Rubriques > Se cultiver, s’émouvoir > Culture(s) pour résister > Cinéma > Brèves de Cinéma >

Denys Piningre, réalisateur : LE MEILLEUR SUFFIT, une histoire des coopératives de consommateurs d’avant-hier à demain

8 octobre 2016 Denys Piningre, réalisateur "L’ASSIETTE SALE" à Orléans Dimanche 16 octobre 2016

Dimanche 16 octobre à 18h
Séance Débat Rencontre
Journée Mondiale de l’Alimentation
En présence du réalisateur

Avec le Festival d’Alternatives Alimenterre, Action contre la faim, Action Aid-Peuples Solidaires, Artisans du Monde, Attac45, CCFD-Terre Solidaire, Le chemin dépaysant l’ASLA et
PALESTINE 45

De Denys Piningre. Toute l’année, vous trouvez en grande surface de belles tomates rouges, insipides et presque bon marché. Beaucoup,comme les courgettes viennent de Provence où des ouvriers, marocains pour la plupart, travaillent, sous contrats "OMI" à ces cultures dans des conditions proches de l’esclavage : heures non payées, conditions de travail inhumaines, logements insalubres... Ce documentaire tourné dans les grandes exploitations agricoles des Bouches du Rhône, dévoile les conditions de travail indignes et insalubres des travailleurs. A partir et au-delà de cette dénonciation, Denys Piningre propose une réflexion sur ce que nous acceptons dans nos assiettes, qualité sociale et sanitaire.
Mieux : il ouvre sur des alternatives. # Fr, 1h20
Cinéma Les Carmes – 7 rue des Carmes 45000 Orléans –
cinemalescarmes.com #02 38 62 94 79


12 juillet 2014 Denys Piningre, réalisateur de documentaires : CULTIVONS LA PAIX (Palestine) vient de sortir !

Coopérative Andines
Le 12 Juillet 2014

Madame, Monsieur,

Nous avons le grand plaisir de vous informer que le DVD « CULTIVONS LA PAIX », réalisé par Denys Piningre pour le compte de notre coopérative, ANDINES, vient de sortir ! Vous trouverez les 2 versions, française et arabe (35 mn chacune), sur ce même DVD, ainsi vous pouvez le diffuser autour de vous et à vos amis en Palestine. Un beau cadeau...

Il est vendu 12 € (port compris). Vous trouverez ci-dessous le Bon de commande

Ce film été conçu pour ouvrir les débats sur les coopérations concrètes en cours et à venir, dans le contexte d’un pays occupé et opprimé, la Palestine, et de la lutte de son peuple depuis des décennies pour la souveraineté et la paix.

Depuis 10 ans, la coopérative Andines achète l’huile d’olive et d’autres produits de Palestine, pour lutter contre l’étouffement de l’économie palestinienne par leurs occupants israéliens. Chaque année ce sont au minimum 20 000 bouteilles d’huile d’olive, 10 000 savons et des produits artisanaux.
Avec nos partenaires français et palestiniens, nous avons décidé de développer les filières actuelles et d’en créer de nouvelles (produits à base d’olives, cuir, textile, artisanat) . Cette action concrète, toujours menée dans notre démarche pour une économie équitable tout le long des filières, est primordiale pour les travailleurs palestiniens.

Ce renforcement des filières Palestine / France est possible grâce au soutien du Conseil régional Ile de France, du Conseil général de la Seine Saint Denis, de plusieurs municipalités, de l’Association France Palestine Solidarité, de la Mission Palestine en France, d’autres organisations, et bien sûr de chacun de vous !

Nous avons besoin de vous pour développer notre action, nous vous remercions de votre soutien et nous restons à votre entière disposition.

L’équipe de la Coopérative Andines,

ANDINES Coop
5 Rue de la Poterie – 93200 SAINT DENIS
Tel : 01 48 20 48 60. Fax :01 48 20 50 93.
andines nnx.com - Site : www.andines.com
Coopéreative Sarl au Capital variable – Siret : 438 422 206 00013 Code APE 513T

Bon de commande
Nom et prénom :
Adresse complète :

Tel et émail :
Je commande ____ exemplaires du film « Cultivons la paix, la filière huile d’olive de Palestine » x 12 € (port compris) =_________€.
Réglement en espèces O ou en chèque O à l’ordre d’Andines.
Signature :

A envoyer à la Coopérative Andines
5 rue de la Poterie, 93 200 Saint Denis

Tel : 01 48 20 48 60
Couriel : andines nnx.com
Site Internet : www.andines.com


4 novembre 2010 Denys Piningre, réalisateur de documentaires : CHATILA, les femmes et les enfants...

