction visait à montrer notre solidarité avec les personnels soignants. En vue de faire le lien avec l’extraction accrue du sable et l’artificialisation des terres par les politiques immobilières de la métropole nantaise, l’entrée de Nantes Métropole Aménagement a été murée. Il s’agissait de la première opération de murage biosourcée à base de bottes de paille et d’enduits de terre crue. Une manière symbolique de marquer qu’il est temps de passer à la construction écologique et à la rénovation plutôt que de détruire et reconstruire sans cesse pour les seuls profits de l’industrie du béton.

La mobilisation monte contre l’industrie du sable et du ciment dans le 44. Nous stopperons les chantiers d’extension ou d’ouverture de carrière si ceux-ci démarrent.

Le succès des convois d’aujourd’hui préfigure aussi le grand convoi de l’eau lancé par les Soulèvements de la Terre et Bassines Non Merci. Celui-ci s’élancera de Sainte-Soline le 18 août pour converger pendant une semaine en tracteurs et vélos vers l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne à Orléans puis le ministère de l’agriculture à Paris https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/le-convoi-de-leau-mega-tracto-velo-contre-les-mega-bassines

Résistance intarrissable ! No Sablaran !

Agenda

En cours

Dimanche 16 juin

Loire-Atlantique : Mobilisation Fin de Carrières – Grand Auverné - du 14 au 16 juin 2024

Par Rédaction Yonne Lautre

Le samedi 13 avril 2024

Mis à jour le 13 avril 2024