Les rendez-vous du documentaire engagé
Politis et l’association Voir&Agir présentent

Mercredi 17 novembre à 20h
au Centre Culturel La Clef
21 rue de la Clef 75005 PARIS
M° Censier-Daubenton

CHATILA, les femmes et les enfants...
Un film de Denys PININGRE,
2010, 55 mn.

Près de 6 millions de réfugiés palestiniens vivent hors de Palestine, dont 430 000 au Liban.
À Chatila, longtemps après le massacre perpétré en septembre 1982 par les phalangistes libanais sous l’oeil bienveillant de l’armée israélienne commandée par le général Sharon, les réfugiés continuent de rêver de justice, de sécurité et de retour dans leur pays.
Chatila, les femmes et les enfants... s’attache à ceux qui luttent depuis plus de 60 ans contre le silence, contre la perte de la culture et des traditions palestiniennes, et pour que les réfugiés, notamment les plus fragiles, puissent avoir des conditions d’existence dignes.

La projection sera suivie d’un débat animé par Isabelle BOURBOULON avec Denys PININGRE, réalisateur du film, et Denis SIEFFERT, directeur de la rédaction de Politis.

Libre participation aux frais

http://www.voiretagir.org/spip.php?article123


3 avril 2010 Denys Piningre, réalisateur de documentaires : Appel pour financer le montage d’un film documentaire que j’ai tourné dans le camp de réfugiés Palestiniens de Shatila à Beyrouth (Liban)

Appel pour financer le montage d’un film documentaire
que j’ai tourné dans le camp de réfugiés Palestiniens de Shatila à Beyrouth (Liban)

Ce film est centré sur le "Chidren & Youth Center" (CYC), emblématique pour deux raisons : c’est le seul bâtiment à Shatila qui dispose devant son entrée d’un espace ouvert où les gens peuvent se croiser, s’arrêter et se rencontrer, c’est aussi un lieu où les enfants non scolarisés dans les écoles du quartier (payantes, même les écoles publiques) peuvent venir gratuitement recevoir des enseignements laïques, de la maternelle au niveau du brevet et même au-delà.

Financé par des dons provenant d’ONG étrangères, totalement areligieux mais absolument résistant, c’est aussi un endroit où l’on enseigne ce qu’est la Palestine, où l’on maintient vivante son histoire, sa culture, ses traditions. Il est dirigé par un homme de 62 ans, Abi Moudjahed, né en Palestine, qui a émigré de force en 1948 à l’âge de quelques mois au Liban au moment de la Nakba, et qui a investi toute son énergie depuis des années dans le projet et la construction de ce Centre.

Aujourd’hui plusieurs centaines d’enfants fréquentent le CYC régulièrement, où l’enseignement est prodigué par des bénévoles et souvent par des jeunes qui y ont été élèves.

Le film montre la vie dans le camp, il est construit autour de quatre personnages principaux :

 Abi Moudjahed qui connaît par cœur l’histoire de Shatila, celle de la Palestine et est une personnalité très respectée par tous les habitants du camp, de 0 à 100 ans...

 Abeer, 26 ans et qui prendra la suite d’Abi Moudjahed lorsque celui-ci passer la main. Elle est compétente, dévouée, motivée et rayonnante...

 Dr. Khetib, médecin, sexagénaire également, qui a accompagné son vieux compagnon Abi Moudjahid tout au long de l’édification du CYC. Il a créé un musée de la Palestine dans Shatila, en rassemblant divers objets évoquant la vie d’autrefois, d’avant 1948, d’avant la Nakba.

 et enfin Nohad, la lumineuse responsable de Najdeh, association de femmes installée non loin du CYC, dont l’activité se partage entre la formation professionnelle pour permettre aux femmes de postuler à des emplois qualifiés, et l’artisanat traditionnel (notamment la broderie, identitaire puisque ayant des motifs spécifiques correspondant à chacun des villages de Palestine).

J’ai tourné en deux fois, juin et décembre 2008, l’année des 60 ans de l’existence du camp, et le deuxième tournage a eu lieu au moment des bombardements de Gaza par l’armée israélienne, l’ambiance à Shatila était alors très chaude.

Le tournage de ce film a été autoproduit, dans le cadre d’une petite association de Bagnolet, qui contribue à permettre au CYC de Shatila de survivre. Elle est présidée par mon ami Jean-Yves Boiffier, commandant de bord à Air France aujourd’hui à la retraite. C’est lui qui a obtenu les billets d’avion au moindre coût. J’ai ensuite mis à disposition mon matériel, mon temps et mes compétences.

À la suite d’un autre tournage début 2009 au Cameroun, j’ai dû arrêter pendant 10 mois toute activité du fait d’une maladie contractée en Afrique, le neuro-paludisme. Dix jours de coma, deux mois de réanimation à l’hôpital Cochin et six mois de rééducation fonctionnelle pour retrouver mes capacités physiques et intellectuelles.

J’ai maintenant besoin d’un coup de pouce pour terminer ce film, il me faut 7500 € pour le montage et les finitions (étalonnage, mixage, établissement des deux versions, française et anglaise).

Ce film qui aura une durée entre 40 et 55 minutes sera ensuite diffusé largement dans les réseaux pro-palestiniens, mais aussi bien au-delà car je suis assez connu dans pas mal de réseaux militants et du cinéma documentaire. Il ira dans des festivals, puis dans différents circuits de diffusion, à la rencontre des publics, sensibilisés ou non.

Je suis à la disposition de qui souhaiterait plus de renseignements sur ce film.

Toutes les aides seront prises en charge par l’association ACT Média Diffusion (Paris) qui gère les intérêts de mes films sans avoir ni les inconvénients ni la pesanteur d’une structure commerciale.

Si vous souhaitez aider ce film, merci de ne pas apporter de contributions de moins de 50 € (pour des personnes physiques) et de 100 € (pour des personnes morales), ce qui serait pour moi trop difficile à gérer. Je vous demande à l’avance de me le pardonner, car je sais que ce détail pourrait vous sembler une indélicatesse.

Chaque contributeur, personne physique ou morale, sera destinataire d’un exemplaire (DVD à usage privatif) du film une fois terminé et pourra participer dans la mesure de ses moyens à le faire connaître.

Les contributions par chèque sont à libeller à l’ordre de AMD-Dype et à m’adresser à l’adresse ci-dessous ou par virement sur le compte de l’association (cf RIB en bas de page).

Merci pour eux surtout, merci pour cet encouragement à mon travail !

Denys PININGRE, réalisateur

10 rue Jean Michelez
91510 Lardy
Tél : 06 75 60 86 88

Site web : http://denys.piningre.free.fr/spip/
Mail : ledenys orange.fr
Blog : http://denyspiningre.blogspot.com/

NB : L’association Act Média Diffusion n’est pas soumise au régime de la TVA


6 février 2010 Denys Piningre, réalisateur de documentaires : "AFRICASCOP", "L’ASSIETTE SALE" & autres liens


9 novembre 2020

Le réalisateur de documentaires Denys Piningre, à la carrière truffée de films relatant des événements et autres faits de sociétés le plus souvent liés aux alternatives et aux conflits sociaux, vous propose d’aller à sa rencontre à travers la présentation de quelques une de ses films :

AFRICASCOP, histoires d’économie solidaire (sur des coopératives de production ou de services au Burkina Faso), renseignements et description là : http://denys.piningre.free.fr/spip/spip.php?article8

 L’ASSIETTE SALE, des Omi aux Amap (l’esclavage moderne dans l’agriculture intensive en France, ses origines et les alternatives... renseignements et description là : http://denys.piningre.free.fr/spip/spip.php?rubrique28

Pour en savoir plus sur plein d’autres de ses films : http://denys.piningre.free.fr/spip/

Et pour savoir où il en est et ce qu’il concocte, une visite approfondie sur son blog s’impose : http://denyspiningre.blogspot.com/

et n’hésitez pas à lui écrire un petit mail ou a lui téléphoner, vous serez bien accueillis, bien reçus

Denys Piningre

ledenys orange.fr

06 75 60 86 88

http://denyspiningre.blogspot.com/

Par Piningre Denys

Publié le lundi 9 novembre 2020

Mis à jour le lundi 9 novembre 2020